Financement de l'éducation : le coût de l'inaction

Le coût de l'inaction en matière de financement de l'éducation est difficile à évaluer. Ne pas garantir que tous les enfants puissent aller à l'école et apprendre aura des conséquences désastreuses pour tout le monde, notamment du fait de l'augmentation des inégalités, de l'insécurité et des crises.

22 juillet 2021 par Secrétariat du GPE
|
Lecture : 4 minutes
|
Shayana, élève de CE 2, lève la main pour répondre à une question pendant une leçon. Vanuatu, 2021. Crédit : GPE/Arlene Bax
Shayana, élève de CE 2, lève la main pour répondre à une question pendant une leçon. Vanuatu, 2021.
GPE/Arlene Bax

Le monde est en train d’être redéfini par des menaces communes à la survie de l’humanité, des conflits au changement climatique en passant par les urgences sanitaires. Une génération de jeunes dotés d'une éducation de qualité peut nous protéger des pires conséquences que pourrait avoir la prochaine pandémie, guerre ou catastrophe naturelle, et nous aider à tirer parti des diverses opportunités du 21e siècle.

Les progrès en matière d'éducation dans le monde sont à la croisée des chemins. Nous avons une opportunité unique de redéfinir l'avenir en remettant l’importance d’un apprentissage de qualité pour tous au cœur du débat. Et le temps presse.

L'impact désastreux de la COVID-19 sur l'éducation

La COVID-19 a créé la plus grande perturbation de l'éducation de notre ère. Alors que l’on continue de lutter contre les différentes vagues de la pandémie à travers le monde, l'apprentissage de millions d'enfants reste interrompu.

À mesure que les pertes d'apprentissage augmentent, le risque que les enfants les plus marginalisés ne retournent jamais à l'école s’accroît lui aussi. Les personnes les plus à risque sont les enfants handicapés et les enfants des ménages les plus pauvres, les filles en particulier.

Dans le même temps, la contraction des économies causée par la pandémie met en danger le financement national et international de l'éducation des enfants. Les budgets de l'éducation ont déjà diminué dans les deux tiers des pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure.

Les restrictions budgétaires auxquelles sont contraints plusieurs États pourraient se traduire par une baisse de l'aide à l'éducation de jusqu’à 2 milliards de dollars d'ici 2022. Et il faudra peut-être six ans pour que les niveaux d’aide de 2018 soient à nouveau atteints.

Les impacts combinés des fermetures d'écoles et de la crise économique qui découlent de la pandémie menacent d'aggraver les inégalités en matière d'éducation et d’annihiler deux décennies de progrès en ce qui concerne l'apprentissage.

Une salle de classe en Afghanistan
Une salle de classe en Afghanistan
GPE

Les conséquences des pertes d’apprentissage

Déjà avant la pandémie de COVID-19, le monde était loin d'offrir un apprentissage de qualité à tous les enfants. De nombreux pays avaient déjà du mal à éduquer des populations en constante croissance, et la population d'âge scolaire dans les pays à faible revenu devrait augmenter de 67 % au cours des trois prochaines décennies.

En effet, sans financement urgent et concerté, 825 millions d'enfants d'âge scolaire dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n’acquerront pas les compétences nécessaires pour réussir sur le marché du travail d'ici 2030.

Il est urgent d'accélérer les progrès vers l'accès universel à l'éducation, sinon les progrès sociaux et économiques réalisés par les pays jusqu'à présent risquent d’être réduits à néant.

Cependant, la majorité des budgets nationaux de l'éducation sont soumis à des dépenses récurrentes telles que le paiement des salaires des enseignants et la construction et/ou la réhabilitation des infrastructures scolaires, à tel point que certains pays ne disposent plus que d’à peine 1 % (de leur budget) pour soutenir les réformes et initier les changements qu'ils souhaitent voir.

Sans un soutien financier supplémentaire, y compris du GPE, les pays à faible revenu perdront une opportunité vitale d'améliorer la qualité de l'éducation et d'accélérer les progrès en matière d'apprentissage.

Des élèves consultant des livres à la bibliothèque de l'école primaire de Meskerem, à Bahar Dar, en Éthiopie. Crédit : GPE/Kelley Lynch
Des élèves consultant des livres à la bibliothèque de l'école primaire de Meskerem, à Bahar Dar, en Éthiopie. Depuis 2008, les financements du GPE ont soutenu les réformes de l'éducation en Éthiopie pour améliorer la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage dans les 40 000 écoles du pays.
GPE/Kelley Lynch

Le coût de l'inaction

Un apprentissage de mauvaise qualité a des coûts non seulement en ce qui concerne les opportunités perdues mais aussi, du point de vue des rêves d’enfants brisés et des perspectives d'avenir de leurs communautés et de leurs pays réduites à néant.

Du niveau et de la pertinence des compétences acquises aujourd'hui dépendront les possibilités d'emploi, la richesse et le bien-être des individus demain, ainsi que la stabilité économique et la résilience de leurs sociétés.

Entre temps, le potentiel perdu par manque d'apprentissage coûte environ 129 milliards de dollars par an aux économies. Cet état de fait ne devrait pas forcément prévaloir.

Si nous agissons maintenant pour garantir que tous les enfants des pays à faible revenu apprennent, le produit intérieur brut par habitant pourrait augmenter de près de 70 % d'ici 2050.

Ces investissements sont particulièrement puissants lorsqu'ils visent à éduquer les filles. Douze années d'éducation de qualité pour chaque fille stimuleraient les économies à hauteur de jusqu'à 30 000 milliards de dollars de gains à vie. L'éducation des filles a également des retombées qui profitent à des sociétés entières.

L'éducation est le changement dont nous avons besoin

Un enfant dont la mère sait lire a 50 % de chances de plus de vivre au-delà de l’âge 5 ans, 50 % de chances de plus d'être vacciné et deux fois plus de chances d'aller à l'école. Cela crée ainsi un cercle vertueux de prospérité accrue pour leur pays et leur communauté.

Alors que le monde reste confronté aux impacts de la pandémie de COVID-19, les dirigeants doivent choisir d'investir dans des mesures qui non seulement apporteront des solutions à court terme, mais dont les retombées se feront également ressentir sur le long terme. L'effet multiplicateur des investissements faits dans les systèmes éducatifs aujourd’hui nous aidera à surmonter les plus grands défis de notre avenir de plus en plus interconnecté.

En investissant dans l'atout le plus précieux dont le monde dispose - les enfants et les jeunes - et en s'appuyant sur la force de notre partenariat, le GPE entend accélérer simultanément la lutte pour mettre fin à la pauvreté, prévenir le changement climatique, sauver des vies et créer un avenir commun meilleur pour tous.

Sans les efforts et les ressources supplémentaires mobilisés par le GPE, les pays partenaires perdront une opportunité unique d'accélérer les progrès en matière d'apprentissage. 33 millions d'enfants, dont la moitié sont des filles, pourraient perdre la chance d'apprendre à lire. Cela retarderait à coup sûr les progrès vers la réalisation des indicateurs clés sous-jacents à l'Objectif de développement durable N°4 et entraînerait la perte d’un potentiel énorme.

Au Sommet mondial sur l'éducation la semaine prochaine, les leaders de ce monde ont une occasion unique de faire des annonces de contribution de fonds, d’apporter leur soutien à la transformation de l'éducation et de jeter les bases d'une prospérité future.

L'avenir de millions d'enfants est en jeu. Nous ne devons pas laisser passer cette opportunité.

Laisser un commentaire ou
Financement, Campagne 2025

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.