Déclaration d'Alice P. Albright, Directrice générale sortante du GPE
|
Alice Albright, Directrice générale sortante du GPE, lors d'une visite d'un centre d'apprentissage à Cox's Bazar, au Bangladesh, début septembre 2019. Crédit : GPE/Chantal Rigaud
Alice Albright, Directrice générale sortante du GPE, lors d'une visite d'un centre d'apprentissage à Cox's Bazar, au Bangladesh, début septembre 2019.
Credit:
GPE/Chantal Rigaud

Washington D.C., 8 février 2022 - Il y a neuf ans, j'ai eu l'humilité et l'honneur d'être nommé directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation (GPE). Depuis lors, avec nos partenaires nationaux et nos soutiens dévoués, nous avons accompli beaucoup pour les enfants les plus marginalisés du monde.

Aujourd'hui, s’ouvre un nouveau chapitre tant pour le GPE que pour moi, à l’heure où que je quitte cette formidable organisation pour prendre la tête de la Millennium Challenge Corporation, une organisation qui s'emploie à réduire la pauvreté dans le monde.

Avant de livrer une réflexion sur les résultats, la croissance et l'engagement politique du GPE, je voudrais évoquer les histoires d'enfants pour lesquels le partenariat travaille. J'en ai rencontré tellement lors de visites d'écoles pendant mes missions.

Ce sont les visages d'enfants qui s'épanouissent parce qu'ils reçoivent une éducation de qualité. Je vais commencer par le cas de Barsha.

Barsha vit dans le district de Mahottari au Népal et n’allait pas à l'école car elle devait s'occuper de ses jeunes frères et sœurs et des chèvres de la famille. Mais, grâce à un programme innovant, les parents de Barsha ont été persuadés de l'envoyer suivre des cours de rattrapage dispensés dans le cadre d’un programme d'apprentissage informel deux heures par jour. Après neuf mois d'apprentissage, elle avait tellement appris qu'elle pouvait intégrer une école ordinaire dans la même classe que les autres enfants de son âge.

Aujourd'hui, Barsha rêve de devenir enseignante, et l'éducation est entrain de changer sa vie.

À un continent de là, Aichetou vit avec sa famille à Tarhill, un quartier à la périphérie de Nouakchott, la capitale mauritanienne, où elle fréquente l'école primaire de sa communauté. Le GPE a aidé le gouvernement à construire des « écoles de proximité » dans des zones où de nombreux enfants, notamment des filles comme les sœurs aînées d'Aichetou, n'accédaient pas au premier cycle du secondaire. Aichetou s'est inscrite en classe de 6e dans l'une de ces écoles communautaires, où elle s'épanouit.

Barsha et Aichetou sont loin d'être les seules dans leurs cas. Depuis la création du GPE il y a près de 20 ans, 160 millions d'enfants supplémentaires sont scolarisés dans nos pays partenaires, dont deux fois plus de filles qu'avant. Cela n'aurait pas été possible sans le soutien de tant de partenaires, dont les ministères de l'éducation, les organisations de la société civile, les enseignants, les entreprises, les fondations et d'autres donateurs. J’en suis tellement reconnaissante.

Le GPE se concentre sans relâche à obtenir des résultats, et cela se voit : les résultats d'apprentissage s'améliorent dans 70 % de nos pays partenaires.

De plus, nous comblons l'écart entre les sexes. L'écart entre les garçons et les filles achevant le primaire dans les pays partenaires du GPE est passé de 6,1 % il y a cinq ans, à 3,4 % aujourd'hui. Aujourd'hui, le GPE intègre l'égalité des genres dans ses opérations et nous avons créé un guichet de financement dédié à l'éducation des filles dans le cadre de notre nouveau plan stratégique. Je m'attends à voir de grandes avancées dans ce domaine très prochainement.

Le financement de l'éducation est également en hausse. Les pays partenaires ont augmenté leur financement national de l'éducation de près de 6 milliards de dollars au cours des cinq dernières années, une réalisation remarquable et un témoignage de ce qu'ils croient en l'importance d'une population éduquée.

Lorsque j'entamais mon mandat au GPE, nous avions 18 donateurs. Aujourd'hui, nous en avons 26, et la grande majorité a augmenté la part de ses contributions. Grâce à ces donateurs fidèles, nous avons levé 4 milliards de dollars pour accélérer l'apprentissage durant les cinq prochaines années.

C'est une croissance substantielle. Le GPE a commencé comme un petit fonds fiduciaire administrant des financements puis s'est transformé en une plateforme de partenariat d'une valeur et d'une ampleur significatives, avec la capacité d’agir à grande échelle.

