L'importance des enseignantes pour l'éducation des filles
Suwaiba Yunusa, 29 ans, est la seule enseignante à l'école primaire de Janbulo Islamiyya, à Roni (État de Jigawa), au Nigéria. En plus d'enseigner, elle est un véritable modèle pour ses élèves de sexe féminin.
09 novembre 2016 par Secrétariat du PME
|
Lecture : 7 minutes
|
Suwaiba Yunusa, 29 ans, est la seule enseignante à l'école primaire de Janbulo Islamiyya, à Roni (État de Jigawa), au Nigéria

Suwaiba Yunusa, 29 ans, est la seule enseignante à l'école primaire de Janbulo Islamiyya, à Roni (État de Jigawa), au Nigéria.

« Vous pourriez lui parler, mais elle est déjà rentrée chez elle aujourd'hui », affirme le directeur Shuaibu Hassan. Il ajoute : « Il n'y a pas beaucoup d'enseignantes dans l'Etat, donc nous avons la chance d'en avoir une ».

Les nombreux avantages à recruter des enseignantes

En discutant avec Shaaibu et les autres enseignants réunis dans son bureau, il m’est apparu évident que, en tant que seule femme membre du personnel enseignant, Suwaiba est bien plus qu'une simple enseignante :

« Lorsqu'ils savent qu'il y’a une enseignante dans l'école, les parents sont plus enclins à envoyer leurs filles à l'école », lance un enseignant.

« Parfois, quand les filles la voient venir, elles se mettent à chanter son nom. Je pense que c'est parce qu'elles sont si heureuses de voir quelqu'un à qui elles peuvent s’identifier », ajoute un autre.

« Les filles se sentent beaucoup plus libres lorsqu’elles ont affaire à une enseignante. Elles s’expriment beaucoup plus ouvertement en classe », dit un troisième.

« Et elles ont besoin de quelqu'un à qui elles peuvent parler de tous les problèmes auxquels elles sont confrontées », ajoute Shuaibu.

Plus de filles viennent à l'école si leur enseignant est une femme

Lorsqu'elle arrive à l'école le lendemain, Suwaiba elle-même ajoute à la liste des avantages qu'une enseignante apporte à une école, surtout lorsque les filles grandissent et atteignent l’âge de la puberté : « Dans notre culture, il est inapproprié que des enseignants aident des filles plus âgées une à une ; leur capacité à discipliner ces filles sont également limitées. Mais une enseignante – à l’image d’une mère - peut discipliner un enfant, peu importe son sexe et son âge. »

Et bien sûr, elle est plus à même de faire face aux problèmes physiologiques auxquels seront confrontées ces filles plus âgées, telles que leurs menstruations, que ses collègues masculins qui se sont contentés de rire lorsqu’on a évoqué cette question la veille.

Mais Suwaiba reconnaît que sa fonction la plus importante est peut-être d’être un modèle :

« En grandissant, j'avais deux enseignantes. Je me souviens avoir pensé que je voulais être comme elles. Maintenant je le suis. Je sais donc combien il est important que des filles viennent me dire : - Quand je serai grande, je veux être enseignante comme vous. »

Les filles font face à de nombreux défis dans l’accès à l'éducation

Le Nigéria abrite 20 % des enfants non scolarisés dans le monde, et dans les États du nord du Nigeria comme Jigawa, la majorité des enfants non scolarisés sont des filles.

La littérature confirme ce que Suwaiba et ses collègues masculins savent par expérience : l'augmentation du nombre d'enseignantes est un moyen d'attirer plus de filles à l'école et de les y maintenir.

Cela est particulièrement vrai dans les régions du monde où les barrières culturelles rendent difficile l'envoi des filles à l'école. Et dans ce contexte, les filles qui déclarent avoir des modèles féminins positifs à l'école sont plus susceptibles de rester à l'école.

Au Nigeria, il y a trop peu d'enseignantes

Au Nigéria, la subvention de 100 millions de dollars US accordée par le GPE, vise à élargir l'accès à l'éducation de base pour les jeunes filles et à promouvoir l'égalité des sexes. Mais, garder les enseignantes dans les écoles qui en ont besoin peut prouver autre chose.

« L'année dernière, j'étais si heureuse » affirme Suwaiba. « Il y avait deux autres enseignantes affectées dans cette école. Nous aurions travaillé ensemble pour faire des exercices avec les enfants. »

Nous nous serions rencontrées entre les cours et aurions discuté de tous les problèmes auxquels nous sommes confrontées dans nos salles de classe.

« Cette année, parce qu'il y’a si peu d'enseignantes, elles ont été transférées dans d'autres écoles. Honnêtement, je ne prends plus plaisir à venir à l'école. Je me sens si seule et isolée. Les enseignants s'asseyent tous ensemble et parlent à l'ombre. D’un point de vue culturel, je ne peux pas m'y asseoir et discuter avec eux. Et il n'y a pas de salle pour le personnel où je peux aller et m'asseoir. Donc, entre les cours, je viens errer ici et là, toute seule, sans personne à qui parler. Je songe à partir. J'ai dit au directeur que s’ils ne font pas affecter une autre enseignante dans cet établissement d’ici peu, je souhaiterai être transférée dans une autre école. »

Une partie de la subvention du GPE est utilisée pour augmenter le nombre d'enseignantes qualifiées, en offrant des bourses à environ 11 000 enseignantes pour améliorer leurs qualifications et les encourager à rester dans les écoles.

« Je continue à penser à l'avenir. Je sais qu'un jour, comme de plus en plus de filles vont à l'école et terminent leurs études, nous serons plus nombreuses. J'ai hâte que ce jour arrive. »
Laisser un commentaire ou
Nigéria

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.