En Tanzanie : partenariats pour l’éducation en action
Le rôle central que jouent les partenariats dans la mise en place de changements dans le secteur éducatif en Tanzanie.
29 mai 2015 par Lucinda Ramos, Global Partnership for Education et Ian Attfield, DFID
|
Lecture : 8 minutes
|
Étudiants en Tanzanie. Crédit: GPE / Lucinda Ramos

Comment faire évoluer et améliorer les partenariats dans le secteur de l’éducation ?, Tel était le sujet brûlant du Forum mondial sur l’éducation de 2015 en Corée, théâtre des débats sur les avancées et les défis qui restent à relever dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement et de ceux de l’Éducation pour tous. Un nouveau programme de l’après-2015 prend forme. 

Nous avons pu également voir, en Tanzanie, le rôle central que jouent les partenariats dans la mise en place de changements dans le secteur éducatif. Lorsque les différents acteurs ayant un intérêt direct dans ce secteur engagent une politique de dialogue et transforment ensemble les défis en un plan d’action, les possibilités qui s’ouvrent sont immenses.

La 2e Semaine de l’éducation, qui s'est tenue du 11 au 15 mai 2015, est une récente initiative des pouvoirs publics de la Tanzanie. Celle-ci a culminé, dans le stade de Dodoma, avec la remise par le Premier Ministre et le Président du pays, d'un ensemble de récompenses pour les élèves les plus méritants et les établissements ayant connu les améliorations les plus nettes. 

Responsabilité, transparence et innovation

La responsabilité et la transparence font de plus en plus partie du programme en termes d’engagement du Partenariat pour un gouvernement ouvert et de nouveaux  outils utiles, tels que le tableau de bord de l’éducation, émergent déjà. Ce tableau de bord permet aux parents de zoomer sur une carte interactive afin de s’informer de la performance des établissements et les données relatives à la répartition des enseignants.

Au stade, une série de stands d’information faisait la promotion d’initiatives innovantes publiques comme privées en matière d’éducation, qu’il s’agisse des ordinateurs Raspberry Pi et des chargeurs solaires aux diplômes en aéronautique délivrés en Chine.  Des kits d’outils à réaliser soi-même étaient mis à la disposition du public, tels que les BIG BOOKS faits maison destinés aux enfants.

Le programme DFID EQUIP-T a fourni des motos solides aux responsables éducatifs locaux dans le cadre d’une initiative de suivi de l’amélioration de la qualité. Le programme du gouvernement de Soutien à l’enseignement de la littératie et de la numératie (LANES) est axé sur l’amélioration des compétences en lecture, écriture et arithmétique pour les enfants âgés de 5 à 13 ans.  Avec le soutien du Partenariat mondial, le Gouvernement prévoit désormais d'étendre ce programme dans tout le pays.

Le message est très clair : la Tanzanie considère l’éducation de ses enfants comme une priorité.

Réussites en matière de formation continue des enseignants

La formation continue est également apparue comme un élément important lors des réunions des partenaires qui se sont tenues sur le nouveau et vaste campus de l’Université de Dodoma pour l’événement annuel de la Revue sectorielle conjointe de l’éducation. Nous avons eu le plaisir d'apprendre que grâce au programme de formation des enseignants LANES soutenu par le GPE, plus de 9 000 enseignants de 1ère et 2e année avaient été formés sur les nouveaux programmes scolaires et les meilleures méthodes d’enseignement de la littératie pour les élèves du cycle primaire.

EQUIP-T de DFiD, le programme de l’Agence américaine d’aide internationale TZ-2 et l’UNICEF sont impliqués dans des initiatives complémentaires similaires afin de couvrir la totalité du territoire national. Un nouveau programme et des manuels scolaires simplifiés et axés sur les compétences sont prévus pour une diffusion et une distribution au cours de cette année, avec l’appui de GPE-LANES.

Nous avons eu la nette impression que la Tanzanie commençait à s’emparer du problème décrit par Lant Prichett, Schooling ain’t learning, (la scolarisation n'est pas synonyme d'apprentissage) et démontré dans les évaluations des acquis de l’UWEZO.

Depuis 2000, la Tanzanie a investi dans l’éducation de façon ambitieuse, doublant le taux de scolarisation dans le primaire et triplant celui du secondaire. Les faibles résultats des examens de 2012 ont donné naissance à de nouveaux programmes tels que Big Results Now et LANES, visant à soutenir le gouvernement dans la mise en place d’une approche de « retour aux fondamentaux », axée sur les 3 R (reading, writing, and arithmetics), d’initiatives sur la responsabilisation et la motivation des enseignants, et, dans le cas de Big Results Now, sur les frais de scolarité.

Un plan sectoriel et une vision complets sont au cœur de l'amorce de grandes avancées

DFiD et le Partenariat mondial pour l'éducation soulignent tous deux l’importance des plans de l’éducation à long terme axés sur les données. Ceux-ci sont une condition nécessaire pour parvenir au développement et à la qualité dans le secteur de l'éducation de base. 

La Tanzanie a encore de nombreux défis à relever. Les données de 2014 montrent, pour la seconde année consécutive, une baisse des taux d’inscription dans le pré-primaire, le primaire et l’enseignement secondaire. Le taux de scolarisation net en primaire, un indicateur clé, a diminué pour atteindre 85 % au niveau national. Dans certaines régions, comme Kitavi et Kigoma dans l’Ouest du pays, ou la région urbaine de Dar es Salam sur la côte, le taux de scolarisation net atteint parfois un score aussi bas que 75 %.   

Les partenaires du Partenariat mondial en Tanzanie sont impliqués dans un processus de dialogue et de planification pour relever ces défis. Le gouvernement sait que des plans sectoriels de l’éducation à long terme axés sur les données probantes sont la clé du renforcement du secteur éducatif et la garantie d’un meilleur accès pour les enfants marginalisés et d’une qualité de l’apprentissage améliorée.

UNESCO-IIEP, avec le soutien financier du Partenariat mondial pour l’éducation, aidera les parties prenantes à mieux comprendre le déclin en termes de performance observé dans le secteur et à contribuer au développement d’une analyse sectorielle suivie d’un plan stratégique sectoriel axé sur l’avenir.  

Le Président Kikwete a récemment annoncé le développement de l'enseignement secondaire pour la décennie à venir. Des consultations prévues avec toutes les parties prenantes du secteur aideront à consolider les décisions engageant les partenaires à l’action.   

Pour faire en sorte que davantage d'enfants tanzaniens achèvent le cycle complet de l’éducation de base, il faut d’abord élargir l’accès à une éducation préscolaire, une approche à la fois vitale et économique.

Les enfants de trois ans d’aujourd’hui sont les diplômés du secondaire de 2030, l’année de l’échéance des Objectifs de développement durable ciblés. Nous plaçons un grand espoir dans des partenariats tels que le Partenariat mondial pour l’éducation, qui rassemble les pays développés et en développement, la société civile, les enseignants et d’autres entités privées, partie intégrante de la solution pour parvenir à l’accès universel à une éducation de grande qualité.

Laisser un commentaire ou
Tanzanie

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.