Guinée-Bissau : un retour à l'école en toute sécurité pour plus de 250 000 enfants

Découvrez comment le gouvernement de Guinée-Bissau, avec le soutien de ses partenaires, travaille à assurer un retour à l'école en toute sécurité pour les élèves et le personnel des établissements scolaires.

03 novembre 2021 par Secrétariat du GPE, et UNICEF Guinea-Bissau
|
Lecture : 4 minutes
|
Des élèves portant des masques sanitaires dans une école en Guineé-Bissau. Crédit : UNICEF Guinée-Bissau
Des élèves portant des masques sanitaires dans une école en Guineé-Bissau.
Credit: UNICEF Guinée-Bissau

« Je veux être infirmière, parce que je sens que c’est ma vocation et je veux aider les enfants, les malades et les adultes. »

Taissa Sarr, 11 ans, scolarisée à l'école primaire 1er mai en Guinée-Bissau

Taissa et les enfants comme elle en Guinée-Bissau ont encore beaucoup de rêves. Mais ces rêves ont dû être mis entre parenthèses lorsque les écoles du pays ont été fermées à plusieurs reprises pour limiter la propagation du coronavirus.

Le 3 mars 2021, toutes les écoles de Guinée-Bissau ont finalement rouvert leurs portes après avoir été fermées 23 semaines en tout depuis le début de la pandémie.

Le gouvernement de Guinée-Bissau, avec le soutien de ses partenaires, a pris plusieurs mesures pour un retour à l'école en toute sécurité de l'ensemble du personnel et des apprenants. Le GPE apporte son concours depuis juillet 2020 avec un financement d'urgence de 3,5 millions de dollars, supervisé par l'UNICEF.

En plus de continuer à distribuer des produits d'hygiène de base et de prévention (eau de Javel, savon, masques) et d’ajouter des stations de lavage des mains dans les écoles du pays, le gouvernement a élaboré un protocole COVID pour guider les écoles sur la manière de prévenir la propagation de la COVID-19 et de réagir en cas d'infection, en particulier dans la capitale Bissau et la région de Biombo, zones les plus touchées par la fermeture des écoles.

Des affiches ont été posées dans les écoles pour sensibiliser les communautés à se prémunir contre le virus.

Parallèlement une formation à la mise en œuvre des plans d'urgence a été organisée à l’intention du personnel des écoles publiques et communautaires et des acteurs de la société civile.

Une campagne de retour à l’école a été lancée en février pour rassurer la population sur le fait que les écoles étaient prêtes et sûres, et que les enseignants et les élèves pouvaient reprendre les cours en présentiel.

Répondre aux besoins des enfants à risque par des cours à la télévision et à la radio

Malheureusement, la pandémie a exacerbé la situation désastreuse de certains enfants, en particulier des filles, entraînant dans certains cas une augmentation de la violence.

En réponse à cette situation, le gouvernement a élaboré un programme de formation sur la prévention de la violence basée sur le genre en milieu scolaire et, à ce jour, 266 responsables d'écoles (directeurs, enseignants, inspecteurs, comités de gestion scolaire) y ont été formés. Il a également fait la promotion de cette campagne par le biais de dépliants et d'affiches dans les écoles et dans les communautés.

Pendant la fermeture des écoles, le ministère de l'éducation a produit des leçons diffusées à la télévision dans le cadre du projet « ABC Projeto Educativo Audio Visual » afin de maintenir l'intérêt des enfants pour l'apprentissage. Ces leçons ont permis de diffuser des messages clés sur l'hygiène et les comportements sains, ainsi que les bases en matière de lecture, d'écriture et de calcul.

Pour réduire les coûts de production, le ministère a récemment signé un accord avec la télévision nationale.

Le contenu élaboré pour les émissions de radio et de télévision était adapté au contexte dans lequel vivent les enfants, à leur âge, avec des supports audiovisuels spécifiques aux enfants d'âge préscolaire et aux enfants des petites classes.

Les leçons ont été diffusées chaque jour pendant 30 minutes.

Les leçons diffusées via la radio sont également utilisées comme une plateforme éducative alternative pour cibler les enfants non scolarisés touchés par les crises. Ces leçons offrent aux enfants une routine d'apprentissage pendant les périodes difficiles, comme la pandémie de la COVID-19.

La première série de leçons radiophoniques s'adressait aux jeunes de 10 à 17 ans qui avaient suivi quatre à sept années de scolarité, et la deuxième série aux enfants non scolarisés de 6 à 10 ans.

Le contenu de la série 2 était axé sur les aptitudes à la lecture, l’écriture, le calcul et le développement des compétences socio-émotionnelles. Les parents et les responsables de l’éducation des enfants ont également été inclus dans les programmes d'éducation des parents, qui leur ont fourni des informations pertinentes sur le développement de la petite enfance et des suggestions d'activités d'apprentissage qu'ils peuvent réaliser à la maison.

Un total de 216 leçons radiophoniques de la Children Radio Foundation adaptées au contexte du pays et commenceront à être diffusées ce trimestre.

Des leçons continueront d’être diffusées via la télévision et la radio pour compléter le programme d'enseignement scolaire et atteindre les élèves non scolarisés.

Soutenir les familles les plus démunies

Le ministère a également mis en place un programme de transfert d'argent pour soutenir les familles vulnérables. Il collabore avec l'opérateur de téléphonie mobile MTN dans le cadre du programme de transferts d’argent, qui ont lieu tous les mois sur une période de 6 mois.

Les 1 400 familles visées par ces transferts - dont au moins 800 sont dirigées par des femmes - vivent dans trois régions où les indicateurs de l'éducation sont faibles : Oio, Gabu et Bafata. Elles sont également les plus éloignées des écoles et leurs ressources sont très faibles.

Jusqu'à présent, les familles ont reçu deux transferts, chacun équivalant à 70 dollars (40 000 CFA - 2/3 du salaire minimum national) pour les aider à faire face à l'impact économique de la pandémie et s'assurer qu'elles renverraient leurs enfants à l'école dès leur réouverture.

Renforcer le système éducatif

La pandémie a ébranlé les systèmes éducatifs du monde entier, qui ont dû adapter radicalement leur modèle d'enseignement en très peu de temps.

En Guinée-Bissau, le ministère de l'éducation a été testé comme dans d'autres pays, mais la pandémie a poussé au développement rapide de nouvelles approches, de nouveaux programmes et de nouvelles compétences, qui serviront au pays à rendre son système éducatif plus résistant aux crises futures.

Les fonctionnaires du ministère ont déjà fait face aux problèmes les plus graves induits par la pandémie et peuvent désormais réagir plus rapidement pour mettre en place des mesures d'atténuation lorsque des problèmes similaires se présentent.

À ce jour, le programme du GPE soutenu par un financement de 3,5 millions de dollars a permis d'atteindre plus de 250 000 filles et garçons âgés de 3 à 14 ans, grâce à des programmes d'apprentissage et de suivi à distance.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.