Alphabétisation = développement équitable, global et durable
A quoi ressemblerait un monde réellement durable? Il serait habité par des peuples conscients de leurs droits, à l’abri de la pauvreté, dotés de compétences concrètes leur permettant d’occuper un emploi décent ; ils apporteraient une contribution active à leur communauté, et seraient en mesure de transmettre à leurs enfants une société solide, sûre et solidaire. Pour que cet idéal se réalise, il est indispensable que ces individus maîtrisent la lecture et l’écriture.
08 septembre 2014 par Aaron Benavot, Global Education Monitoring Report
|
Lecture : 8 minutes
|
Credit: UN Photo/John Isaac

Mme Amina Mohammed, Conseillère du Secrétaire général des Nations Unies pour la planification du développement après 2015, nous a signalé lors de la dernière réunion du Conseil consultatif du Rapport mondial de suivi que l’expression « développement durable » était pesante, que les jeunes n’en percevaient pas aisément la signification, et qu’un autre terme viendrait opportunément la remplacer.

Malgré les problèmes de communication et les difficultés à rédiger un nouvel ensemble d’objectifs mondiaux pour la période 2015-2030, je pense qu’il y a convergence de vues quand à ce que serait un monde véritablement durable.

Celui-ci serait peuplé d’individus conscients de leurs droits, à l’abri de la pauvreté, dotés de compétences concrètes leur permettant d’occuper un emploi décent ; ils apporteraient une contribution active à leur communauté, et seraient en mesure de transmettre à leurs enfants une société solide, sûre et solidaire. Pour que cet idéal se réalise, il est indispensable que ces individus maîtrisent la lecture et l’écriture.

L’analphabétisme, un problème persistant

Or, l’objectif relatif à l’alphabétisation des adultes – l’un des six objectifs de l’Éducation pour tous fixés en 2000 – est loin d’être réalisé. Le nombre d’adultes dépourvus des compétences de base en lecture et en écriture demeure obstinément élevé, à 774 millions, en repli de 12 % par rapport à 1990, mais de 1 % seulement par rapport à 2000. Il devrait reculer à 743 millions d’ici à 2015. Comme indiqué dans le Rapport mondial de suivi de l'EPT 2013/14, 37 % des pays devraient rester « très éloignés de l’objectif » d’alphabétisme universel des adultes en 2015, 22 % « éloignés de l’objectif », et 29 % seulement l’auront atteint.

La lenteur des progrès en matière d’alphabétisation des adultes tient en partie à l’éducation insuffisante qu’ils ont reçue dans leur enfance. Par ailleurs, les campagnes d’alphabétisation de masse ont fréquemment échoué à entretenir les compétences alphabétiques. Souvent, les programmes et les matériels d’alphabétisation ne sont pas adaptés à la langue des apprenants.

Il a été démontré que des politiques, programmes et pratiques d’alphabétisation efficaces améliorent et développent la communication et l’interaction sociales. Le fait est que l’alphabétisation réussit quand les relations de communication entre les individus, les ménages, les communautés et les institutions sociales sont solides. Or, dans de nombreux pays, l’acquisition et l’utilisation des compétences d’alphabétisme ne sont pas encouragées.


Dhekel (au centre) travaille dans un groupe d’alphabétisation ; il y discute de sujets tels que les rations alimentaires, les troubles sociaux et la fréquentation scolaire avec des adultes des castes inférieures à Orissa (Inde). Il enseigne au moyen de cartes de symboles et de brochures locales. Credit: UNESCO/Brendan O'Malley

On a par exemple dit du Nigéria qu’il était un pays « sans livres ». Cela signifie que même si les adultes acquièrent une maîtrise de la langue, ils la perdent parfois avec le temps. S’ils n’ont jamais été alphabétisés, ils sont moins motivés et ont moins de raison d’apprendre.

S’attaquer au problème de l’alphabétisation à la racine

À vrai dire, on ne peut résoudre le problème de l’analphabétisme des adultes en axant les efforts sur cette seule tranche d’âge. Pour la plupart des spécialistes, et sans nul doute pour ceux qui travaillent sur les objectifs pour l’après-2015, l’alphabétisation s’inscrit dans le cadre d’un apprentissage tout au long de la vie.

La qualité de l’apprentissage, à l’école et à domicile, est inextricablement liée aux profils d’alphabétisme des adultes plus tard. La question de l’alphabétisation universelle appelle donc une vision globale de l’éducation : pour traiter le problème de l’alphabétisation des adultes, nous devons tenir compte du fait que 250 millions d'enfants au moins n’acquièrent pas les compétences de base, qu’ils aient été scolarisés ou pas, et qu’un jeune sur quatre est incapable de lire une phrase entière.

Il nous faut nous attaquer vigoureusement à ces problèmes, car il est impossible d’assurer un développement durable sans alphabétisme. La Journée internationale de l’alphabétisation devrait tous nous concerner car elle « est une occasion de rappeler cette simple vérité : l’alphabétisation change la vie et même davantage, elle en sauve », ainsi que l’a déclaré a Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, dans le message délivré à cette occasion.

L’éducation sauve des vies

C’est un fait avéré. Comme l’indiquait l’an dernier notre brochure L'éducation transforme nos existences, assurer une instruction primaire à toutes les femmes réduirait d’un sixième le taux de mortalité infantile, et de deux tiers le taux de mortalité maternelle. L’éducation permet aussi aux enfants de vivre leur vie : si toutes les femmes bénéficiaient d’un enseignement primaire et acquéraient une instruction élémentaire, le nombre d’enfants de moins 15 ans mariés diminuerait de 15 %.

L’alphabétisation et l’éducation sont indispensables à un développement équitable, global et durable. Les liens entre l’éducation et chacun des objectifs de développement durable proposés pour l’après-2015 seront examinés plus en détail dans une nouvelle brochure du Rapport mondial de suivi sur l'EPT qui sera diffusée le 18 septembre, pendant l’Assemblée générale des Nations Unies.

Signez l’engagement à construire ensemble un meilleur avenir pour tous !

Les retombées indéniablement favorables de l’alphabétisation sur la réduction de la pauvreté ou la prévention des maladies, signalées dans le Rapport mondial de suivi de l'EPT 2013/14 et confirmées par de nouvelles études, nous ont amenés à lancer une campagne publique appelant tous les acteurs du développement à militer en faveur d’une collaboration plus étroite de tous les secteurs concernés au cours des prochaines années.

Toutes les signatures seront soumises au Secrétaire général des Nations Unies et à ses conseillers sur le développement durable. Votre action viendra étayer notre message : nous ne pouvons concrétiser notre objectif commun d’un avenir durable si nous ne prenons pas en considération les liens profonds qui unissent tous les domaines du développement.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.