En 2012, le GPE a alloué la somme de 300 millions de dollars US via 20 financements. En 2020, nous avons accordé aux pays près d'un milliard de dollars via 107 financements, qui comprenaient un guichet de financement accéléré contre la COVID-19.

Nous avons également facilité la leveé de près d'un milliard de dollars supplémentaires pour améliorer les systèmes éducatifs grâce à nos mécanismes de financement innovants, notamment le fonds à effet multiplicateur du GPE, qui mobilise 3 dollars en financement externe pour chaque dollar alloué dans le cadre de financement du GPE.

En plus de notre financement innovant, nous avons créé une plateforme unique d'échange de connaissances et d'innovation connue sous le nom de KIX, et le plus grand fonds destiné à soutenir des actions de plaidoyer en faveur de l'éducation au monde, L’Éducation à voix haute.

Le travail de plaidoyer du GPE et de nos nombreux et merveilleux partenaires a permis à l'éducation de gagner en importance dans l'agenda politique mondial. Le leadership et l'engagement politiques sont des éléments essentiels pour construire des systèmes éducatifs solides, que ce soit au niveau du G7 ou de l'Union africaine.

Les pays qui ont le mieux réussi à développer leur économie et à réduire la pauvreté sont ceux qui investissent dans leur population, notamment en mettant en place des systèmes éducatifs solides. Cela demande une forte volonté politique.

L'année dernière, près de 20 pays en développement se sont engagés à améliorer leur financement national de l'éducation.

Le défi, bien sûr, est de maintenir l'éducation au rang des prorités de l’agenda politique mondial. Çà ne sera pas toujours facile, mais c'est particulièrement vrai en cette période de pandémie qui a provoqué la plus grande crise de l'apprentissage à laquelle le monde n’ait jamais été confronté.

Le GPE s'engage à accélérer les progrès, à rester concentré sur ce qui fonctionne, à rester agile et ambitieux et à agir avec un sentiment d'urgence. Il est bien placé pour le faire, en grande partie parce que nous l'avons déjà fait, grâce à la portée et l'importance des capacités du partenariat.

Jusqu'ici nous avons toujours réussi parce que nous nous demandons continuellement comment nous pouvons faire mieux.

Il y a tellement de choses à propos du GPE qui me rendent particulièrement optimiste et confiante quant à l'avenir du partenariat. Un facteur important est l'équipe incroyablement dévouée et talentueuse du Secrétariat du GPE.

J'ai rarement travaillé avec un groupe de personnes aussi résilientes, intelligentes et engagées - et bien qu’issues d’horizons divers, elles sont unies dans le but unique d'aider davantage d'enfants à obtenir une meilleure éducation.

Ce fut un véritable honneur de travailler avec mes collègues du GPE et toutes les réalisations accomplies durant mon mandat sont entièrement dues à leurs efforts.

À l’heure où je prends congé de cette merveilleuse organisation, je peux vous assurer que je continuerai de suivre les progrès du GPE dans la transformation des vies des jeunes filles et garçons dont la vie dépend de la capacité du partenariat à relever le défi, encore et toujours, sans relâche.

###

Des photos d'Alice P. Albright sont disponibles ici.

Notes aux éditeurs

En juillet 2021 à Londres, le Sommet mondial sur l'éducation co-présidé par Boris Johnson, le Premier ministre britannique et Uhuru Kenyatta, le président de la République du Kenya, a levé un record de 4 milliards de dollars en faveur du GPE auprès des donateurs. Le total de la collecte de fonds place le GPE en bonne voie d'atteindre son objectif de collecter au moins 5 milliards de dollars, pour permettre à 175 millions d'enfants d'apprendre et d'aider à scolariser 88 millions de filles et de garçons de plus d'ici 2025.

À propos du Partenariat mondial pour l'éducation

Le GPE est un engagement commun à mettre fin à la crise mondiale de l'apprentissage. Nous mobilisons des partenaires et des fonds pour aider 76 pays à faible revenu à transformer leurs systèmes éducatifs afin que chaque enfant puisse recevoir l'éducation de qualité dont il a besoin pour libérer son potentiel et contribuer à la construction d'un monde meilleur.

www.globalpartnership.org/fr

Contact :

  • Tamara Kummer, Responsable médias, @email, + 33 7 82 26 07 18
Alice Albright, Directrice générale sortante du GPE, lors d'une visite d'un centre d'apprentissage à Cox's Bazar, au Bangladesh, début septembre 2019. Crédit : GPE/Chantal Rigaud
Alice Albright, Directrice générale sortante du GPE, lors d'une visite d'un centre d'apprentissage à Cox's Bazar, au Bangladesh, début septembre 2019.
Credit:
GPE/Chantal Rigaud
Gouvernance

Dernières actualités