Créer des partenariats pour une meilleure formation des enseignants dans les Caraïbes orientales

Le centre KIX pour l'Amérique latine et les Caraïbes a aidé à rassembler des collaborateurs de l'Université des Antilles et de SUMMA, qui utilisent ensemble les meilleures pratiques internationales pour réorganiser le programme de formation des enseignants de la région.

24 juin 2022 par Florencio Ceballos, GPE KIX
|
Lecture : 4 minutes
|
Une enseignante et ses élèves pendant un cours de mathématiques, dans une salle de classe de l'école El Renacimiento, à Villa Nueva, au Guatemala. Crédit : Maria Fleischmann / Banque mondiale
Une enseignante et ses élèves pendant un cours de mathématiques, dans une salle de classe de l'école El Renacimiento, à Villa Nueva, au Guatemala.
Credit: Maria Fleischmann / Banque mondiale

Dans cette série d’articles de blog, nous mettons en lumière les résultats émergents du programme Partage de connaissances et d’innovations (KIX) du GPE, qui démontrent comment des données probantes axées sur la demande peuvent être générées et mobilisées en vue de soutenir le renforcement des systèmes éducatifs dans les pays du Sud. Cet article de blog s’inspire des expériences du Pôle Amérique latine et des Caraïbes (région ALC) du KIX – explorez tous les pôles du KIX ici.

Comme toute personne ayant eu des difficultés à l’école peut en témoigner, un excellent enseignant peut faire toute la différence dans les résultats d’apprentissage d’un élève. La situation n’est pas différente dans les Caraïbes orientales (Antigua et Barbuda, Dominique, Grenade, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines), où les compétences des enseignants sont au cœur à la fois de problèmes graves et de solutions potentielles.

Les faits montrent des déficits d’apprentissage dramatiques dans la région : près de trois élèves sur quatre échouent au certificat d’enseignement secondaire des Caraïbes (CSEC), le taux de réussite étant inférieur à 12 % dans certains pays. De même, dans certains pays, près d’un élève sur dix finit par redoubler une classe.

De nombreux facteurs sont en jeu, notamment les inégalités économiques et sociales. Cependant, l’un des principaux problèmes est le manque de formation initiale de qualité pour les enseignants. On estime que 70 % des enseignants du préscolaire dans la région n’ont reçu aucune formation (à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, seuls 18 % des enseignants du primaire ont reçu une formation).

Les prérequis pour devenir enseignant ont été considérablement revus à la baisse – dans certains pays, un certificat d’études secondaires est suffisant. Parmi ceux qui bénéficient d’une formation préalable, l’enseignement offert est souvent inadéquat, principalement en raison du manque de formation du personnel enseignant et de l’obsolescence des programmes.

Réforme du programme de formation des enseignants

En réponse à ces défis, l’Université des Antilles (UWI, du sigle en anglais) entreprend une réforme complète et ambitieuse de ses programmes de Licence et diplômes associés en éducation. Cette université est non seulement le principal établissement d’enseignement supérieur des Caraïbes anglophones, mais aussi le principal – ou presque – fournisseur de formation initiale des enseignants dans la région.

L’établissement sait donc que les répercussions d’un tel projet peuvent être importantes et immédiates. Les chiffres le prouvent : au taux de couverture actuel, avec 275 étudiants diplômés chaque année des différents collèges existants dans chaque pays, dans 10 ans, près de 20 % des 14 000 professeurs qui constituent le corps enseignant de la région seront passés par les salles de classe de l’UWI.

En outre, un enseignant sur cinq pourrait suivre une formation renouvelée et actualisée, devenant ainsi des leaders et des mentors pour des collègues moins formés.

Appeler les partenaires à innover et à collaborer

Lorsque le professeur Joel Warrican, directeur de la Faculté d’éducation de l’UWI sur le campus de Cave Hills, à la Barbade, a pris la direction de cette entreprise, il a compris qu’une tâche de cette ampleur devait s’appuyer sur l’expérience des autres.

