En pleine pandémie de coronavirus, le Rwanda bâtit un système éducatif résilient
03 juin 2020 par Subrata Dhar, Global Partnership for Education |
Lecture : 5 minutes
|

Ces dernières années, le système éducatif rwandais a connu une croissance impressionnante, notamment avec la progression du taux de scolarisation dans le pays. Cependant, ces acquis risquent d’être annihilés, à cause de la pandémie de coronavirus, si le Rwanda ne prend pas de mesures de réponses audacieuses. C’est pourquoi le PME soutient le pays pour y assurer la continuité de l'apprentissage tout en renforçant sa résilience aux futures crises.

Avec plus de 280 cas confirmés, le Rwanda, comme bien d’autres pays, fait face à des risques élevés de transmission des infections de COVID-19. Pour réduire ce risque, le gouvernement y a pris des mesures rapides en mettant sur pied un groupe de travail national sur le coronavirus chargé de coordonner la réponse du pays, et en instaurant des mesures de confinement à l’échelle nationale, entre autres.

À la suite de cette mesure de confinement à l’échelle nationale, près de 3,6 millions d’élèves ne sont plus scolarisés. Une situation qui menace d’annihiler les acquis en termes d’apprentissage consolidés jusque-là, avec de potentielles conséquences graves à court, moyen et long terme sur le développement et le capital humain du pays.

Les fermetures d’écoles perturbent l’apprentissage des enfants et présentent un risque d’abandon scolaire plus élevé pour les plus vulnérables, notamment les filles et les enfants des ménages pauvres, qui sont moins susceptibles de retourner à l’école après la crise. De plus, les enseignants peuvent être contraints de quitter la profession pour se trouver un autre emploi.

La réponse rapide du PME

Moins d'une semaine après la soumission par le Rwanda d’une demande pour le financement d'urgence COVID-19 du PME, le pays a reçu 10 millions de dollars pour garantir aux élèves de poursuivre leur apprentissage pendant le confinement et soutenir la préparation du pays à rouvrir les écoles une fois le virus maitrisé.

Grâce au financement du PME, les enfants vulnérables seront atteints et pourront poursuivre leur apprentissage pendant la période de fermeture des écoles et retourner à l'école après la réouverture, grâce à des campagnes autour de la rentrée scolaire visant à assurer que TOUS les élèves, notamment les filles, les enfants handicapés et ceux des familles socio-économiques défavorisées ne quittent pas l'école.

Dr. Valentine Uwamariya, Ministre de l'éducation du Rwanda

Ces fonds aident le pays non seulement à relever les défis éducatifs immédiats posés par cette crise sans précédent, mais contribuent également à bâtir un système éducatif plus résilient, capable de faire face efficacement aux menaces futures.

Le programme soutenu par le PME - qui sera mis en œuvre sur 18 mois - finance les activités décrites dans le plan de riposte au COVID-19 du Ministère de l’éducation (en anglais).

Exploiter la technologie pour répondre aux besoins en éducation

Au Rwanda, l'expansion rapide de l'accès aux technologies de télécommunications - radio, téléphones portables, télévision et Internet - a permis au pays d'utiliser ces plateformes pour fournir des options d'apprentissage à distance aux apprenants. Cependant, comme toutes ces technologies ne sont pas disponibles pour les ménages les plus pauvres, la priorité a été donnée à la radio, car elle a plus de portée en termes de couverture réseau et de nombre d'appareils détenus par ménage.

Plus précisément, le financement du PME soutient l'expansion des possibilités équitables d'apprentissage à distance en diffusant, via la radio, des cours alignés sur le programme officiel, ainsi que la promotion de l'utilisation de matériels audiovisuels alternatifs à la télévision et sur la chaîne YouTube (en anglais) du Rwanda Education Board (REB). Parallèlement, la plateforme d'apprentissage en ligne du REB, déjà existante, permet désormais aux apprenants et aux enseignants d'accéder à des manuels, des leçons et des évaluations.

Dans le but de promouvoir l'engagement des parents dans l'apprentissage de leurs enfants, des SMS gratuits seront utilisés pour communiquer aux parents les informations importantes et les rappels sur les horaires d'apprentissage des enfants. Un service d'assistance téléphonique sera également mis à la disposition des parents et des élèves pour les questions liées aux options d'apprentissage à distance.

Les mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus peuvent également augmenter les risques de violences sexistes et de grossesses chez les adolescentes, ce qui, par ricochet, augmenterait aussi les taux d'abandon. Utilisant des outils de diffusion à l’échelle nationale, le programme du PME vise à générer un soutien aux élèves confrontés à un risque accru, en promouvant des messages liés à une résolution saine des conflits et à la gestion du stress et de la colère.

Soutenir les plus vulnérables

Pour assurer le retour en toute sécurité de tous les élèves à la fin de la période de confinement, le modèle actuel de subventions aux écoles sera révisé pour inclure des mesures de réponse au COVID-19, telles que l'augmentation du nombre de stations de lavage des mains autonomes et de réservoirs d'eau, et la mise en place de programmes de rattrapage pour les élèves à risque de redoublement ou d'abandon scolaire.

Les fonds du PME sont essentiels pour aider le Rwanda à garantir que chaque école dispose des installations d’hygiènes et de sanitaires dont elle a besoin pour garder les enfants en bonne santé, propres et protégés contre le COVID-19. Ces fonds aideront également à lutter contre les effets secondaires du COVID-19 en soutenant l'apprentissage à distance pour les enfants touchés par la fermeture des écoles par le biais de cours radiodiffusés, de l'apprentissage en ligne et de plates-formes SMS.

Julianna Lindsey, représentante de l'UNICEF au Rwanda

Des financements supplémentaires pour soutenir les élèves les plus vulnérables seront accordées aux écoles des districts où plus de 45 % de la population vit en dessous du seuil national de pauvreté. Ces bourses fourniront aux élèves du préprimaire et du primaire un déjeuner pendant le premier trimestre après la réouverture, ainsi que du matériel d'apprentissage.

En vue de la réouverture des écoles, les enseignants seront formés aux directives de sécurité scolaire grâce à une combinaison de canaux tels que la radio, la télévision et Internet. Une campagne de rentrée scolaire sera également lancée pour informer les élèves et la communauté dans son ensemble sur la prévention des maladies et assurer le retour à l'école des enfants les plus vulnérables, notamment les filles et les enfants handicapés.

Igihozo Kevin, 11 ans, élève au CM1, étudie en écoutant quotidiennement ses cours à la radio depuis la maison en raison de fermetures d'écoles liées au coronavirus.
Igihozo Kevin, 11 ans, élève au CM1, étudie en écoutant quotidiennement ses cours à la radio depuis la maison en raison de fermetures d'écoles liées au coronavirus.
© UNICEF/UNI319837/Kanobana

Ce financement appuiera les efforts du Rwanda pour utiliser des stratégies efficaces de sortie de crise comme base pour des améliorations à long terme de la pédagogie, de la technologie, du financement et de la participation des parents. Ce faisant, ce projet vise à protéger les groupes vulnérables d'élèves, notamment les filles, les enfants handicapés et ceux des ménages à faible revenu, des effets négatifs aggravés de la pandémie.

Yasser El-Gammal, Responsable pays, Banque mondiale, Rwanda.

Offrir des opportunités d'apprentissage à distance durables

Tout en répondant aux besoins éducatifs immédiats, le programme financé par le PME soutient également l'expansion de possibilités d'apprentissage à distance durables pour qu’elles soient disponibles au-delà de la crise sanitaire actuelle. Cette initiative utilisera une combinaison d'outils de diffusion numérique et de masse offerts par le ministère de l'Éducation et ses agences.

Des évaluations rapides basées sur des échantillons seront menées pour évaluer l’efficacité des outils d’apprentissage à distance et suivre les progrès des élèves. Plus tard cette année, le Rwanda prévoit également d'adapter son système d'évaluation des apprentissages aux évaluations à distance, afin de pouvoir mieux répondre aux futurs chocs.

Revenir plus fort

La réponse rapide du PME aide le Rwanda à agir de manière efficace, afin qu'aucun enfant ne soit laissé pour compte. En aidant le pays à relever les défis immédiats posés par la pandémie de COVID-19, le PME renforce également le système éducatif du pays et l’aide à jeter des bases solides capables de résister aux crises futures.

Laisser un commentaire ou
Financement
Afrique sub-saharienne: Rwanda

Derniers blogs

Commentaires

Excellente initiative car les modalités d'accompagnement des apprenants ne sont efficaces que si les variables contextuelles sont prises en compte. C'est le seul moyen d'aller dans le sens de l’équité et de la justice sociale. Ci dessous quelques conseils que j'ai élaboré pour aider les parents à suivre leurs enfants dans le cadre du dispositif " Apprendre à la maison"!
Je suis parent, j’accompagne mon enfant à apprendre efficacement à la maison !

Les élèves des classes d'examens et autres apprenants des écoles de formation professionnelles reprennent les cours le 02 juin prochain après la suspension du 14 mars 2020. La communauté éducative appuyée par des services de l'Etat, se mobilise pour un retour réussi.

Pour toutes les classes intermédiaires, le dispositif ” Apprendre à la maison‟ continuera de leur offrir des services via le canal éducation de la RTS, les ressources numériques pour tous sur le site du MEN, Google class room avec le SIMEN, les bibliothèques virtuelles. Sur cette même lancée, la salle des Profs du Groupe Futur media, les émissions radios, la télé école…, sont d'autres opportunités offertes aux élèves pour continuer à apprendre chez eux suite aux dernières mesures du Président de la république. Cette nouvelle situation interpelle davantage les parents. Les enjeux sont énormes car, il s'agit :

1. de continuer officiellement les apprentissages à la maison via le numérique ;
2. de faire de sorte que le principe de l'équité et de l'accessibilité du savoir soit une réalité.

Il faut le rappeler, la finalité du programme stratégique du Ministère de l’Education nationale est d'offrir une éducation de qualité et que les plus grand nombre d’élèves puissent avoir le minimum de compétences requises dans les classes où ils sont.

Dès lors, les parents et tuteurs (ou devrais-je dire l'ensemble des adultes) qui sont dans le cadre familial doivent particulièrement renforcer leur rôle d'encadreurs, qui va se faire différemment, selon que l'on est en milieu urbain ou rural, selon qu’on est parent instruit ou non ou selon le dessein parental. N’hésitez pas donc, chers amis-es, à conseiller les parents dans le voisinage immédiat ne serait-ce que sur les horaires de diffusion des émissions cités plus haut.

Voici quelques conseils utiles...

 revisiter les feuilles d'évaluation et les notifications du conseil de classes, les cahiers d'exercices etc. de vos enfants ;
 aider les enfants à aménager leur coin ou espace /École dans la maison ;
 négocier avec eux un agenda de travail à afficher (incluant des demi-journées sans classes) à afficher en lien avec les programmes fournis par les MEN et les privés ;
 identifier les émissions préférées de vos enfants et faire coïncider les heures de pause à ces moments privilégiés avec de petites gâteries pour leur faire plaisir (crème glaces; beignets. Corbeille de mangues. des jujubes... ;
 prévoir des moments de révisions à votre retour à ma maison ou selon votre disponibilité si vs êtes femme au foyer ou parent retraité ;
 revisiter votre répertoire des personnels enseignants : chefs d’établissements ou est inscrit votre élève, professeur principal surveillant général, inspecteur etc... pour demander conseils et s'informer des dernières nouvelles venant du MEN ;
 repérer les enseignants du coin pour s'informer de leurs activités bénévoles via WhatsApp ;
 aider vos enfants à identifier ou à partager les difficultés de la leçon du jour et la nature de la difficulté et en parler en famille, avec des connaissances évoluant dans le milieu scolaire ;
 amenez-les à faire les exercices proposés et les corriger en groupe;
 faites des retours sur les cours précédant ;
 posez régulièrement des questions pour évaluer leur niveau d'intérêt par rapport au cours, ce qui les plait, ce qu’il faut améliorer et le pourquoi ;
 participez activement au dispositif de soutien en lisant avec vos enfants des contes, des œuvres au programme... ;
 faites les participer à la dictée du village diffusée en direct par les radios ;
 faites des symboles en famille consistant à leur faire parler les langues du programme pulaar, sérère, anglais, français, arabe, latin ;
 appréciez positivement et régulièrement les efforts fournis pour renforcer leur goût à l’apprendre ;
En résumé, aidons nos enfants à ne pas rompre leurs habitudes scolaires solidement installées depuis octobre 2019. En effet, s'il y a rupture, certains d’entre eux risquent de désapprendre et ce sera le début d'une démotivation, laquelle est généralement déclencheur du processus d'abandon. Nous étions des enseignants encadreurs depuis mi-mars dans nos foyers, restons le pour les mois à venir sans oublier la pratique routinière des gestes qui sauvent avec engagement et tendresse…. C’est un filet protecteur que nous devons ériger pour leur résilience. Le jeu en vaut la chandelle!

N’oublions pas que nos parents même non instruits, avaient leur façon de fouetter notre orgueil pour nous accompagner :
 On nous permettait de rester assis pendant des heures pour réciter les leçons….. répéter et répéter……
 On nous encourageait avec les moyens du boor….waw goor, waw coumba, ay mo neke docteur, enseignant ma yobouma makka…..( bravo, continue,,,,, demain tu vas réussir et pouvoir me payer le billet de la Mecque)……
 A 12h ou en cas d’absence d’enseignants, arrivés à la maison, il y avait toujours un morceau de pain offert (avec une sauce huile venant de la marmite sur le feu) ou une pièce de monnaie
 A 17 heures-18 heures PM, il yavait toujours un bol de riz pour le fameux ndioganal
 Pour toutes les sorties de nos parents, il y avait un cerithieu/Mbakouss (cadeau)
 Et cette litanie presque quotidienne….. doumou nit kou bakh daya m diome (un enfant doit avoir des valeurs…. De courage, de volonté …. Pour aider ses parents…. Ne suit pas trop les enfants des riches, ils ont tout…..)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.