5 raisons d’investir plus de 5 milliards de dollars : entretien avec Naana Jane Opoku-Agyemang

Le GPE pose cinq questions à Naana Jane Opoku-Agyemang sur le pouvoir de l'éducation. Cette série d'entretiens s’inscrit dans le cadre de la campagne de financement du GPE, qui vise à collecter au moins 5 milliards de dollars pour transformer l'éducation de près d'un milliard d'enfants dans 90 pays et territoires.

06 avril 2021 par Secrétariat du GPE
|
Lecture : 3 minutes
|
5 raisons d’investir plus de 5 milliards de dollars : entretien avec Naana Jane Opoku-Agyemang

La professeure Naana Jane Opoku-Agyemang est l'ancienne Présidente du Conseil pour l'Afrique du Forum des éducatrices africaines (FAWE).

1. Quelles mesures les gouvernements peuvent-ils prendre pour garantir des investissements nationaux dans l’éducation des filles, compte tenu de leurs diverses priorités nationales notamment ?

Les gouvernements doivent constamment démontrer que l'éducation est la base de tout développement, qu’elle représente le moyeu autour duquel tournent les rayons de tous les autres secteurs, de la sécurité à la santé en passant par l’économie, le changement climatique, l’égalité, les droits humains, etc.

2. Quels sont pour vous les principaux moyens pour impulser le changement et surmonter les obstacles à l’éducation des filles ? Quel rôle peuvent jouer les financements nationaux et les ministres des finances pour y parvenir ?

Un des principaux piliers serait déjà de sensibiliser le public sur l'importance d'une éducation de qualité pour tous, notamment pour les filles et les femmes, dans la mesure où leur éducation renforce le rôle central qu’elles jouent dans leurs propres vies, dans la vie de leurs familles et dans la société dans son ensemble.

Si les ministères en charge des Finances continuent de se concentrer sur l'éducation des filles et des femmes, ils seraient agréablement surpris de constater qu'à l'avenir, de moins en moins de ressources publiques seront consacrées à des secteurs tels que la santé, l'énergie, la sécurité, l'assainissement, l'eau, la protection de l'environnement, le bien-être et bien d’autres encore.

3. Le FAWE a récemment publié des recommandations pour une réorganisation des systèmes éducatifs africains afin de les adapter aux besoins des apprenants de la génération COVID-19 et au-delà. À votre avis, de quels investissements les gouvernements et les autres acteurs ont-ils besoin pour garantir aux systèmes éducatifs post-COVID-19 d’être inclusifs et équitables ?

C'est une belle opportunité pour penser au-delà des seuls chiffres, aussi importants soient-ils, de s’intéresser aux contenus qui sont enseignés aux filles et aux femmes et à ce qu'elles deviendront grâce à cela. C’est une démarche essentielle pour initier des approches diversifiées de l'apprentissage.

Nous recommandons de revoir la manière d’appréhender l'apprentissage pour mettre l'accent sur les résultats, en fonction des économies et des opportunités d'innovation et de la créativité qui en découle.

Les faiblesses et lacunes mises à nu par la pandémie nécessitent une attention particulière. Il faudrait investir dans les enseignants, dans des équipements adaptés à l'apprentissage et, surtout, dans un apprentissage qui donne des résultats réels et applicables.

4. La pandémie de COVID-19 a particulièrement affecté les systèmes éducatifs à travers le monde. Selon les estimations, jusqu'à 20 millions de filles pourraient ne jamais retourner à l'école. Pourquoi la campagne de financement du GPE s’avère-t-elle si importante dans un tel contexte ?

Cette campagne est essentielle pour apporter une solution aux problèmes des enfants non scolarisés, dont les filles en particulier.

Si nous nous basons sur le principe selon lequel tout le monde peut apprendre, alors nous pouvons également atteindre les filles non scolarisées, à travers différents modes d'apprentissage. Plus longtemps elles restent non scolarisées, plus le nombre de filles non scolarisées augmente et plus les chances de garantir la paix dans le monde s’amenuisent.

5. Quel.s souvenir.s gardez-vous de vos années passées à l'école ? Y a-t-il eu des moments ou des enseignants qui vous ont particulièrement marquée ?

J'ai trouvé que l'école était un lieu particulièrement plaisant. Je m’y suis faite des amis, j’y ai appris et découvert de nouvelles choses. Les enseignants qui m’ont le plus marqué étaient ceux qui souriaient, encourageaient, toléraient et reconnaissaient que certaines fleurs mettent plus de temps à fleurir que d’autres.

Lire les autres blogs de cette série.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Commentaires

Je suis ému, c'est merveilleux !
Bon courage et bonne chance à nous tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.