Améliorer l’accès des filles à l’éducation au Soudan du Sud
Le Soudan du Sud doit relever des défis considérables dans le secteur de l’enseignement, en particulier sur le plan de l’égalité entre garçons et filles. Un programme financé conjointement par le Partenariat mondial pour l’éducation et l’USAID promeut l’éducation des filles dans ce pays afin qu’elles aient, comme les garçons, accès à un enseignement de qualité.
22 juillet 2015 par Secrétariat du GPE|
|
Des élèves de l'école de Kapuri au Soudan du sud.
CREDIT: UN Photo/JC McIlwaine
Le Soudan du Sud doit relever des défis considérables dans le secteur de l’enseignement, en particulier sur le plan de l’égalité entre garçons et filles. Un programme financé conjointement par le Partenariat mondial pour l’éducation et l’USAID promeut l’éducation des filles dans ce pays, afin qu’elles aient, comme les garçons, accès à un enseignement de qualité. L’objectif est de renforcer le système éducatif sud-soudanais sur le plan de l’équité et de l’égalité pour tous les enfants.

Le défi : un grand nombre de filles ne sont pas scolarisées

Les autorités sud-soudanaises ont fixé des objectifs ambitieux pour le secteur de l’éducation, mais les problèmes sont immenses. Malgré quelques avancées, l’insécurité et la guerre civile, conjuguées à certaines pratiques culturelles, empêchent les enfants, en particulier les filles, d’accéder à l’éducation.

Le Soudan du Sud affiche les pires indicateurs au monde dans le domaine de l’éducation des filles : celles-ci sont moins susceptibles que les garçons d’aller à l’école et davantage susceptibles de quitter le système éducatif. La situation est particulièrement alarmante : leur probabilité de mourir en couches est supérieure à leur probabilité d’achever leur scolarité dans le primaire. 1

Selon la Banque mondiale, seulement sept filles pour dix garçons vont à l’école primaire, et cinq filles pour dix garçons sont inscrites dans le secondaire. 2 En 2013, pour l’ensemble du pays, on ne recensait que 500 filles en dernière année du secondaire.

Le fait que 12 % seulement des enseignants sont des femmes complique encore la situation. 3 La présence d’enseignantes est en effet essentielle pour inciter les filles à s’inscrire à l’école et à y rester. Leur faible nombre explique en partie les fortes disparités entre les sexes.

Avec des statistiques aussi défavorables, il n’est guère surprenant que le taux d'alphabétisation des filles soit nettement inférieur (40 %) à celui des garçons (60 %). 4

La solution : lever les obstacles à l’éducation des filles

Le Soudan du Sud a rejoint en 2012 le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), qui lui a accordé un financement de 36 millions de dollars pour la période 2013–2016.

Ce financement conjugué à celui de l’USAID totalise 66 millions de dollars et appuie le programme du GPE mis en œuvre par l’UNICEF-Soudan du Sud.

Ce programme améliore considérablement l’accès des filles à l’éducation. Grâce à ses méthodes intégrées, il apporte un soutien aux filles, notamment en luttant contre les violences à leur encontre et en instaurant un environnement plus respectueux des filles en classe.

Les résultats : formation des enseignants, écoles adaptées aux besoins des filles et révision du programme scolaire national

Quelque 25 écoles adaptées aux besoins des filles seront bâties dans les régions du pays qui en ont le plus besoin et accueilleront environ 10 000 élèves, dont 3 000 filles. Ces établissements disposeront d’installations sanitaires séparées pour les filles, ce qui favorisera un environnement plus respectueux à leur égard.

Afin de prévenir la violence à l’encontre des filles en classe et de sensibiliser les enfants aux questions d’égalité entre les sexes, les enseignants et les directeurs d’établissement recevront une formation. En outre, 9 000 directeurs d’établissement bénéficieront d’une formation en la matière plus poussée.

Un programme scolaire national révisé s’appliquera à l’ensemble des enseignants et des élèves du pays. Il sera axé sur la cohésion sociale, la sensibilisation aux disparités entre les sexes et les moyens de prévention de la violence faite aux filles en classe.

Le GPE apporte son concours à la rédaction de manuels scolaires correspondant au nouveau programme.

Appui d’autres partenaires

Si l’on veut que le Soudan du Sud atteigne ses objectifs dans le domaine éducatif, la collaboration des partenaires est essentielle. Le GPE et d’autres acteurs apportent l’appui nécessaire à la construction d’un avenir meilleur pour les enfants sud-soudanais.

Le programme Girls’ Education in South Sudan (GESS), financé par le Royaume-Uni, est le principal programme d’aide à l’éducation des filles au Soudan du Sud. Il accorde des financements bénéficiant aux filles et un appui communautaire pour améliorer les acquis scolaires.

Les programmes éducatifs financés par l’USAID cherchent quant à eux à encourager les femmes à rejoindre le corps enseignant. Les États-Unis aident également des organisations communautaires à proposer une offre éducative alternative aux enfants déscolarisés et aux filles qui n’ont jamais été scolarisées.

Les ONG apportent elles aussi un appui essentiel dans les zones affectées par des conflits, avec l’aide du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et l’UNICEF.

Sources

  1. Comparison made using data from South Sudan Statistical Yearbook 2012 and Education National Statistics Booklet 2012
  2. Education in the Republic of South Sudan – Status and Challenges for a New System – World Bank 2012
  3. Education Statistics for the Republic of South Sudan, "National Statistical Booklet 2012", Ministry of General Education and Instruction
  4. Education in the Republic of South Sudan-Status and Challenges for a New System – World Bank 2013
Laisser un commentaireou
Éducation des filles

Derniers blogs

Tous les blogs
Tableau statistique d'une salle de classe à l'école de Yokon-Gbeme au Benin. Crédit: GPE/Chantal Rigaud
Les données sont au cœur du pilotage et de la gestion des systèmes d’éducation et de formation dans tous les pays. Sans une planification appropriée basée sur des données de qualité, on verra...
Une enseignante stagiaire distribuant des manuels scolaires pendant une leçon dans une école au Burkina Faso. Crédit: GPE/Kelley Lynch
À l'occasion de la Journée des droits de l'homme, nous réfléchissons à l'importance d'intégrer l'éducation aux droits de l'homme dans les systèmes éducatifs.
La directrice générale du GPE, Alice Albright, a rencontré les élèves des écoles primaires et secondaires de Warrenton à Dublin, en Irlande. Crédit: GPE/Alexandra Humme
En marge de la réunion du Conseil d'administration du GPE qui s'est tenue à Dublin en Irlande cette semaine, Alice Albright, Directrice générale du GPE, s'est rendue dans une école et y a discuté...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis