5 raisons d’investir plus de 5 milliards de dollars : entretien avec Bambang Susantono

Dans cette série d’entretiens, le GPE pose cinq questions sur le pouvoir de l'éducation aux acteurs du changement. Cette série s’inscrit dans le cadre de la campagne de financement du GPE qui vise à collecter au moins 5 milliards de dollars sur cinq ans pour transformer l'éducation de près d'un milliard d'enfants dans 90 pays et territoires.

03 mars 2021 par Secrétariat du GPE
|
Lecture : 4 minutes
|
5 raisons d’investir plus de 5 milliards de dollars : entretien avec Bambang Susantono

Bambang Susantono est le Vice-président de la Banque asiatique de développement (BAsD) en charge de la gestion des connaissances et du développement durable.

1. L’empreinte de la BAsD en termes de soutien à l’éducation dans les pays d’Asie et du Pacifique est très forte. À quel point le soutien financier continu de la BAsD au secteur de l’éducation dans les pays en développement est-il important ?

La Banque asiatique de développement (BAsD) collabore depuis longtemps avec les pays en développement d'Asie et du Pacifique pour améliorer l'accès, la qualité et la pertinence de l'éducation. Au cours des 5 dernières décennies, la BAsD a accordé plus de 15 milliards de dollars sous forme de prêts et financements à ses membres.

Malgré des progrès impressionnants enregistrés dans ces pays en termes de scolarisation et d’améliorations de la parité entre les sexes, de plus en plus de preuves empiriques indiquent des lacunes dans les résultats d'apprentissage des élèves. Nous devons faire plus pour élargir la base d'apprenants atteignant le niveau de l'enseignement postsecondaire, y compris les filles et les enfants défavorisés.

La BAsD est bien consciente que la plupart des pays de la région ayant atteint le statut de pays à revenu intermédiaire, leurs économies reposent sur la connaissance et une croissance tirée par l'innovation. Investir dans le développement du capital humain en assurant des bases solides d’une l'éducation universelle de la maternelle à la 12e année de scolarité est essentiel au développement durable et à une croissance inclusive.

2. La stratégie 2030 de la BAsD intègre l’éducation comme priorité opérationnelle N°1, ainsi que la santé et la protection sociale. Dans les conditions actuelles, la santé ne retiendrait-elle pas plus d'attention que l'éducation ?

La stratégie 2030 est centrée sur la collaboration intersectorielle. L'éducation, la santé et la protection sociale ont été regroupées sous une seule et même priorité opérationnelle, afin d’amplifier leur impact sur le développement par un renforcement des synergies entre ces différents secteurs. Nous mettons en œuvre des initiatives incluant le développement des compétences pour la prise en charge des personnes âgées en République populaire de Chine et pour le personnel de santé au Viet Nam.

Nous soutenons une université de premier plan en Indonésie pour qu’elle devienne un centre d'excellence en tant qu'hôpital universitaire. Les compétences pour l'économie des soins, qui ont jusqu'à présent été essentiellement familiales et informelles, gagneront en popularité.

Pour renforcer le rôle de l'éducation en tant qu’élément essentiel pour doter les individus de compétences et son importance pour tous les secteurs d’activités, nous testons également le concept de renforcement des compétences en Mongolie pour associer formation et projets d'infrastructure.

3. La BAsD a récemment publié une note sur la COVID-19 et l’éducation en Asie et dans le Pacifique. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il est question ?

La note présente une feuille de route pour la reprise dans le secteur de l'éducation après les perturbations massives causées par la COVID-19. Elle propose à la fois des mesures à mettre en œuvre dans l’immédiat et des opportunités à saisir pour une refonte des systèmes éducatifs sur le long terme.

Elle appelle à des réformes politiques essentielles (telles que la refonte du développement professionnel des enseignants) et à des actions concrètes pour améliorer la qualité, la pertinence et l'inclusion dans les systèmes éducatifs.

Présentée sur la base du principe des trois R - Réponse, Remise sur pied et Rajeunissement -, la note plaide en faveur de l'utilisation de technologies avancées pour améliorer l’offre en matière d'éducation et aider les apprenants à évoluer dans leur carrière. Les technologies d'apprentissage adaptatif de nouvelle génération ont le potentiel d'améliorer les résultats d'apprentissage et l'équité en matière d'éducation.

4. Pouvez-vous nous en dire plus sur le soutien que la BAsD envisage d’apporter au secteur de l'éducation à l’avenir ?

Les engagements annuels de la BAsD en faveur de l'éducation devraient doubler pour atteindre 2 milliards de dollars d'ici 2023, contre 1 milliard de dollars en 2020. L'enseignement et la formation techniques et professionnelles restent importants, alors même que les financements alloués à l'enseignement supérieur augmentent, pour soutenir les compétences de plus haut niveau, y compris l'innovation, l'esprit d'entreprise et la collaboration intersectorielle.

Nous adaptons nos opérations au contexte et aux besoins de nos pays partenaires. Cela va de l'offre d'une assistance technique pour promouvoir les technologies blockchain pour la mise en place de mécanismes d'identification numériques en Indonésie, à la prise en charge des écoles des zones reculées aux Philippines qui n'ont pas accès à Internet ou aux appareils électroniques.

5. Pensez-vous que les initiatives mondiales telles que le GPE sont importantes ? Quel est le rôle du financement international de l'éducation à l'heure actuelle ?

Le GPE, qui est le plus grand fonds mondial dédié à la transformation de l'éducation dans les pays à faible revenu, est essentiel pour augmenter les ressources indispensables à l'éducation. Le soutien de la BAsD aux réformes de l’éducation au Népal et au Bangladesh a été étendu en complément des financements du GPE.

La BAsD administrera le financement de 15 millions de dollars octroyé par le GPE aux îles du Pacifique. Cela amplifie notre programme régional d'assistance technique où le financement combiné du GPE, de la Nouvelle-Zélande, de la Corée du Sud et de la BAsD s'élève désormais à 20 millions de dollars pour soutenir la mise en œuvre du Cadre régional pour l'éducation du Pacifique.

En Arménie, la BAsD coordonne la mise en œuvre du financement du GPE de 560 000 dollars pour la période 2021-2024. A l’heure où les gouvernements doivent gérer les coûts sanitaires et économiques liés à la reprise suite à la pandémie de COVID-19, il est vital de protéger et d'augmenter les budgets de l'éducation pour assurer la continuité de l'apprentissage, notamment pour les groupes vulnérables. Cela nécessitera plus de financement et des dépenses plus ciblées.

Le Vice-président Bambang Susantono lève la main pour soutenir la campagne de financement du GPE.
Le Vice-président Bambang Susantono lève la main pour soutenir la campagne de financement du GPE.
Laisser un commentaire ou
Campagne 2025

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.