Ce que les évaluations des pays enseignent à notre partenariat
Le premier rapport de synthèse des évaluations du GPE au niveau des pays examine certains des défis auxquels les pays sont confrontés et permet aux partenaires du GPE de voir ce qui fonctionne et ce qui doit être amélioré.
25 février 2019 par Alice Albright, Global Partnership for Education|
|
Des enfants en rang avant d'entrer dans leur salle de classe après la récréation dans une école au Burkina Faso. Le Burkina Faso est l'un des 15 pays où le soutien du GPE a été évalué de manière indépendante et les résultats inclus dans un rapport d'évaluation de synthèse.
CREDIT: GPE/Olivier Badoh

L’éducation est essentielle pour tous les domaines de développement.

En effet, un système éducatif solide élargit l’accès à diverses opportunités, améliore la santé et stimule la résilience des communautés, tout en alimentant la croissance économique.

L’éducation permet l’émancipation des femmes et dote les individus de compétences nécessaires pour s’épanouir dans le présent et dans l’avenir dans des domaines tels que les énergies renouvelables, l’agriculture intelligente, le reboisement forestier et la santé.

L’éducation est pourtant un des services les plus difficiles à fournir, car il n’existe pas d’approche uniforme dans ce domaine.

Chaque pays est en effet confronté à des défis spécifiques, qui nécessitent des approches particulières pour garantir l’inclusion de tous les enfants, même les plus vulnérables.

Le premier rapport de synthèse des évaluations du GPE au niveau des pays approfondit certains des défis rencontrés par les pays et constitue une occasion pour tous les partenaires du GPE de voir ce qui fonctionne et ce qu’il reste à peaufiner.

Ce sont de riches enseignements pour le GPE, et j’encourage tous les partenaires à les examiner attentivement en conservant un esprit ouvert. Plusieurs de suggestions émises par les évaluateurs sont compliquées – pour les États, le Secrétariat du GPE et les partenaires individuels, et nos réponses constitueront un test de notre engagement essentiel envers la responsabilité mutuelle et les résultats.

Le rapport fait partie de l’engagement du GPE à apprendre et assumer une responsabilité mutuelle des résultats, tel qu’il est stipulé dans notre stratégie de suivi et d’évaluation.

Il vient également s’ajouter à notre puissant portefeuille de travaux d’évaluation, notamment l’Étude pour un partenariat efficace. Je tiens à remercier l’équipe d’évaluation du consortium d’Universalia pour ce travail perspicace.

La planification sectorielle de l’éducation est importante, mais ne constitue qu’une première étape

Je vois dans les enseignements articulés par ce premier rapport de synthèse trois piliers que nous devons prendre en compte au moment de démarrer nos travaux pour le prochain plan stratégique du GPE.

Le premier enseignement est que si la planification de l’éducation est vitale, elle n’est qu’une première étape, et un bon plan n’entraîne pas nécessairement une bonne mise en pratique. Le rapport présente régulièrement des données empiriques montrant que les processus de planification et la qualité des plans sectoriels de l’éducation se sont améliorés et que le soutien financier et technique du GPE – tels que les processus d’assurance de la qualité et les directives – ont « contribué de façon remarquable à aider les pays à développer des plans sectoriels systématiques, complets et fondés sur des données empiriques. » Mais si la planification reste une partie essentielle, nous sommes le Partenariat mondial pour l’éducation et nous prenons les résultats de l’apprentissage très à cœur.

Que devons-nous donc faire ? Voici les principales considérations à prendre en compte :

  • Les plans sectoriels doivent être davantage réalisables, avec des priorités mieux hiérarchisées et être gérés par les gouvernements. Nous devons soutenir et inciter plus fermement ces aspects des plans.
  • Les capacités de mise en œuvre des États comptent – du pouvoir central jusqu’à la salle de classe. C’est un aspect élémentaire, mais il est nécessaire de mieux prendre en compte le renforcement des capacités à tous les niveaux.
  • Nous avons besoin de systèmes d’information, de données et de faits probants de qualité pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage. Les faiblesses en termes de disponibilité des données demeurent un obstacle important.
  • Nous avons besoin de cibler les financements du GPE pour motiver plus fortement la performance.

