Que fait le PME pour soutenir l'éducation des enfants réfugiés ?
Le 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés. Pour les enfants qui sont pris au piège du chaos de devoir quitter leur maison et parfois leur famille, le fait de pouvoir continuer à recevoir une éducation est un facteur de normalisation. Cela peut leur donner l’espoir d’un avenir meilleur et les compétences dont ils auront besoin pour améliorer leur sort et celui de leur future famille.
20 juin 2019 par Secrétariat du GPE|
|

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Un élève dans sa salle de classe à l'école de la Couronne Nord 1 à Niamey au Niger. Crédit: PME/Kelley Lynch
Selon les premières projections sur les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif de développement durable 4 (ODD 4), le monde n’atteindra pas son objectif d’une éducation de qualité pour...
Ethiopia’s joint sector review meeting gathered participants to share experiences and lessons to inform future planning. Credit: GPE/Kelley Lynch
La revue sectorielle conjointe (RSC) du secteur de l’éducation en Ethiopie a récemment réuni quelque 70 participants qui se sont engagés dans un dialogue ouvert et ont partagé leurs expériences et...
Alice Albright pendant l'un des forums des Ministres du G7. Crédit: Sinead Andersen
Lors de ses interventions durant les principaux forums du G7, Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation, a particulièrement insisté sur le rôle urgent de l'éducation...

Commentaires

L'UNICEF partage des kits ludiques pour les enfants après passage de cyclones ou autres catastrophes climatiques. Cela permet surtout d'aider les enfants à extérioriser et à mettre des mots sur leurs peurs ou autres traumatismes pour qu'ils puissent aller de l'avant. Il faudrait peut-être le même type de kits pour les enfants réfugiés mais dont le contenu serait plus conséquent, avec avec les matières de base par exemple. Garder l'approche ludique surtout pour une thérapie vu les impacts psychologiques.

Tout simplement pour dire un grand merci à ces femmes/hommes qui prennent le temps de sillonner les zones de sinistres et de diffuser leurs témoignages

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis