Des parlementaires unissent leurs forces pour solliciter un financement de l'éducation plus important et mieux adapté

Dans ses efforts pour demander un financement plus important et meilleur de l'éducation, le Réseau parlementaire international pour l'éducation (IPNEd) a réuni des parlementaires de pays donateurs et de pays partenaires du GPE dans le cadre d'une discussion de haut niveau en ligne pour appeler leurs gouvernements à prioriser, protéger et accroître le financement de l'éducation. Voici les principaux points à retenir de l'évènement.

09 juin 2021 par IPNED Secretariat
|
Lecture : 5 minutes
|
Capture d'écran des participants à la table ronde de haut niveau qui s'est tenue en ligne.
Capture d'écran des participants à la table ronde de haut niveau qui s'est tenue en ligne.

Le jeudi 3 juin, près de 100 parlementaires du monde entier ont levé la main pour soutenir la campagne de financement du GPE.

Lors d'une table ronde de haut niveau en ligne organisée par le Réseau parlementaire international pour l'éducation (IPNEd) - en anglais -, les parlementaires des pays donateurs et des pays partenaires du GPE ont appelé leurs gouvernements à prioriser, protéger et accroître le financement de l'éducation.

Julia Gillard, présidente du Partenariat mondial pour l'éducation, a ouvert l'évènement. Elle a également invité les pays partenaires du GPE à s'engager, lors du sommet, à augmenter leurs dépenses en matière d'éducation pour atteindre le seuil de 20 % et le dépasser.

« De tels engagements sont toujours importants, mais ils sont encore plus précieux à l'heure où les économies sont sous pression et où la tentation de réduire les dépenses pour des services tels que l'éducation est très forte pour les dirigeants des nations ».

Les autres intervenants ont évoqué l’importance du financement national comme source principale et la plus durable du financement de l'éducation.

« Je veux appeler tous les parlementaires à vraiment engager leurs gouvernements à investir davantage dans l'éducation et à s'assurer qu'ils s'engagent à augmenter le financement national de l'éducation ».

David Moina Sengeh, ministre de l'Enseignement de base et secondaire supérieur de la Sierra Leone

Nyaradzayi Gumbonzvanda, président d'ActionAid International, a également encouragé tous les pays partenaires du GPE à rejoindre l'appel à l'action sur le financement de l'éducation lancé par le président Kenyatta en prélude du Sommet mondial sur l'éducation de juillet prohain.

Les députés ont également été rejoints par l'ancien Premier ministre du Royaume-Uni et envoyé spécial des Nations unies pour l'éducation mondiale, le très honorable Gordon Brown.

« Nous devons non seulement transformer la manière dont nous dispensons l'éducation, mais aussi la manière dont nous la finançons, afin de garantir que nous atteignons ceux qui accusent le plus grand retard », a-t-il lancé aux députés.

« Le G7 et le G20, ainsi que la communauté internationale, doivent veiller à ce que les pays qui souhaitent consacrer des fonds à l'éducation puissent le faire, sans avoir à gérer en plus le fardeau des dettes impayables qui les paralysent aujourd'hui. Nous devons également veiller à ce que l'UNESCO, l'UNICEF, le Partenariat mondial pour l'éducation - dans le cadre de sa campagne de financement - et L’Éducation sans délai soient entièrement financés », a poursuivi M. Brown.

Des jeunes du Népal et de Sierra Leone se sont également directement adressés aux parlementaires.

« Combien d'enfants et de jeunes devraient voir leur brillant avenir ruiné simplement parce que leur gouvernement n'est pas en mesure de trouver des solutions aux défis de l'apprentissage imposés pendant la pandémie de COVID-19 ? » a demandé Shradha Koirala, jeune leader du GPE originaire du Népal.

Shradha Koirala, une jeune leader du GPE originaire du Népal, pendant son intervention durant l'évènement.
Shradha Koirala, une jeune leader du GPE originaire du Népal, pendant son intervention durant l'évènement.

« Les jeunes veulent que les dirigeants du monde s'engagent à garantir des ressources suffisantes pour offrir une éducation de qualité à tous les enfants ».

À la suite de ces remarques, les parlementaires ont parlé des difficultés auxquels le secteur de l'éducation est confronté dans leur pays et des mesures prises pour y répondre.

