Les jeunes enseignants sont l'avenir de la profession
De moins en moins de jeunes rejoignent la profession. Que pouvons-nous faire pour améliorer l'attractivité de la profession enseignante ?
4 octobre 2019 par Inès da Silva, International Task Force on Teachers for Education 2030|
|
A 20 ans, Jalale Genati est étudiante en troisième année à l'école normale de formation des enseignants d'éducation spécialisée pour enfants ayant des besoins spéciaux de Sebeta en Éthiopie.
CREDIT: PME/Kelley Lynch

Selon l'Institut de statistique de l'UNESCO, 258 millions d'enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés. Plus inquiétant encore, plus de 600 millions d'enfants et d'adolescents vont à l’école mais n'y apprennent pas les bases. Dans les deux cas, ces enfants se voient refuser le droit à une éducation de qualité.

Pour remédier à cette crise de l'apprentissage, le monde a besoin de nouveaux enseignants : environ 69 millions de plus si nous voulons respecter nos engagements avant 2030.

C’est pourquoi la Journée mondiale des enseignant(e)s 2019 a choisi pour thème « Les jeunes enseignant(e)s : l’avenir de la profession ». Au-delà de célébrer ceux qui ont consacré leur vie à transmettre des connaissances et à former les esprits, la Journée mondiale des enseignant(e)s est également l’occasion de mettre en lumière les problèmes importants qui affectent la profession et de maintenir les enseignants au premier plan du programme mondial de l’éducation.

Avis de recherche : jeunes enseignants

Le nombre d'enseignants formés a diminué depuis 2013. En s’appuyant sur les définitions nationales, le Rapport mondial 2019 de suivi sur l'éducation estimait que seulement 85 % des enseignants avaient été formés en 2017, ce qui représente une diminution de 1,5 point de pourcentage.

Le rapport de l’OCDE intitulé Regards sur l’éducation 2019 nous donne un aperçu de la situation. Les jeunes enseignants, définis comme ayant moins de 30 ans, ne représentent que 25 % du corps enseignant à tous les niveaux de l’enseignement dans les pays de l'OCDE.

En France, la proportion de jeunes enseignants du primaire au deuxième cycle du secondaire était de 11 % en 2017. En République de Corée, ils représentaient 14 % du corps enseignant. Le Chili est l’un des pays où la moyenne de jeunes enseignants est la plus élevée, avec 21 %.

Les chiffres sont encore plus inquiétants si l’on observe par niveaux d'éducation. En 2017, il n'y avait que 13 % d'enseignants âgés de 30 ans et moins dans l'enseignement primaire et seulement 11 % dans le premier cycle du secondaire. Cette proportion est encore plus faible dans le deuxième cycle du secondaire avec 8 % des enseignants de ce groupe d'âge.

D’après les dernières données disponibles, en Afrique subsaharienne le pourcentage d'enseignants nouvellement recrutés reste faible dans la plupart des pays (en anglais), en particulier dans l'enseignement primaire. Au Bénin, le pourcentage d’enseignants nouvellement recrutés était de 12 % au niveau primaire. Sur ces 12 %, seulement la moitié ont été formés selon les normes définies au niveau national.

En Afrique du Sud, le pourcentage d'enseignants nouvellement recrutés au niveau primaire était de 8 % et 91 % d'entre eux avaient été formés conformément aux normes nationales. En Côte d’Ivoire, le pourcentage d’enseignants nouvellement recrutés pour le primaire était de 13 % et 99 % d’entre eux avaient été formés conformément aux normes nationales.

Ce qui est encore plus alarmant est la faible proportion d’enseignants nouvellement diplômés sur le nombre total d’enseignants en Afrique subsaharienne : ce rapport était de 4 au Kenya, de 3,7 au Sénégal et de 12,2 en Tanzanie.

Ce que nous pouvons déduire de ces chiffres, c'est que dans le monde entier, les jeunes ne rejoignent pas la profession à un rythme suffisamment élevé.

Attractivité de la profession enseignante chez les jeunes

Source du schéma : EI, The Global Status of Teachers and the Teaching Profession, 2018 p.27
Source du schéma : EI, The Global Status of Teachers and the Teaching Profession, 2018 p.27

Pourquoi la profession est-elle si peu attrayante ?

Autrefois, les enseignants étaient des professionnels très respectés servant souvent de modèles aux jeunes. Prenez Miss Honey, la professeure de Mathilda du livre éponyme de Roald Dahl, ou John Keating, le professeur d’anglais fictif du film Le cercle des poètes disparus, ou même le professeur Dumbledore de la série Harry Potter. Tous ces enseignants ont inspiré le respect, la gratitude et même l'amour aux hordes de lecteurs et de téléspectateurs.

Cependant de nos jours, c'est très différent pour les enseignants. L’enseignement est le plus souvent décrit comme une profession dure et ingrate, exercée dans des conditions de travail difficiles. Elle n'est plus considérée comme une profession de choix. En Tanzanie, par exemple, la profession d'enseignant n'est plus perçue par les jeunes comme une profession respectueuse, mais comme le dernier recours pour ceux qui n'ont pas obtenu de bons résultats aux examens nationaux.

Dans son rapport actualisé sur L'avenir de la profession enseignante (en anglais), l'Internationale de l'Éducation souligne le fait que la première expérience des enseignants face à une classe en début de carrière est parfois déconcertante.

Le rapport énumère même les principales préoccupations des futurs enseignants :

  • Discipline et gestion de la classe
  • Adaptation aux niveaux personnel et institutionnel
  • Méthodes et stratégies d'enseignement
  • Travailler avec des élèves ayant des besoins spéciaux.

Une enquête menée au Royaume-Uni par le syndicat national des enseignants en 2017 a révélé que la moitié des enseignants qui ont répondu à l’enquête et âgés de moins de 35 ans pensaient quitter la profession d’ici les cinq prochaines années en raison de la charge de travail exigeante.

Alors, pourquoi un jeune déciderait-il de poursuivre cette carrière quand il a tant d’autres choix aujourd’hui ?

Que pouvons-nous faire ?

Élaborer et mettre en œuvre des politiques nationales globales en faveur des enseignants pourrait constituer une première étape facile pour améliorer l'attractivité de la profession enseignante.

Dans son Guide d’élaboration des politiques pour les enseignants, l’Équipe spéciale sur les enseignants préconise que les parcours professionnels, les bonnes conditions de travail, les avantages et une rémunération appropriés doivent être considérés comme des moyens de motiver et retenir les enseignants dans la profession, et de les inclure dans toutes les politiques relatives aux enseignants. Le Royaume-Uni envisage déjà d’élever le salaire de départ des jeunes enseignants comme un moyen d’augmenter les taux de recrutement.

Le Bénin vient également de lancer un contrat de déploiement d'une durée de 9 mois pour les jeunes enseignants en formation, qui prévoit un salaire fixe et une allocation de logement directement versés sur leur compte bancaire ainsi qu’une couverture médicale.

Les recherches ont également souligné que si l’on réduisait la charge de travail des jeunes enseignants cela pourrait les aider à faire face aux exigences de la profession. Au Kazakhstan, les nouveaux enseignants travaillent quatre heures de moins par semaine que les enseignants expérimentés.

Les jeunes enseignants citent souvent le manque de préparation lorsqu’ils arrivent devant une classe. Ce que nous préconisons alors, au-delà de la formation initiale des enseignants, est de prévoir une période d’initiation permettant aux jeunes enseignants de disposer d’un soutien de l’école sous la forme de mentors et de réseaux de pairs.

Soixante-dix-sept pourcent (77 %) des chefs d'établissement ayant répondu à l'enquête ont convenu que le mentorat revêt une grande importance pour le soutien des jeunes enseignants, selon les résultats de TALIS 2018. À Singapour, plus de 50 % des enseignants débutants ont un mentor attitré.

C’est pourquoi, lors de la Journée mondiale des enseignant(e)s 2019, nous voudrions rappeler à la communauté internationale que si nous ne trouvons pas de solutions pour attirer les jeunes esprits brillants dans la profession, nous ne pourrons pas combler la « pénurie d’enseignants » et nous ne tiendrons pas notre promesse d’une éducation de qualité telle que définie dans les objectifs de développement durable.

Rejoignez notre panel de discussion

La Journée mondiale des enseignant(e)s, qui se tient tous les ans le 5 octobre depuis 1994, commémore l’anniversaire de l’adoption de la Recommandation OIT/UNESCO de 1966 concernant la condition du personnel enseignant. Cette Recommandation définit les critères relatifs aux droits et aux responsabilités des enseignant(e)s ainsi que les normes fixant leur formation initiale et continue, leur recrutement, leur emploi et les conditions d'enseignement et d'apprentissage.

Cette année, l’UNESCO organise des tables rondes le lundi 7 octobre à son siège à Paris, en France. Les débats réuniront des enseignants en formation, des jeunes enseignants, des formateurs d'enseignants, des universitaires et des représentants de la jeunesse afin de rechercher des solutions pour attirer et retenir les jeunes dans la profession enseignante.

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Une élève de cinquième année lisant à voix haute dans sa salle de classe à l'école de Phonsivilay, dans le district de Meun au Laos. Crédit: PME/Kelley Lynch
Ce n’est que lorsque l’égalité des sexes fera partie de l’ADN des systèmes éducatifs que nous pourrons obtenir des résultats d'apprentissage plus équitables en faveur des filles.
Barsha Kumari Pashawal dans sa classe à l'école Shree Ram Narayan Ayodhaya dans le district de Mahottari, quartier 4, Népal. Crédit: PME/Kelley Lynch
Alors que nous célébrons la Journée internationale de la fille, nous sommes heureux de partager les histoires de ces trois filles du Népal, d’Éthiopie et de Mauritanie qui, malgré les obstacles...
Cette enseignante utilise le chant pour mieux dispenser son cours. Ecole de Kivukoni à Katavi en Tanzanie. Août 2019.
Avec l'adoption de l'ODD 4 sur l'éducation et de la cible 4.c qui reconnait les enseignants comme étant indispensables à la réalisation du programme Éducation 2030, la Journée mondiale des enseignant...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis