Des données pour promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie
L’Institut de la Statistique de l’UNESCO a lancé le Rapport 2018 sur les données de l’ODD 4, qui explore les données internationales comparables nécessaires pour garantir l’apprentissage tout au long de la vie envisagé par l’ODD 4.
4 décembre 2018 par Silvia Montoya, UNESCO Institute for Statistics|
|

Cela fait un moment que nous sonnons l’alerte sur la crise mondiale de l’apprentissage, justifiée entre autre par le fait que 617 millions d’enfants et d’adolescents dans le monde soient toujours incapables de lire une simple phrase ou de faire un calcul mathématique élémentaire à l’heure actuelle. Cette année, le Rapport sur les données de l’ODD 4 : Des données pour promouvoir l’apprentissage de l’ISU hausse le ton, dans un plaidoyer en faveur de données pour un suivi de l’apprentissage tout au long de la vie.

Ce Rapport est une source d’informations de référence en matière de collecte des données sur les acquis scolaires, et, par-dessus tout, sur l'utilisation des données pour améliorer les résultats. Exemples d’approches testées et prometteuses à l’appui. C’est là que se trouve le réel pouvoir des données : mettre en évidence les défis et amorcer les changements nécessaires pour garantir un apprentissage tout au long de la vie.

Des données pour s’attaquer à la crise mondiale de l’apprentissage

Le Rapport annonce directement l'ampleur de la tâche qui nous attend. En effet, un tiers des enfants et adolescents qui n’acquièrent pas les compétences de base en lecture, écriture et calcul, sont non scolarisés, et chacun d’eux a besoin d’avoir accès à l’éducation qui est leur droit. Or, en fait, deux tiers d’entre eux vont déjà à l’école.

Loin d’être cachés et difficiles à atteindre, ils sont assis en ce moment-même dans les salles de classe du monde entier, attendant de leur système éducatif l’éducation de qualité qui leur a été promise. Trop souvent, cette promesse n’est pas tenue, comme le montre les faibles progrès des acquis scolaires au cours des 15 dernières années. Peut-être n’est-il alors pas surprenant de découvrir que les plus grandes inégalités en termes d’équité se trouvent dans les acquis scolaires.

Ceci est primordial, compte tenu de l’importance cruciale de l’apprentissage pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), qu’il s’agisse de lutter contre la pauvreté ou de s’attaquer à la discrimination liée au genre, de l'éradication de la faim ou de la construction de sociétés saines et pacifiques.

Comment atteindre ces objectifs d’ici 2030 si un nombre important de personnes ne dispose toujours pas des compétences les plus basiques ? Et comment faire un suivi des progrès de l’apprentissage si les évaluations actuelles, qu’elles soient menées au niveau transnational ou régional, ne sont pas totalement comparables ? Actuellement, il se trouve que 80 % des pays évaluent l’apprentissage, mais les résultats ne peuvent malheureusement pas être comparés.

Abonnez-vous aux alertes de notre blog

L’apprentissage est le processus de toute une vie

Le Rapport 2018 explore les données comparables au niveau international nécessaires pour réaliser l’ODD 4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie, tout en sachant que l’apprentissage ne commence et ne finit pas au portail de l’école.

Il s’agit d’un processus que nous traversons toute notre vie, de notre naissance à notre mort. Nous apprenons à marcher, à parler, à penser. Nous apprenons à vivre ensemble. Nous apprenons les compétences professionnelles nécessaires pour gagner notre vie et contribuer à la société. En d’autres termes, nous apprenons à apprendre (voir notre film).

Le Rapport explore les données permettant d’effectuer un suivi des acquis scolaires à trois des étapes clés des années de scolarisation (la 2ème ou 3ème année ; la fin de l'école primaire et la fin du secondaire) et va même plus loin. Il examine les données pour éclairer les possibilités d’un apprentissage précoce qui prépare les enfants à l’école, d’un apprentissage des compétences numériques de plus en plus essentielles pour trouver un emploi au 21ème siècle et de l'alphabétisation des adultes en vue de garantir l'apprentissage tout au long de la vie.

Dans chaque chapitre, les plus grands experts présentent des initiatives en matière de données qui vont au-delà de simples collecte et compilation de nombres, mais visent également le changement qu’elles contribuent à guider tout au long du processus.

Selon le Rapport, la participation nationale aux évaluations des acquis scolaires est l’occasion de renforcer les systèmes de données et certaines capacités essentielles. Il s’agit ainsi d’investir non seulement dans la collecte de données, mais également dans les personnes capables de les exploiter pour formuler des politiques et des pratiques.

Les capacités humaines, appuyées par une bonne formation et un solide investissement, sont essentielles pour des évaluations des acquis scolaires efficaces. Le Rapport comprend des cadres et des outils pour mobiliser cette capacité. Il présente également les initiatives d’autres partenaires de développement, tels que le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), en faveur des évaluations des acquis scolaires au niveau mondial, régional et national.

Abonnez-vous aux alertes de notre blog
Comment pouvons-nous obtenir une image globale de l'apprentissage ?

Quid de l’avenir ?

Les données nous disent que nous devons nous préoccuper des acquis scolaires. Cependant, le mode de collecte de ces données brouille l’image au niveau international. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a un consensus croissant sur la nécessité de la comparabilité entre les pays. L’Alliance mondiale pour la mesure de l’apprentissage (GAML), en est la preuve : créée et abritée par l’ISU, elle soutient les stratégies nationales en faveur des évaluations des acquis scolaires, ainsi que le développement d’indicateurs et d’outils méthodologiques comparables au niveau international, afin de mesurer les avancées vers l’atteinte de l’ODD 4. Une fois ce consensus atteint, soutenu par une volonté politique, tout devient possible, et aucun problème n’est insurmontable.

Le Rapport fournit donc des outils et méthodologies, dont bon nombre développés par l’ISU, susceptibles d’aider les pays à prendre des décisions éclairées sur le type d’évaluation qui convient à leurs propres besoins et leurs capacités, comme sur la façon de participer aux évaluations et d’assurer les capacités nécessaires pour améliorer les acquis scolaires grâce à une exploitation efficace des données.

Par exemple, le nouveau Tableau de bord de l’évaluation des apprentissages, récemment publié par l’ISU, montre aux pays dans quelle mesure ils peuvent utiliser chaque évaluation transnationale pour la communication de données sur l’ODD 4. On peut même détailler jusqu’aux questions spécifiques correspondant à chaque indicateur.

Soutenir les pays

Reconnaissant le manque de financement comme un obstacle majeur, le Rapport lance un important plaidoyer pour une augmentation de l’investissement des bailleurs et des États dans les évaluations des apprentissages. Il vise à faire évoluer les points de vue, les évaluations étant davantage perçues en termes d’avantage plutôt que de coût.

La participation aux grandes évaluations régionales ou internationales peut en effet être coûteuse, celle au PIRLS ou TIMSS, par exemple, coûte à chaque pays environ 500 000 dollars tous les quatre ans, soit une dépense totale de 125 000 dollars par an pour chaque test. Cela peut représenter une jolie somme pour un petit pays.

Mais sur l’ensemble du coût de la scolarisation, elle est négligeable. Les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire dépensent environ 5,8 milliards de dollars par an dans l'éducation. L’ISU estime que de solides données sur l’apprentissage pour évaluer l’efficacité des politiques et des programmes ou la nécessité de réformes, pourraient améliorer de 5 % l’efficacité des dépenses en matière d’éducation. Cela générerait 30 millions de dollars d’économie chaque année dans un pays moyen, recouvrant ainsi le coût de l’évaluation des centaines de fois.

Le Rapport sur les données de l’ODD 4 confirme que de laborieux efforts sont entrepris pour mesurer l’apprentissage, et qu’il n’y a pas de pénurie de talent au niveau mondial pour se consacrer à ces efforts. Il existe de nombreux exemples d’utilisation créative des évaluations dans un but pratique, au-delà de la simple communication des données au niveau intérieur ou en rapport à l’ODD 4. Il y a des exemples d’évaluations qui durent dans le temps et permettent aux pays de suivre leur parcours sur la voie de l’ODD 4, en fournissant des données empiriques sur la progression des pays.

Le principal ingrédient manquant est le « ciment » institutionnel qui peut aider les efforts actuels à apprendre les uns des autres, à développer des normes et à améliorer la communication des données. Ce « ciment » est fait d’une meilleure comparabilité des données communiquées, de normes améliorées et d’un financement accru et plus stable.

Le Rapport 2018 sur les données de l’ODD 4 présente des arguments et des suggestions en faveur de l'investissement dans ces ingrédients manquants tout en démontrant les bases solides déjà en place.

Lire le rapport complet et le résumé exécutif disponible en anglais, français et espagnol

Laisser un commentaireou
Acquis scolaires, ODD 4

Derniers blogs

Tous les blogs
Une enseignante stagiaire distribuant des manuels scolaires pendant une leçon dans une école au Burkina Faso. Crédit: GPE/Kelley Lynch
À l'occasion de la Journée des droits de l'homme, nous réfléchissons à l'importance d'intégrer l'éducation aux droits de l'homme dans les systèmes éducatifs.
La directrice générale du GPE, Alice Albright, a rencontré les élèves des écoles primaires et secondaires de Warrenton à Dublin, en Irlande. Crédit: GPE/Alexandra Humme
En marge de la réunion du Conseil d'administration du GPE qui s'est tenue à Dublin en Irlande cette semaine, Alice Albright, Directrice générale du GPE, s'est rendue dans une école et y a discuté...
Une jeune fille assise sur des marches et lisant un livre. Honduras. Crédit: GPE/Paul Martinez
Axée sur les problèmes les plus pressants auxquels l’éducation est confrontée aujourd’hui, la Réunion mondiale sur l’éducation s'est achevée sur deux axes principaux : la nécessité de mobiliser...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis