La réduction du nombre d’enfants non scolarisés implique d’atteindre les plus marginalisés
Un nouveau rapport financé par le Partenariat mondial pour l’éducation montre pourquoi une position de statu quo ne conduira pas à l’éducation primaire ou secondaire universelle
Un nouveau rapport publié lundi dernier et réalisé conjointement par l'UNESCO et l'UNICEF explique qui sont les enfants non scolarisés, où ils vivent, et ce que nous pouvons faire pour leur tendre la main.
21 janvier 2015 par Karen Mundy, Global Partnership for Education|
|

Depuis quatre ans, le Partenariat mondial pour l’éducation soutient des activités de recherche spécifique, de développement des capacités et de partage des connaissances. Il s’agit en effet de développer de bonnes pratiques fondées sur les faits afin de répondre aux défis du secteur de l’éducation. Par le financement des activités mondiales et régionales, 33 M $US au total ont été remis aux organisations partenaires du PME pour résoudre le manque de connaissances dans trois domaines qui se trouvent au cœur de l’œuvre du Partenariat mondial : les résultats et la qualité de l’apprentissage, les enfants non scolarisés et l’équité, et le financement et le renforcement des systèmes.

Parmi les 58 millions d’enfants non scolarisés dans le monde, 41 millions (71 %) vivent dans des pays en développement partenaires du PME. De plus, la plupart d’entre eux, soit 82 % ou 33,5 millions, habitent des pays fragiles ou touchés par les conflits . (voir chapitre 1 du Rapport en anglais sur les résultats de l’apprentissage 2014 – 2015). Si le nombre total d’enfants non scolarisés a chuté de 2 millions depuis 2008 pour atteindre 41 millions en 2012, il continue de représenter toutefois un énorme défi pour la communauté éducative.

Certaines études et travaux à ce sujet financés par nos soins portent à présent leurs fruits, et deux de nos partenaires clés, l’UNICEF et l’Institut de statistique de l’UNESCO ont publié lundi un nouveau rapport Réaliser la promesse non-tenue de l'éducation pour tous - Résultats de l'Initiative mondiale en faveur des enfants non scolarisés. Celui-ci constate que 9 % de tous les enfants en âge de fréquenter l’école primaire (58 millions) ne peuvent exercer leur droit à l’éducation. Si la tendance actuelle persiste, environ 43 % de ces enfants, soit 15 millions de filles et 10 millions de garçons, sont susceptibles de ne jamais mettre les pieds dans une salle de classe.

Le rapport souligne également l’alarmante augmentation des enfants non scolarisés qui sont en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire. L’analyse montre en effet que les enfants âgés de 12 à 15 ans sont deux fois plus susceptibles d'être déscolarisés que leurs cadets. Plus l’enfant grandit, plus le risque qu’il n’entre jamais à l’école ou qu’il décroche est important. Un adolescent sur cinq dans le monde est exclu des salles de classe. Pire, pratiquement aucun progrès n'a été fait dans la réduction de ce nombre depuis 2007.

Graphic on out of school children

Pour les partenaires du PME, il est essentiel d’identifier et de localiser ces enfants

Plus de la moitié des enfants en âge de fréquenter l'école primaire et non scolarisés vivent dans les pays de l'Afrique subsaharienne dans lesquels nous œuvrons d’arrache-pied avec la plupart des gouvernements pour redresser les systèmes éducatifs, éduquer davantage de filles, améliorer les conditions de l'enseignement et les résultats de l'apprentissage. Malgré la plus grande croissance démographique de toutes les régions du monde, les pays de l’Afrique subsaharienne ont vu leur population d’élèves du cycle primaire chuter et passer de 44 millions en 2000 à 33 millions en 2013. Selon le rapport, la plupart de ces enfants n’iront jamais à l’école si les dépenses destinées à l’éducation ne décollent pas du niveau actuel.

Pour les partenaires du Partenariat mondial, c’est l’appel à l’action pour investir dans l'amélioration des données qui est encore plus crucial. Naturellement, il sera plus onéreux d’atteindre les enfants les plus marginalisés mais les statistiques et les outils innovants peuvent aider les gouvernements et bailleurs à mieux dépenser leurs budgets éducatifs. L’amélioration des données est un des éléments les plus essentiels du nouveau modèle de financement fondé sur les résultats du Partenariat mondial et de sa stratégie globale en matière de données.

L’équité est la clé qui permettra de relever les défis de l’éducation

Les enfants vivant dans des zones de conflit, les enfants exploités dans le travail et ceux qui sont victimes de discrimination sur la base de leur ethnie, de leur sexe et de leur handicap sont les plus marginalisés. Tout comme dans notre Rapport sur les résultats de l’apprentissage 2014 – 2015, l’inquiétude grandit de voir s’éroder les précédents acquis en matière d’accès à l’éducation si aucun changement radical en termes de politiques et de ressources n’est insufflé.

Le rapport montre la voie qui permettrait de surmonter les obstacles, souvent liés à la pauvreté, qui empêchent la scolarisation des enfants. Il importe de souligner que ces constats clés sont présentés dans un outil de données interactif d'accès facile et relativement puissant , qui illustre les raisons pour lesquelles des millions d’enfants sont laissés pour compte. Au Nigéria, par exemple, cet outil de données montre que les deux-tiers des enfants des ménages les plus pauvres ne sont pas scolarisés et que près de 90 % d'entre eux ne seront jamais inscrits à l’école. En revanche, seulement 5 pourcent des enfants les plus riches sont déscolarisés, et il est attendu que la plupart d'entre eux reprendront le chemin de l'école.

Pour en savoir plus :

Anglais: http://www.uis.unesco.org/Education/Pages/oosci-global-report.aspx
Français: http://www.uis.unesco.org/Education/Pages/oosci-global-reportFR.aspx?SPSLanguage=FR

Laisser un commentaireou
Enfants non scolarisés

Derniers blogs

Tous les blogs
Des élèves lisant en classe pendant une leçon. École de Kivukoni, MC Mpanda à Katavi en Tanzanie.
De nouvelles données de l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU) confirment la nécessité d'accélérer les efforts pour que tous les enfants soient scolarisés et apprennent.
Fasil, 11 ans, élève à l'école de Felege Abay à Bahar Dar, en Éthiopie, s'exerce avec un puzzle. Crédit: PME/Kelley Lynch
Les engagements pris à l'échelle mondiale afin de réduire les inégalités en matière d'éducation et de garantir à tous les enfants l'accès à l'apprentissage ne sont pas encore atteints. Le mécanisme...
Une jeune fille écrit sur son tableau. Elle est élève à l’école de Sô-Ava, près de Cotonou au Bénin. Cette école a bénéficié de la construction d’un nouveau bâtiment financé par le PME. Crédit: PME/Chantal Rigaud
La Journée internationale de l’alphabétisation célébrée ce 8 septembre, est l’occasion de nous rappeler que beaucoup reste encore à faire pour que davantage d’enfants soient scolarisés et apprennent.

Commentaires

Pour résoudre le problème du nombre élevé d'enfants non scolarisé en Afrique sud saharienne il faut nécessairement passer par l'alphabétisation stématique des parents analphabètes.Me contacter pour en savoir plus.merci.Il faut surtout impliquer les ministères de l'éducation et celui de la santé de sorte à recenser toutes les nouvelles naissances commencer par scolariser ces nouveaux nés dès leur 2eme année et continuer par les anciens nés et ainsi de suite on juguler à.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis