Message de Son Éminence le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège, aux participants du Sommet mondial sur l'éducation
|
Son Éminence le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège.
Son Éminence le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège.

En tant que plus grande instance non gouvernementale au monde offrant des prestations en matière d'éducation, l'Église catholique joue un rôle majeur dans la réalisation du quatrième Objectif de développement durable, qui est d'assurer une éducation inclusive, équitable et de qualité et de promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Cependant, en raison du rôle essentiel que joue l'éducation dans la promotion des droits humains et des initiatives de développement humain intégral, notamment en assurant une éducation de qualité à tant d'enfants, en particulier dans les pays en développement, les écoles catholiques visent également à accomplir bien plus, en contribuant à construire des communautés plus fortes et plus résilientes, basées sur les concepts de fraternité humaine et de solidarité mutuelle.

Malheureusement, la pandémie de Covid-19 a eu un impact dévastateur sur les élèves et les écoles, non seulement en raison de la fermetures des établissements scolaires, mais aussi à court et moyen terme en raison de la récession économique mondiale et des risques de résurgence du virus.

Des statistiques récentes ont amené certains à parler de « catastrophe éducative », du fait qu’elles mettaient en évidence une disparité marquée en matière d'opportunités éducatives et technologiques, un grand nombre d'enfants et d'adolescents ayant accumulé du retard dans leur scolarité.

Tout cela semble bien plus grave dans les pays émergents et en développement, où une grande partie de la population vit déjà dans une extrême pauvreté et où le risque que les enfants défavorisés abandonnent l'école reste élevé.

Bien que la crise puisse toucher aussi bien les garçons que les filles, les adolescentes sont particulièrement à risque. Lorsque les filles abandonnent l'école, elles sont non seulement plus susceptibles de devenir mères à un âge précoce, mais aussi de se marier tôt, avant d'être physiquement et émotionnellement prêtes.

Cela peut avoir de nombreuses conséquences négatives, non seulement pour leur santé et celle de leurs enfants, mais aussi pour leur avenir sur le marché du travail, ainsi que pour le risque de subir des violences domestiques et leur capacité à prendre des décisions au sein de leur foyer.

Beaucoup reste à faire pour atteindre l'ODD 4 et faire du droit à l'éducation une réalité, afin qu'aucun élève ne soit laissé de côté.

La crise actuelle, malgré tous ses effets négatifs à court et à moyen terme, offre une bonne occasion de mettre en œuvre des changements qui permettront d'améliorer les systèmes éducatifs et les rendre plus résilients. Tel était le noble objectif de ce sommet, qui visait à sensibiliser à la nécessité urgente de mettre en place un large éventail de programmes d'éducation bien conçus et bien financés et de réponses politiques par les gouvernements avec le soutien de la communauté internationale et du secteur privé.

« Aujourd'hui nous est donnée l’occasion d’exprimer notre sens inné de la fraternité, d'être de bons samaritains qui endurons la douleur des problèmes des autres plutôt que de fomenter davantage de haine et de ressentiment ».

En effet, l'heure est à la coresponsabilité et à un plus grand engagement. Le moment est venu pour « un engagement des familles, des communautés, des écoles, des universités, des institutions, des religions, des gouvernements et de l’humanité tout entière de former des hommes et des femmes matures. »

À cette fin, l'Église catholique, à travers son réseau mondial d'institutions éducatives et en tant qu'experte en humanité, souhaite offrir son soutien moral, en encourageant les leaders mondiaux à investir davantage dans l'éducation des jeunes, moyen indispensable pour le développement de leur peuple et atout stratégique pour faire face aux défis qui nous attendent dans un avenir proche.

« Il est temps de regarder l'avenir avec courage et espoir. Puissions-nous être soutenus par la conviction que l'éducation porte en elle une graine d'espoir : l'espoir de la paix et de la justice ; l'espoir de la beauté et de la bonté ; l'espoir de l'harmonie sociale. ».

Son Éminence le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège.
Son Éminence le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège.
Campagne 2025

Dernières actualités