L’UWI avait besoin d’aide pour accéder aux données probantes et les mobiliser auprès de son corps enseignant, afin de s’arrimer aux bonnes pratiques en vigueur à l’échelle régionale et mondiale, en vue d’échanger les connaissances entre les parties prenantes concernées et fournir un cadre permettant d’en suivre et évaluer efficacement les répercussions.

M. Warrican s’est donc adressé au SUMMA – le premier laboratoire de recherche et d’innovation en matière d’éducation pour l’Amérique latine et les Caraïbes, par ailleurs bénéficiaire d’un financement du Programme Partage de connaissances et d’innovations du GPE (KIX) et le partenaire d’apprentissage du Pôle Amérique latine et des Caraïbes du KIX.

SUMMA, par l’intermédiaire de son directeur Javier Gonzalez, a prolongé la demande de partenariat à l’équipe de KIX du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), l’agent partenaire et un co-investisseur du KIX, afin de rendre la collaboration possible, avec des professionnels dévoués et des objectifs concrets.

En quelques semaines, cette volonté d’innover de manière ouverte et informée s’est muée en une collaboration concrète entre l’Université des Antilles et SUMMA, soutenue par le KIX.

Le riche débat et la réflexion entrepris au sein du corps professoral de l’UWI ont été alimentés par les meilleures données probantes internationales disponibles, grâce à un processus actif d’écoute, de consultation et de participation des professeurs, des étudiants, des enseignants et des gestionnaires au moyen d’enquêtes, d’entretiens et de groupes de discussion.

Le nouveau programme d’études qui se dessine, conforme à certaines des pratiques exemplaires internationales – synthétisées et documentées par SUMMA – marquera la formation initiale des enseignants dans la sous-région pour les décennies à venir.

De même, un processus de renforcement des capacités basé sur des formations et des ateliers pour les membres du corps enseignant garantit que ce qui est sur le papier devient une pratique véritablement transformatrice.

Des solutions adaptées aux contextes nationaux

Cette collaboration entre l’UWI, SUMMA et le KIX est conforme aux principes qui guident le travail que le KIX promeut dans la région : la génération de connaissances adaptées à la réalité locale, basée sur des données probantes de haute qualité adaptées à des utilisateurs clairement ciblés, avec une stratégie de mise à l’échelle concrète qui cible les établissements de formation des enseignants et une pratique de suivi systématique en mesure de fournir un retour utile en temps réel.

Mais, cet effort va au-delà des Caraïbes orientales. Il fournit des connaissances précieuses et rigoureusement systématisées qui permettent de reproduire des efforts semblables dans d’autres parties du monde.

Dans l’ensemble, cela nous rappelle que lorsque la volonté de changer se heurte aux données probantes, ainsi qu’à la capacité technique et à la possibilité de tirer parti du soutien pour profiter des occasions, en s’appuyant sur la confiance des parties prenantes, le changement peut être réel et avoir des répercussions.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Commentaires

Bonjour je suis dans le même lutte j'aide les écoles nomades qui n'ont pas des classes ni des tables blancs, ni des craies livres problème d'eau dans les écoles. Les enseignants et leurs élèves souffrent beaucoup dans les écoles nomades au Niger. Je cherche améliorer leur situation à travers mon association.

En réponse à par Ahmed Fellan

Bonjour frère,
Félicitations pour votre initiative, non elle est séduisante, mais elle m'interpelle personnellement personnellement car je suis aussi comme vous engagé dans l'accompagnement des enfants et des populations dites vulnérables dans la zone de l'ouest du Tchad ou mon association accompagne plusieurs centres d'alphabétisation, des écoles dans la zone rurale et urbaine de Léré. Cependant dans le cadre des mes activités professionnelles de chercheur dans le centre que je dirige (Florès Gong Nota), activités qui par ailleurs mon permis de travailler avec le ministère de l'éducation au Niger, j'ai mis sur pied un concept dit : "Écoles mobile". Comme son non nom l'indique, c'est une "école kit mobile" transportable composé de: tante, tabourets pliables tableau démontable et quelques outils didactiques le tout transportable sur des chameaux ou pick-up. Je suis donc dispo pour une éventuelle collaboration. Tél+237675575994

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.