Riposte au COVID-19

Allocation : 7 millions $ US

Années : 2020-2021

Agent partenaire : UNICEF

Document clé : Requête de financement et document de programme

Le financement de 7 millions de dollars permettra de soutenir :

  • la continuité de l'apprentissage pendant la période de fermeture des écoles à travers la production et la diffusion de programmes éducatifs à la radio, la TV, les plateformes numériques et l'impression de documents à distribuer ;
  • les groupes vulnérables, notamment les filles, les enfants des zones rurales et les enfants handicapés à travers la distribution de petits postes de radios et de repas scolaires, et l'impression de matériel pédagogique ;
  • des campagnes de reprise des cours et de mobilisation sociale ciblant les filles, et la production de guides basés sur un programme d'éducation accélérée récemment mis en place pour les filles, dans les zones isolées. Une attention sera portée à l'accueil des filles enceintes et des enfants qui pourraient avoir été victimes de violences pendant la période de fermeture des écoles dans les meilleures conditions possibles ;
  • la réouverture des écoles en toute sécurité à travers la mise en place de programmes d'hygiène et de salubrité, la diffusion de conseils aux parents sur la santé scolaire et un soutien psychosocial.

Fin mars 2020, le bureau de l'UNICEF en Guinée a également reçu un financement du PME de 70 000 $ US destiné à aider le ministère de l'Éducation à planifier sa riposte à la pandémie de coronavirus (COVID-19).

L'éducation en Guinée

Le Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) de la Guinée identifie l’éducation et la formation comme des secteurs prioritaires et définit quatre priorités nationales en matière d’éducation :

  • la poursuite des efforts sur la voie de la scolarisation primaire pour tous et le développement de l’éducation de base, tout en réduisant les disparités.
  • l’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement et de l’apprentissage à tous les niveaux.
  • le développement de meilleurs programmes et formations pour l’enseignement technique, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, en cohérence avec les besoins économiques du pays.
  • le renforcement de la gouvernance dans le secteur éducatif par l'amélioration de l'efficacité en matière de gestion du système et le renforcement du processus de décentralisation.

La Guinée a accompli des progrès remarquables au cours des dernières années, particulièrement en termes d'augmentation de l'accès à l'éducation. Le secteur éducatif demeure cependant confronté à de nombreuses difficultés quant à l’accès, l'efficacité, la qualité et l’équité.

Le Plan de transition de l'éducation 2015-2017, qui a été prolongé jusqu'en 2018, présente les nombreux objectifs liés à l’accès, la qualité, la pertinence et la gouvernance tels que :

  1. élargir la couverture préscolaire et réduire les disparités entre zones rurales et urbaines
  2. renforcer l'accès et améliorer la rétention scolaire par la construction d'écoles, le recrutement d'enseignants et la restructuration des paiements dans les zones difficiles
  3. améliorer l'offre scolaire en créant des cantines, en distribuant des kits scolaires et en organisant des campagnes de mobilisation sociale
  4. encourager la scolarisation et la rétention des filles par la création d'associations de mères et de mentors, et l'offre de formations sur les bienfaits de la scolarisation
  5. développer des écoles inclusives, afin de promouvoir l’accès à l’éducation pour les enfants handicapés grâce à un recensement de ces derniers
  6. améliorer l’accès au premier cycle du secondaire et le taux de passage du primaire au secondaire pour tous les enfants
  7. développer l’accès à l’enseignement et la formation techniques permettant de satisfaire les besoins en main-d'œuvre qualifiée nécessaires au développement du pays
  8. investir dans la création et la rénovation des écoles de formation publiques
  9. développer des partenariats public-privé pour une meillure gestion des institutions de formation et la modernisation de l’apprentissage
  10. accueillir un nombre croissant d’étudiants dans l'enseignement supérieur par la restructuration des programmes académiques des principales institutions, la rénovation et l'extension des infrastructures existantes, le renouvellement de l'enseignement à distance et la promotion d'incitations, afin de favoriser l'accès des filles aux études scientifiques et techniques.

Blogs et actualités

Dernier financement

Une élève résolvant un problème mathématique au tableau sous le regard attentif de son instituteur. École Alphabaria, région de Dabola en Guinée. Mai 2016.

Une élève résolvant un problème mathématique au tableau sous le regard attentif de son instituteur. École Alphabaria, région de Dabola en Guinée. Mai 2016.

CREDIT: GPE/Adrien Boucher
Objectif de développement: remédier aux disparités en matière d'accès et améliorer la qualité et les résultats d'apprentissage au niveau de l'éducation de base, ainsi que la relation entre la formation professionnelle et l'enseignement supérieur et les besoins du marché du travail.
Allocations: 37 899 994 $US
Années: 2020
Agent partenaire: Agence Francaise de Developpement
Décaissements: 1 289 800 $US

Le financement de 34 millions d’euros soutient un fonds commun qui utilise une modalité d’appui budgétaire traçable appelée FCE/BAS (Fonds Commun de l’Éducation/Budget d’Affectation Spéciale). Le fonds inclue un cofinancement de l'AFD et de l'UNICEF, et s'élève à un montant total de 54,48 millions d'euros.

Le financement du GPE est constitué d’une partie fixe de 23,82 millions d’euros et d’une part variable de 10,21 millions d’euros, liée aux résultats.

Le FCE/BAS soutient la mise en œuvre de la stratégie décennale du secteur de l’éducation du pays et reste ouvert à l’adhésion de partenaires supplémentaires au mécanisme commun.

Le programme a les objectifs suivants :

  1. Rendre l'accès à l'éducation de base plus équitable en :
    • améliorant les capacités du système scolaire existant par la construction de nouvelles salles de classe aux niveaux du préscolaire, du primaire et du premier cycle du secondaire
    • développant la formation professionnelle post-primaire
    • s'alignant sur la politique de décentralisation du pays en ce qui concerne les travaux d'infrastructure du secteur de l'éducation
    • stimulant la demande en matière d'éducation.

  2. Améliorer la qualité de l'apprentissage dans l'éducation de base en :
    • élargissant le cycle de l'éducation de base aux 10 premières années de scolarité formelle
    • mettant un accent particulier à diversifier l'offre de formation en sciences et technologies dans le second cycle du secondaire
    • améliorant la qualité de l’apprentissage à tous les niveaux, notamment les performances aux tests standardisés, la baisse des taux de redoublement et d’abandon, la satisfaction des employeurs à l’égard des compétences des sortants, la disponibilité de matériel pédagogique, la formation initiale et continue des enseignants, etc.

  3. Améliorer l'adéquation entre l'éducation et les besoins du lieu de travail en  :
    • élargissant et adaptant les programmes d'EFTP pour qu'ils répondent le mieux aux besoins des élèves s'inscrivant directement dans le primaire, au premier et au second cycle du secondaire pour qu'ils répondent aux besoins du marché du travail
    • mettant l'accent sur la réponse aux besoins du marché du travail et de la recherche scientifique dans l'enseignement supérieur.

  4. Améliorer l'efficacité du système éducatif en :
    • améliorant la gestion et la gouvernance du secteur dans le cadre de la politique nationale de déconcentration et de décentralisation
    • renforçant la coordination du secteur
    • renforçant les capacités de divers acteurs du système éducatif.

Le mécanisme de financement proposé est beaucoup plus aligné sur les systèmes nationaux que le fonds commun précédent, notamment en ce qui concerne son intégration dans le budget national suivant la classification fonctionnelle dudit budget, le processus de dépenses budgétaires, la passation des marchés et la comptabilité.

Financements

Tous les montants sont en dollars américains.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire  
COVID-19 2020 7 000 000 0 UNICEF  
Mise en œuvre d'un programme 2020 37 899 994 * 1 289 800 * Agence Francaise de Developpement  
2015-2019 37 650 510 37 650 510 Banque mondiale Rapport d'achèvement
2010-2014 40 000 000 40 000 000 Banque mondiale Rapport d'achèvement
2010-2014 24 000 000 24 000 000 UNICEF  
Préparation d'un plan sectoriel 2020-2023 200 000 0 UNICEF  
2018-2019 218 055 218 055 UNICEF  
2017-2018 219 401 219 401 UNICEF  
2013-2014 241 360 241 360 Banque mondiale  
Préparation d'un programme 2019-2020 200 000 0 Agence Francaise de Developpement  
2014 136 539 136 539 Banque mondiale  
  Total 147 765 859 103 755 665    
Dernière mise à jour : 15 novembre 2020

* Ce financement a été approuvé en euros, pour un montant de 34,04 millions d'euros.

Évolution du secteur éducatif

Les graphiques ci-dessous montrent les progrès globaux réalisés dans le secteur de l'éducation en Guinée et les données du PME montrent les progrès réalisés par le pays pour 16 des indicateurs suivis dans le cadre de résultats du PME.

Taux d’achèvement du primaire

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire

Taux d’enfants non scolarisés en âge du primaire

Taux d’adolescents non scolarisés en âge du 1er cycle du secondaire

Taux brut d’inscription au préscolaire

Indice de parité entre les sexes pour le taux de non-scolarisation

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB

Ratio élèves/enseignants formés

Enseignants formés

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation
Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Dernière mise à jour 23 juillet 2020