Le professeur Julius Ihonvbere, président de la Commission de la Chambre sur l'éducation de base à l'Assemblée nationale du Nigéria, a ouvert le débat :

« Pendant la pandémie, le gouvernement fédéral a annoncé une réduction de 54 % du budget de l'éducation. La situation s'est encore détériorée avec l'insécurité croissante. Si nous voulons nous en sortir, il faudra sérieusement encourager le gouvernement nigérian à dépenser de l'argent non seulement sur les enseignants mais aussi sur les infrastructures scolaires ».

« Les députés du Bangladesh recensent certains défis critiques auxquels notre système éducatif est maintenant confronté en raison de la pandémie de COVID-19. Cette crise représente une charge supplémentaire qui nécessite un financement supplémentaire significatif pour soutenir l'éducation en ligne. Nous devons redéfinir les priorités de notre budget. Nous ne pouvons pas compromettre les besoins du secteur de l'éducation », a déclaré la Dr Shirin Sharim Chaudhury MP, député et présidente du Parlement du Bangladesh.

Les parlementaires du Kenya et du Royaume-Uni, les co-organisateurs du Sommet mondial sur l'éducation du GPE, ont partagé leurs ambitions pour le sommet.

Harriett Baldwin MP, membre du Parlement britannique et coprésidente de l'IPNEd, a déclaré à cet effet : « Je suis ravie que les gouvernements du Royaume-Uni et du Kenya aient accepté d'accueillir la campagne de financement du Partenariat mondial pour l'éducation. C'est l'occasion de montrer au monde à quel point investir dans l'éducation des enfants est primordial pour eux ».

« Mon souhait par rapport au sommet du G7 et au sommet mondial sur l'éducation est qu’ils veillent à ce que le financement profite réellement aux enfants handicapés, les filles handicapées en particulier ».

Honorable Dennitah Ghati, députée représentant les personnes handicapées au Parlement kenyan

Des parlementaires du Canada, de Colombie, de Gambie et du Liban ont également participé à la discussion, ainsi que Zetta Makri, Vice-ministre grecque de l'Éducation.

La discussion était animée par Joseph Nhan-O’Reilly, directeur exécutif de l'IPNEd, qui a coprésidé l'évènement aux côtés de Mme Baldwin et du député Menhaz Akber Aziz, membre de l'Assemblée nationale du Pakistan et représentant régional de l'IPNEd pour l'Asie.

Les députés ont quitté la réunion avec un vibrant appel à l'action de Julia Gillard : « Lorsque les parlementaires se mobilisent et se rassemblent en grand nombre, ils ont un impact et font la différence. Dans ces semaines cruciales qui restent, nous avons besoin de votre soutien, de votre engagement. Nous avons besoin que vous alliez voir votre gouvernement et que vous lui exposiez les arguments en faveur de l'éducation et de la prise d'engagements ambitieux à la fin du mois de juillet ».

Julia Gillard, présidente du Conseil d'administration du GPE, lors de son intervention durant l'évènement.
Julia Gillard, présidente du Conseil d'administration du GPE, lors de son intervention durant l'évènement.

L'IPNEd poursuit son travail pour obtenir un soutien en faveur d'un financement accru et mieux adapté de l'éducation.

Le Réseau a produit une note d'information à l'intention des députés des pays en développement (en anglais), qui explique ce qu'ils peuvent faire pour encourager leur gouvernement à soutenir l'Appel à l'action du Président Kenyatta et à s'engager lors du Sommet mondial sur l'éducation.

La note d’information, également disponible en français et en espagnol, est largement partagée au sein du Réseau et des organisations de la société civile.

L'IPNEd a également publié des notes d'information spécifiques à chaque pays à l'intention des députés des pays donateurs (en anglais) sur les arguments en faveur d'un investissement ambitieux de leur gouvernement dans la campagne de financement du GPE. Le réseau a déjà réuni des parlementaires d’Europe et d'Asie-Pacifique (en anglais) pour discuter de l'importance vitale d'un GPE entièrement financé, et de nombreux députés ont pris des mesures pour soutenir la campagne de financement du GPE à l’issue de ces précédents échanges.

Pour en savoir plus sur le travail du Réseau sur le financement de l'éducation, veuillez consulter le site https://www.ipned.org/global-partnership-for-education-replenishment ou envoyer un courriel à info@ipned.org.

Laisser un commentaire ou
Campagne 2025, Gouvernance

Derniers blogs

Commentaires

Engagement louable. Les pays en voie de developpement devront etre encourages a s'integrer dans cette logique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.