Financement national

Le GPE aide les pays partenaires à améliorer le volume, l'équité et l'efficacité des financements nationaux de l'éducation.

Les ressources gouvernementales constituent la plus importante source de financement de l'éducation dans les pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure.

Le GPE concentre ses efforts sur la mobilisation d'un financement national plus important et de meilleure qualité car il s’agit de la forme de financement de l'éducation la plus importante et durable.

Objectifs

L’objectif 2 du GPE 2025, le plan stratégique du partenariat, stipule que le GPE « mobilisera une action et un financement coordonnés pour permettre un changement transformateur ».

Améliorer le volume, l'équité et l'efficacité des budgets nationaux de l'éducation est donc un axe d’action prioritaire pour le GPE 2025.

Le défi ne consiste pas seulement à mobiliser des ressources, mais également à améliorer l'efficience des dépenses d'éducation. Cela signifie veiller à ce que les finances publiques soient :

  • équitables, c’est-à-dire allouées et dépensées pour atteindre les plus marginalisés, et
  • efficientes, c’est-à-dire que chaque dollar dépensé serve autant que possible à améliorer l'apprentissage.

En moyenne, les pays partenaires du GPE ont consacré 18 % de leurs dépenses publiques à l'éducation en 2019. La pandémie de COVID-19 a fait augmenter d'un tiers le déficit, déjà énorme, de financement annuel de l'éducation nécessaire pour atteindre l'ODD 4, qui est passé de 148 milliards à près de 200 milliards de dollars.

Le modèle opérationnel du GPE comprend des incitations et des exigences pour améliorer le financement national de l’éducation en vue de transformer les systèmes éducatifs. La plupart des financements du GPE pour la mise en œuvre de programmes utilisent un financement basé sur les résultats pour guider la mise en œuvre de programmes transformateurs.

Le GPE reconnaît également la nécessité d'engager un dialogue stratégique avec les ministères en charge des Finances et de soutenir une bonne communication entre les ministères en charge des Finances et ceux en charge de l'Éducation.

Améliorer la transparence des dépenses et démontrer des résultats convaincants est une étape clé vers un meilleur dialogue entre les ministères en charge de l'Éducation et ceux en charge des Finances.

Campagne de financement du GPE 2021-2025
Sous le leadership politique du Président Uhuru Kenyatta du Kenya, le GPE demande aux pays partenaires de prendre des engagements fermes pour atteindre les plus vulnérables et ne laisser aucun enfant de côté lors du Sommet mondial sur l'éducation, à travers des actions qui permettraient de :

  • sécuriser un financement national de l'éducation équivalent aux niveaux où il se situait avant la pandémie de COVID-19
  • augmenter les budgets de l'éducation à 20 % des budgets des gouvernements (référence mondiale) ou plus
  • s'engager dans des domaines d’action prioritaires, tels que l'équité et l'efficacité.

Volume des ressources

Plus des deux tiers des ressources destinées à l'éducation dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et à revenu faible proviennent des dépenses publiques nationales.

Le GPE évalue le financement national de l'éducation à partir de critères de référence convenus au niveau international. Il aide également à renforcer les capacités de suivi de l'usage des financements nationaux et à améliorer les capacités de mise à disposition des données pour soutenir la transparence et la responsabilité.

La référence mondiale qui est d’allouer 20 % du budget national à l'éducation reste centrale dans le dialogue et le plaidoyer au niveau des pays. Cela devrait être complété par un dialogue plus large sur l'espace budgétaire.

Équité

Bien que l'accès à l'éducation se soit amélioré, un nombre important d'enfants scolarisés n’apprennent réellement pas. Un état de fait qui reflète bien les inégalités et inefficacités des systèmes éducatifs.

Les enfants qui acquièrent des compétences de base en lecture et en écriture à l'âge de 10 ans dans les pays à revenu intermédiaire tranche inférieure et à faible revenu sont plus susceptibles de provenir de familles riches vivant en milieu urbain, ce qui renforce les schémas de pauvreté et d’inéquité.

En assurant un suivi du financement national pour assurer plus d'équité, les gouvernements peuvent garantir que les dépenses d'éducation atteignent les enfants, les écoles et les régions les plus marginalisés.

Exemple : l’indice d’équité au Népal

Efficience

En s'attaquant aux problèmes auxquelles sont confrontées les systèmes éducatifs tels que les taux élevés de redoublement et d'abandon scolaire, le gaspillage en termes d’achats de matériel et les inefficacités dans la gestion et la répartition des enseignants, les pays partenaires pourraient économiser jusqu'à un tiers de leurs budgets de l'éducation.

Compte tenu des contraintes budgétaires actuelles, aggravées par la crise de la COVID-19, tirer le meilleur parti de chaque dollar et garantir son impact deviennent encore plus importants.

Exemple : La Tanzanie améliore le financement de l'éducation

Impact de la COVID-19

L'impact économique de la pandémie de COVID-19 met à rude épreuve les économies et les budgets nationaux, mettant ainsi en péril les décennies de progrès réalisés en matière d'éducation.

Le ralentissement des progrès économiques affectera probablement le financement de l'éducation pendant des années et les budgets de l'éducation ne devraient pas augmenter au même rythme qu'avant la pandémie.

  • Certains pays à faible revenu ont réduit leurs budgets nationaux de l'éducation depuis le début de la pandémie.
  • L'aide à l'éducation pourrait chuter de jusqu'à 2 milliards de dollars d'ici 2022 - et cela pourrait prendre 6 ans pour revenir aux niveaux de 2018.
  • Les dépenses des ménages, qui contribuent de manière significative au financement de l'éducation dans les pays à faible revenu, surtout pour les familles les plus pauvres, devraient baisser car, la pandémie de COVID-19 a fait sombrer 93 millions de personnes de plus dans la pauvreté, entraînant par ricochet une augmentation des taux d'abandon scolaire.

Des millions d'enfants risquent de retourner dans des environnements d'apprentissage encore moins bien financés, les gouvernements devant supporter les coûts supplémentaires nécessaires pour assurer une réouverture des écoles en toute sécurité, ce qui contribuera à aggraver les inégalités existantes.

Pour reconstruire des systèmes éducatifs meilleurs, plus résilients et égaux post-COVID, nous avons besoin d'investissements intelligents dans l'éducation, notamment en ce qui concerne la protection et l'amélioration du financement national aux niveaux pré-COVID et au-delà. L'éducation est essentielle à la riposte à la COVID-19 et à la reprise.

Passez à l’action

Infos et derniers blogs

October 01, 2020
Népal : rendre l’éducation accessible aux enfants les plus défavorisés
La stratégie de consolidation de l’équité dans le secteur de l’éducation mise en place par le Népal contribue à éliminer les obstacles à l’accès, à la participation et à l’apprentissage pour les enfants confrontés aux disparités les plus marquées et les plus complexes.