Un meilleur financement intérieur et international

Le deuxième enseignement est que le financement du secteur nécessite de porter une plus grande attention tant au financement intérieur qu’au soutien des partenaires étrangers. Si l’approche programmatique et le plaidoyer sont utiles pour rester axé sur le financement intérieur, les principaux facteurs dépassent le seul secteur de l’éducation.

Nous devons donc nous poser les questions suivantes :

  • Faut-il mettre davantage l'accent sur la qualité du budget public avec des engagements à payer pour des réformes réalisables hautement prioritaires ?
  • Comment les partenaires du GPE devraient-ils intervenir au mieux dans le contexte macro-budgétaire au-delà du ministère de l’éducation afin de se concentrer sur un financement efficace ?
  • Comment inciter un financement international plus aligné au niveau des pays, par exemple, via des mécanismes de fonds communs ou en suggérant que les plans sectoriels comprennent des propositions spécifiques pour que les partenaires de développement adaptent leur soutien au plans sectoriels ? Doit-on exiger des bailleurs qu’ils communiquent sur la façon dont leur soutien bilatéral est aligné sur les plans sectoriels qu’ils ont endossés ?

Un partenariat renforcé pour une meilleure responsabilisation

Le troisième enseignement est qu’il nous faut faciliter un partenariat plus cohérent et efficace au niveau des pays. Voici quelques éléments de réflexion et d’action :

  • Comment les partenaires du GPE peuvent-ils se réorienter et collaborer plus étroitement à un objectif commun en se responsabilisant les uns les autres ?
  • Comment inciter à une meilleure utilisation des revues sectorielles conjointes comme outils d’amélioration de la mise en œuvre des plans sectoriels ?
  • Comment le GPE peut-il renforcer les systèmes de suivi et évaluation gérés par les gouvernements au niveau des pays afin de mieux contribuer aux décisions d’adaptation de la mise en œuvre ?

L’Étude pour un partenariat efficace qui est en cours pour mieux définir les rôles, les responsabilités et les relations entre partenaires au niveau des pays, nous aide déjà à trouver des solutions concrètes.

Les conflits et la fragilité sont des facteurs non négligeables

Mais en réfléchissant à ces idées et à d’autres solutions potentielles, nous devons également prendre en compte les contextes des pays. Plus de la moitié du financement du GPE est orienté vers des pays touchés par la fragilité et les conflits, et les contextes des pays dans lesquels ont été menées les études l’illustrent bien.

Trois pays de l’étude faisaient l’objet de troubles politiques, dont un coup d’état militaire, et deux autres géraient le chaos entraîné par la crise d’Ebola. Offrir des services publics est difficile dans ce type de contexte pour les États, sans parler du renforcement des systèmes éducatifs.

Je recommande ce rapport à tous les partenaires du GPE et j’ai hâte de pouvoir approfondir la discussion sur ses conclusions. Nous devons tous prendre en compte ce que cela signifie pour nous, individuellement et collectivement, en tant que partenaires du GPE.

Au Secrétariat, nous nous sommes engagés à apprendre et examinerons ainsi étroitement les implications du rapport dans notre action quotidienne.

À l’avenir, nous partagerons ce que nous pouvons apprendre pour adapter notre approche dans l’élaboration du prochain plan stratégique du GPE et relever les défis des cinq prochaines années.

Laisser un commentaireou
Suivi et évaluation

Derniers blogs

Tous les blogs
Des participants à un atelier d'information durant les activités de diffusion du nouveau plan sectoriel de l'éducation en Guinée-Bissau. Crédit: UNICEF
Pour renforcer les connaissances de tous les partenaires impliqués dans le secteur autour du plan d’éducation, le GPE, ainsi que l’UNICEF et le ministère de l’Éducation, ont collaboré à l’élaboration...
Les membres du Conseil consultatif du G7 sur l'égalité des sexes posent pour une photo de groupe après leur réunion à Paris les 8 et 9 mai.
Réflexions à l'issue de la réunion du Conseil consultatif du G7 sur l'égalité des sexes, début mai.
Un élève devant le nouveau bloc scolaire de l'école de St. Lawrence en Ouganda. Crédit: GPSA
Un engagement fort des citoyens et une responsabilité sociale peuvent aider à améliorer les résultats en matière de développement. Découvrez comment deux communautés scolaires en Ouganda sont allées...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis