Climat, environnement et éducation : faits, idées reçues et ce que nous réserve l’avenir

L'éducation a un rôle essentiel à jouer pour façonner notre avenir collectif. De quelle manière la communauté éducative peut-elle y contribuer ?

11 mars 2020 par Colin Bangay, Department for International Development (DFID)
|
Lecture : 4 minutes
|
 Des élèves de niveau 5 attendant de commencer leur séance de travail manuel à l’école de Kivukoni, Mpanda MC en Katavi en Tanzanie
Des élèves de niveau 5 attendant de commencer leur séance de travail manuel à l’école de Kivukoni, Mpanda MC en Katavi en Tanzanie.
PME/Kelley Lynch

Des données probantes sur le changement climatique et la dégradation de l'environnement remettent en question nos conceptions conventionnelles de l'avenir et place le climat et l'environnement au premier plan de l'agenda politique mondial. Ce blog fait valoir que son impact sur l'éducation ne doit pas être sous-estimé. Un classement des initiatives visant à réduire les émissions de carbone (en anglais) place l'éducation des filles dans le secondaire en sixième position, bien avant certaines des solutions technologiques qui font la une ici et là, par exemple.

L'éducation a un rôle essentiel à jouer dans la construction de notre avenir collectif. Il est temps que la communauté éducative mondiale se rende compte de la contribution que l’éducation peut apporter. En réfléchissant à la façon dont l'éducation peut aider, essayons ici de passer en revue certains faits, certaines idées fausses et les moyens possibles pour aller de l'avant.

Quelques faits

Le changement climatique aura un impact disproportionné sur les pays les moins avancés (PMA) qui dépendent de l'agriculture pluviale et dont l'atténuation physique et financière est limitée. Les impacts se font déjà sentir tant du côté de l'offre que de la demande en matière d'éducation (en anglais).

Impacts environnementaux sur l'offre et la demande en matière d'éducation

Il ne s'agit pas uniquement de la science du climat. Il existe une forte interaction entre le changement climatique et la dégradation de l'environnement. La nature des facteurs de ces changements diffère selon les pays mais, leurs ont un impact sur la planète toute entière. L'augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes et les dommages environnementaux progressifs auront un impact sur la production agricole, les maladies transmissibles, les flux migratoires, la pauvreté, les conflits et le genre.

L'interdépendance du changement climatique et de la dégradation de l'environnement

Graphique sur l'interdépendance du changement climatique et de la dégradation de l'environnement

Le problème n'est pas uniquement scientifique – les pays développés sont historiquement les plus responsables des émissions de C02. Les économies émergentes telles que l'Inde et la Chine (principal émetteur de CO2 dans le monde) suivent la même voie que ces pays ont empruntée pour leur croissance et émettent aujourd'hui un niveau très élevé de carbone. Le changement climatique est également une question de justice intergénérationnelle.

Quelques idées fausses

Beaucoup peuvent penser que la cible de l’ODD 4.7– Garantir à tous les élèves des connaissances et des compétences requises pour la promotion du développement durable – ne s'applique qu'aux pays en développement.

Les ODD s'appliquent à TOUS les pays. Le climat et la dégradation de l'environnement sont des défis d’ordre global - ils exigent donc une réponse globale mais différenciée qui tienne compte de la diversité des modes de consommation et de leurs impacts.

Pour tous les pays, il existe une réelle possibilité de tirer parti des deux moteurs que sont les ODD et les engagements de l'accord de Paris, même si encore beaucoup d’améliorations sont possibles. Selon une analyse de 173 plans nationaux relatifs au climat (en anglais), l'éducation se positionne généralement comme un « travail de sensibilisation » et de « formation », les jeunes étant principalement présentés comme des bénéficiaires passifs de l'apprentissage – rarement comme des acteurs et des agents du changement.

En outre, malgré les éléments concrets montrant que les filles sont davantage vulnérables aux impacts climatiques et environnementaux, les politiques nationales ne tiennent pas compte des risques auxquels elles sont exposées, et ne prévoient aucune manière de les inclure ou de les autonomiser. Enfin, les plans des pays développés ne montrent que peu de preuves relatives à une responsabilité morale ou à un soutien envers les pays les moins avancés.

Le tableau ci-dessous brosse un aperçu des réflexions générales sur la situation actuelle et sur les progrès à réaliser en matière d'éducation.

Éducation - Contrastes et points communs

Quid du futur ?

Le changement climatique est un défi pour l'éducation - l'éducation fournit également un moyen puissant pour y répondre. Le Rapport Stern (en anglais) identifie trois domaines dans lesquels l'éducation a un rôle clé à jouer :

  1. l'innovation et le transfert technologiques (enseignement supérieur/EFTP/vulgarisation agricole)
  2. le changement de comportement et d’action (éducation scolaire, non formelle et communautaire)
  3. le choix reproductif et la santé maternelle (enseignement secondaire - en particulier pour les filles).

« De bonnes performances en sciences et la sensibilisation aux problèmes environnementaux de notre planète tendent à aller de pair, et toutes deux sont associées à un sens des responsabilités favorisant une gestion durable de l'environnement. À l'inverse, de faibles performances en sciences sont associées à un degré plus faible de connaissance des problèmes environnementaux. Un échec dans l'enseignement scientifique se traduira par un débat public moins étendu et moins informé sur des questions telles que le changement climatique et les problèmes environnementaux plus larges. » (Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous de l'UNESCO 2009).

L'éducation est le reflet de la société - les deux doivent changer pour faire face à la crise climatique

Un paradoxe fondamental se trouve au cœur du modèle de développement actuel : la croissance économique à forte intensité d’émissions de carbone, qui a permis de considérablement réduire la pauvreté au cours du siècle dernier, n'est pas un modèle durable pour l'avenir.

Une forte corrélation existe entre l'indice de développement humain (IDH) d'un pays et ce qu’il puise dans les ressources - plus l'IDH est élevé, plus son empreinte écologique est importante.

Il y a un débat croissant sur le fait que l'urgence climatique justifie une révision fondamentale de notre modèle de développement dépendant du carbone.

L'intéressant article de Kate Raworth, « Doughnut Economics » (en anglais) , fournit une conceptualisation utile de notre défi - le cercle intérieur englobe le « domaine du développement » dans les pays les moins avancés, et le cercle extérieur, le défi pour les pays développés à forte consommation.

Bien que les défis soient divers, ils ne seront pas relevés sans une action à la fois collective, globale et différenciée. Une éducation qui considère les jeunes à la fois comme des acteurs et des agents du changement contribuera à façonner le débat et à susciter le changement de comportement nécessaire si nous voulons éviter une catastrophe climatique.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.