Le Kenya, le Royaume-Uni et le GPE organisent des visites d'école en prélude au Sommet mondial sur l'éducation
|
Boris Johnson et Julia Gillard rendent visite à l'école primaire Cleves Cross à Ferryhill, Royaume Uni, et connectent virtuellement avec le Président Kenyatta du Kenya, en amont du Sommet mondial sur l'éducation.
Boris Johnson et Julia Gillard rendent visite à l'école primaire Cleves Cross à Ferryhill, Royaume Uni, et connectent virtuellement avec le Président Kenyatta du Kenya, en amont du Sommet mondial sur l'éducation.
Andrew Parsons / No 10 Downing Street

Aujourd'hui, Boris Johnson, Premier ministre britannique, et Julia Gillard, présidente du Conseil d’administration du GPE, ont visité une salle de classe dans une école en Angleterre et ont été connectés en ligne à Uhuru Kenyatta, Président de la République du Kenya, qui de son côté visitait une école à Nairobi. L'évènement visait à sensibiliser sur les effets de la crise mondiale de l'éducation et à l’importance de l'éducation des filles. Une occasion de réaffirmer les nouveaux objectifs du G7 de scolariser 40 millions de filles de plus et faire en sorte que 20 millions de filles de plus soient capables de lire à l'âge de 10 ans, d'ici 2026.

Les ministres des Affaires étrangères et du Développement des pays du G7 se sont également engagés à « mobiliser des ressources financières et techniques, notamment par le biais du Partenariat mondial pour l'éducation, et à travailler avec les gouvernements nationaux pour protéger les dépenses nationales consacrées à l'éducation ».

Boris Johnson et Uhuru Kenyatta co-présideront le Sommet mondial sur l'éducation du GPE à Londres les 28 et 29 juillet 2021. Ce sommet vise à lever 5 milliards de dollars sur les cinq prochaines années pour soutenir le travail du GPE.

Pendant la visite d'école, Boris Johnson a annoncé le lancement d’un nouveau programme de 55 millions de livres - baptisé What Works Hub for Global Education - dont le but est de soutenir les pays à faible revenu dans leurs réformes de l’éducation, en finançant de nouvelles recherches. Il a également lancé le Plan d’action pour l’éducation des filles, qui définit les étapes nécessaires pour atteindre les objectifs globaux en matière d’éducation des filles.

« Aider les filles à bénéficier de 12 années d'une éducation de qualité est l'un des investissements les plus intelligents que nous puissions faire, à l’heure où le monde se remet progressivement des effets de la pandémie de COVID-19. Si nous n’y parvenons pas, nous risquons de perdre toute une génération à cause de cette pandémie », a déclaré Boris Johnson, Premier ministre britannique. « Partout dans le monde, il existe une vaste ressource inexploitée - des filles dont l'éducation a été interrompue ou qui n’ont tout simplement jamais bénéficié de ce droit, et qui pourtant pourraient mener des efforts pour sortir leurs communautés de la pauvreté. Je vais travailler tout au long de la présidence britannique du G7 pour faire en sorte que les dirigeants investissent dans ces filles et augmentent les chances des enfants à travers le monde d’avoir un avenir meilleur. »

« Protéger les budgets nationaux de l'éducation et veiller à ne pas perdre l'élan en faveur de l'éducation à cause de la pandémie de COVID-19 nous permettra de créer des économies plus prospères et plus résilientes », a insisté Uhuru Kenyatta, Président de la République du Kenya. « Nous devons investir de manière intelligente dans les technologies de l'éducation pour aider à réduire la fracture numérique et à surmonter les déficits d'infrastructures dans les écoles. Le Partenariat mondial pour l'éducation fournit un financement catalytique essentiel qui promeut la qualité et l'équité de l'éducation et maximise la valeur des investissements des gouvernements dans l'éducation. C’est pourquoi je me suis associé au Premier ministre [Boris Johnson], pour qu’ensemble nous parvenions à lever 5 milliards de dollars pour le GPE. »

« La COVID-19 a aggravé la crise mondiale de l'éducation qui a frappé le plus durement les enfants des pays à faible revenu et a eu des conséquences qui bouleversent la vie de millions de personnes », a rappelé Julia Gillard, présidente du Conseil d'administration du GPE. « Nous sommes à un moment décisif. Lorsque le monde se sera remis des effets de la pandémie, faire en sorte que chaque fille et chaque garçon ait la possibilité de bénéficier d'une éducation de qualité est le meilleur investissement que nous puissions faire pour assurer un avenir plus durable, pacifique et résilient. Le Sommet mondial sur l'éducation de juillet, co-organisé par le Royaume-Uni et le Kenya, est une occasion particulièrement importante de financer entièrement le Partenariat mondial pour l'éducation et d'aider à transformer les systèmes éducatifs, pour les rendre plus équitables et efficaces. »

##########

Boris Johnson et Julia Gillard rendent visite à l'école primaire Cleves Cross à Ferryhill, Royaume Uni, et connectent virtuellement avec le Président Kenyatta du Kenya, en amont du Sommet mondial sur l'éducation.
Boris Johnson et Julia Gillard rendent visite à l'école primaire Cleves Cross à Ferryhill, Royaume Uni, et connectent virtuellement avec le Président Kenyatta du Kenya, en amont du Sommet mondial sur l'éducation.
Andrew Parsons / No 10 Downing Street

Dernières actualités