Libérer le potentiel des enseignants dans la riposte au COVID dans les pays à faible revenu

Comment les enseignants des pays à faible revenu peuvent-ils être impliqués pour soutenir l'apprentissage et le bien-être des élèves pendant cette crise du COVID-19 ? Sur la base des leçons tirées des épidémies passées et d’exemples actuels de réponse du secteur de l'éducation, examinons les outils et pratiques pour aider les enseignants à continuer à faire leur travail durant la crise.

07 mai 2020 par Katy Bullard, Global Partnership for Education Secretariat et Krystyna Sonnenberg, Global Partnership for Education
|
Lecture : 4 minutes
|
Un enseignant dans sa salle de classe au Kenya. Crédit : PME/Kelley Lynch
Un enseignant dans sa salle de classe au Kenya.
PME/Kelley Lynch

L'UNESCO estime que plus de 63 millions d'enseignants sont touchés par la situation d’urgence liée au COVID-19, leurs écoles étant fermées et leurs élèves essayant d'apprendre chez eux. Dans les pays à revenu élevé, les enseignants peuvent continuer à enseigner sur des plateformes internet, ainsi que par le biais d'autres technologies, des médias de diffusion et des ressources imprimées à domicile. Dans les pays à faible revenu, ces options n'existent pas pour la plupart des enseignants et des élèves. En Afrique subsaharienne, seuls 11 % des ménages disposent d'un ordinateur, 18 % seulement ont une connexion internet à domicile et 26 millions d'élèves ne sont pas couverts par des réseaux mobiles.

Dans ce contexte, comment le potentiel de millions d'enseignants peut-il être utilisé pour soutenir l'apprentissage des 810 millions d'enfants qui ne sont actuellement pas scolarisés dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure ? Ce blog présente les leçons tirées de l'épidémie d'Ebola, des exemples de la réponse actuelle et des idées pour atténuer l'impact de la fermeture des écoles sur les plus démunis.

Leçons tirées de la riposte à Ebola

  1. Inclure les enseignants pour soutenir la continuité des programmes d'apprentissage à la radio et à la télévision : Lors de l'épidémie d'Ebola en Sierra Leone, les enseignants ont renforcé de manière proactive les leçons radiodiffusées au niveau communautaire en organisant de petits groupes d'apprentissage, conformément aux directives de distanciation sociale, ou en répondant par téléphone aux questions de leurs élèves sur les émissions. Pour d'autres enseignants, écouter ces émissions a été une opportunité de perfectionnement professionnel pour affiner leur compréhension et la manière de dispenser les leçons.
  1. Utiliser les enseignants pour apprendre ce qui fonctionne et pour adapter la continuité des programmes d'apprentissage : En Sierra Leone, les organisations non gouvernementales ont eu des retours sur la façon dont les enseignants s'adaptaient à l'enseignement à distance, et certaines ont pu aider les enseignants à reproduire ces innovations dans d'autres communautés. Cela a nécessité des canaux de communication ouverts entre les enseignants et les organismes d'aide, ainsi qu'une certaine souplesse de la part des bailleurs de fonds pour permettre aux responsables de la mise en œuvre de réorienter le financement, afin de répondre aux besoins émergents au niveau local. Il est important de noter que les efforts déployés pour soutenir, reproduire et développer ces modèles d'engagement des enseignants étaient alignés sur le programme d'enseignement à distance du gouvernement et visaient à faciliter l'enseignement des leçons diffusées.

Dans la situation actuelle liée au COVID-19, qu'est-ce qui fonctionne en termes d’implication des enseignants dans les programmes de réponse d’urgence ?

  1. Impliquer les enseignants dans l’élaboration de la continuité des programmes d'apprentissage requérant peu ou pas de technologie : Les enseignants ont une connaissance approfondie des besoins éducatifs et socio-affectifs de leurs élèves, des ressources dont ils disposent et des défis qu'ils peuvent rencontrer durant la fermeture des écoles. En tant que tels, les enseignants devraient être activement impliqués pour aider les ministères et les écoles à développer des réponses réalistes en matière d'apprentissage à distance ; tout comme les maîtres enseignants ont contribué à élaborer des programmes radio en Sierra Leone pendant la crise d’Ebola. Il n'est pas nécessaire de réinventer la roue ; les émissions de radio et de télévision des programmes nationaux, locaux ou développés par des ONG sont disponibles dans toute une série d'archives (en anglais) et peuvent être adaptées pour répondre aux besoins contextuels et d'apprentissage.
  1. Entamer un dialogue avec les enseignants pour comprendre le soutien dont ils ont besoin et les défis auxquels ils sont et seront confrontés, à la fois maintenant et à la réouverture des écoles : Des consultations sur les stratégies devraient solliciter la contribution de divers groupes d'enseignants, afin qu’ils évoquent leur situation et celle de leurs élèves. Bien que l'élaboration d'une stratégie nationale ne fasse intervenir qu'une petite partie des enseignants, la planification au niveau des écoles et des districts offre la possibilité d'impliquer davantage d'enseignants. WhatsApp, SMS, médias sociaux, téléphones et autres plateformes peuvent soutenir ce processus.
  1. Donner la priorité à une participation à grande échelle des enseignants aux efforts de continuité de l'apprentissage, en particulier avec des modalités peu techniques : Les enseignants peuvent jouer un rôle clé dans le maintien de l'apprentissage et le soutien du bien-être des élèves pendant la fermetures des écoles. Pour ce faire, ils ont besoin de l'orientation et du soutien des chefs d'établissement et des ministères ; l'enseignement à distance peut être stressant pour les enseignants et incohérent pour les élèves si les attentes sont peu précises, comme l'ont signalé des enseignants utilisant WhatsApp pour travailler avec des élèves réfugiés au Liban (en anglais).
  1. Employer les outils disponibles pour mettre en relation les enseignants et les élèves d’une part et les enseignants entre eux d’autre part : Les centres d'appel et WhatsApp fournissent des plateformes permettant aux enseignants d'être en contact avec les élèves, comme on l'a vu en Sierra Leone. Même si tous les apprenants ne peuvent y accéder, les questions et les réponses peuvent être partagées sous forme papier ou numérique. Aux Maldives (en anglais), par exemple, les leçons vidéo seront suivies de sessions d'interaction entre les élèves et les enseignants, tandis qu'au Salvador, un centre d'appel a été mis en place pour que les élèves puissent poser des questions aux spécialistes en la matière. Ces approches élargissent la participation des enseignants dans le processus d'enseignement à distance, bien qu'elles ne concernent qu'une partie de la population enseignante.
  1. WhatsApp, les SMS et le téléphone peuvent permettre à un plus grand nombre d’enseignante de participer à l'enseignement à distance en partageant du matériel, en assignant des devoirs et en offrant des instructions et des commentaires, comme au Soudan du sud (en anglais) et au Bhoutan (en anglais). Des mesures de sécurité devraient être mises en place, et les heures pendant lesquelles les enseignants pourraient recevoir des messages être fixées de manière qu'ils ne soient pas surchargés, comme l'a fait War Child (en anglais) dans un programme en Irak. Si l’on veut maximiser l'engagement des enseignants dans l'apprentissage sur appareils mobiles, il pourrait être nécessaire de fournir du matériel ou d'établir des partenariats (en anglais) avec des fournisseurs de téléphonie mobile, car certains enseignants n’ont pas accès aux téléphones (en anglais), aux réseaux de téléphonie mobile, à Internet ou à de l'électricité. En République kirghize (en anglais), des cartes SIM gratuites pour les enseignants et les élèves leur permettront de communiquer via WhatsApp pendant la fermetures des écoles.
  1. Enfin, pendant la fermeture des écoles, le rôle des enseignants peut consister à guider les parents dans le soutien à l'apprentissage des élèves, qu'il s'agisse de l'enseignement à distance basé sur le programme scolaire ou de l'apprentissage informel basé sur le jeu. Au Salvador (en anglais), les enseignants et les directeurs d'école donnent des conseils aux enseignants sur le soutien à l'apprentissage à domicile, organisé par niveau.

Dans la mesure du possible, poursuivre la formation des enseignants pendant la fermeture des écoles et les inciter à se préparer à leur réouverture et aux éventuelles fermetures futures.

  1. Maintenir la formation des enseignants : Le maintien d'une main-d'œuvre formée sera essentiel pour la qualité de l'éducation lors de la réouverture des écoles. La formation des enseignants est également nécessaire pour les aider à travailler avec les nouvelles modalités (en anglais) requises pendant la crise, car les enseignants peuvent ne pas être familiarisés avec les technologies d'enseignement à distance ou avoir besoin d'un soutien pour adapter leur pédagogie ou leurs programmes. Les instituts de formation des enseignants ougandais (en anglais) dispensent des ateliers de renforcement des capacités, afin d'améliorer les compétences des enseignants en matière de TIC pour utiliser les plateformes d'enseignement à distance pendant la pandémie.
  1. Recourir aux enseignants pour recueillir des données sur l'apprentissage : Alors que les gouvernements gèrent les fermetures d'écoles et envisagent la réouverture des salles de classe, il convient de mettre en place des investissements dans le suivi et la collecte de données sur l'apprentissage. Ces données seront essentielles pour éclairer les adaptations pédagogiques et des programmes d'études, afin d'atténuer les pertes d'apprentissage (et les inégalités dans celles-ci) pendant la fermeture des écoles et de combler le déficit d'apprentissage lorsque les élèves retourneront à l'école.
  1. Élaborer des programmes accélérés pour compenser la perte d'apprentissage comme ce fut le cas en Sierra Leone (en anglais) après la crise d’Ebola. Alors que les gouvernements prévoient de rouvrir les écoles, les enseignants devraient jouer un rôle central dans l’élaboration de ces programmes et auront besoin d'une formation sur la façon d'utiliser les données d'apprentissage et de dispenser les programmes.
  1. Collecter et diffuser des données probantes sur ce qui a fonctionné et planifier les futures fermetures : Pour que les décisions relatives à l'enseignement à distance et à la réouverture des écoles soient bien informées et fondées sur des éléments concrets, il est essentiel d'établir des boucles de rétroaction en temps réel pour les données, les ressources et les enseignements tirés. La collecte et l'organisation du matériel d'enseignement et d'apprentissage constituent une préparation essentielle aux fermetures futures ou aux situations d'urgence. Dans la mesure du possible, un soutien est nécessaire pour évaluer l'impact des différentes approches, afin d'inciter les enseignants à constituer une base de données probantes sur ce qui fonctionne et à informer les approches futures.

Un poste consacré au suivi, de l’Équipe spéciale sur les enseignants, examinera les questions relatives aux enseignants qui devrait être traitées lors de la réouverture des écoles, notamment le dialogue social, la santé et la sécurité, et l'enseignement et l'apprentissage.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Commentaires

Bonjour cher partenaire,

Je souhaite juste savoir si les enseignants de la RD Congo seront aussi prise en compte dans ce programme si louable et nécessaire pendant cette période difficile?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.