Renforcer l’éthique de responsabilité dans le secteur de l'éducation en cette période de pandémie

La pandémie de COVID-19 risque de saper les acquis en matière d'éducation et d'exacerber les inégalités existantes, notamment pour les enfants les plus marginalisés. De nouvelles formes de plaidoyers, de responsabilisation et de dialogues ouverts sont nécessaires pour améliorer la coordination, la cohérence et l'alignement dans le secteur de l'éducation.

18 février 2021 par Michael Gibbons, American University, Megan Haggerty, International Education Funders Group, Michael Jarvis, Transparency Accountability Initiative, et Sarah Beardmore, Global Partnership for Education
|
Lecture : 4 minutes
|
Une élève dans sa salle de classe à l'école publique d'Azimpur à Dhaka au Bangladesh. Crédit : GPE/Chantal Rigaud
Une élève dans sa salle de classe à l'école publique d'Azimpur à Dhaka au Bangladesh.
Crédit : GPE/Chantal Rigaud

La pandémie a mis au premier plan des problèmes de société dont les défenseurs de l'éducation se préoccupent depuis des décennies. La fragmentation des économies, les inégalités croissantes, les discriminations et les exclusions persistantes, les insuffisances continuelles des financements et le populisme autoritaire croissant dans le monde entier ont façonné le contexte dans lequel la politique de l'éducation a été menée au cours des 50 dernières années.

Cette histoire met en lumière les mécanismes qui ont contribué à faire progresser la situation malgré les défis considérables et met en avant de nouvelles possibilités de mobilisation et de réalisation du droit à l'éducation.

Un demi-siècle d'histoire : le mouvement pour la défense de l'éducation

Dans la période immédiate d’après-guerre, à l'époque de la décolonisation et de la construction de la nation post-impériale dans le monde entier, l'éducation est apparue comme un droit humain et une priorité de développement. Au cours des années 1960 et 1970, l'accent a été mis sur l'inclusion et l'alphabétisation, les populations cherchant des moyens d'échapper à la pauvreté, de rejoindre l'économie moderne et de participer au processus politique.

La Conférence mondiale de Jomtien sur l'éducation pour tous (EPT) en 1990 a été un moment décisif lorsque rendre l’accès à l'éducation de base universel est devenu un objectif de politique publique mondial et que le mouvement « Éducation pour tous » a commencé à prendre forme. L'activisme civique pour le droit à l'éducation s'est développé et la volonté politique s'est accélérée.

Les organisations de la société civile (OSC) et les agences internationales ont uni leurs efforts pour aider les gouvernements nationaux à développer l’éducation dans de nombreux pays. Le financement international s'est accru pour soutenir ces efforts, malgré les appels à l'austérité et à la privatisation lancés par les opposants.

Au début du siècle, l'éducation était l'un des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). À l’aube du nouveau millénaire, une vague de soutien de la part d'organisations civiques, d'associations d'enseignants et du public a permis aux Nations Unies, aux gouvernements, aux entreprises et aux philanthropes de prendre conscience que l'éducation était une priorité absolue qui concernait chaque individu dans le monde.

Au cours de cette période, quatre facteurs clés de progrès ont émergé :

  • Une action civique coordonnée : les OSC du monde entier se sont organisées pour exiger des gouvernements et des bailleurs de fonds qu'ils tiennent leurs promesses en matière d'EPT et d'OMD. La Campagne mondiale pour l'éducation (CME) est née en 1999, rassemblant des dizaines de coalitions nationales de l'éducation en réseaux régionaux et en une fédération mondiale.
  • Une augmentation du financement international : la communauté des bailleurs de fonds a promis d'aider les gouvernements des pays à financer le développement d’un cycle d’enseignement primaire complet et a créé, en 2002, l'EFA Fast-Track Initiative dont le but était de fournir un financement sectoriel supplémentaire. Cette initiative sera rebaptisée par la suite Partenariat mondial pour l'éducation (GPE).
  • Un meilleur suivi et une plus grande transparence : l'UNESCO a mis en place le Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous (GEM) dans le but de suivre les progrès de l'éducation pour tous, demander des comptes aux gouvernements et orienter les acteurs de l'éducation et les décideurs politiques vers de nouvelles idées et, de consolider les connaissances techniques.
  • Une mobilisation du secteur de la philanthropie privée : des fondations se sont réunies en 2008 autour du programme mondial de l'EPT et le International Education Funders Group (IEFG) est né, ses membres s'attaquant aux lacunes en matière d'accès, de qualité, d'équité et de responsabilité sociale dans le développement des systèmes d'éducation publique.

En 2015, les progrès en matière de scolarisation et de parité entre les genres, ainsi que les écarts de qualité et d'équité au sens large, ont motivé un nouvel élan visant à faire progresser les efforts concernant l'éducation. Les défenseurs et les décideurs politiques ont pu définir l'expansion, la qualité et l'équité de l'éducation comme étant les principaux piliers de l'objectif 4 des objectifs de développement durable.

Quelles exigences pour un meilleur plaidoyer et plus de responsabilité ?

Cette action progressive a montré que, malgré la difficulté des contextes, la responsabilité sociale et les activités de plaidoyer ont contribué de manière efficace aux progrès vers la réalisation du droit à l'éducation. Pour que la responsabilité sociale ait un effet concret et positif, il est important de combiner de manière efficiente :

  • la transparencesur les informations relatives aux performances du système public par rapport aux objectifs politiques ;
  • la vulgarisation de récits positifs sur la logique, les avantages liés aux coûts et les résultats de l'investissement dans les politiques publiques ;
  • la promotion de récits authentiques de plaidoyer civique concernant les demandes et les attentes des citoyens et les évaluations indépendantes des performances ;
  • la mise en avant de la capacité des gouvernements à être réactifsaux demandes de plaidoyer et à poursuivre de manière active leurs objectifs politiques.

Une opportunité pour les bailleurs de fonds

La pandémie risque de saper les acquis et d'exacerber les inégalités dans notre domaine, notamment en affectant les plus marginalisés : la fermeture des écoles, les pertes d'apprentissage et le nombre important d'enfants qui ne retourneront pas à l'école, déclencheront une flambée des mariages d'enfants, des grossesses d'adolescentes, d’abus et de maltraitance des enfants.

Les déficits de financement se creusent à mesure que les économies se débattent, que l'aide internationale est réduite et que l'assiette fiscale de l'éducation publique s'érode. Il est urgent de passer à une nouvelle phase d'action vigoureuse en matière de plaidoyer et de responsabilisation en faveur de l'éducation, afin de soutenir un dialogue et une réflexion continus, ouverts et honnêtes.

Dans le but d’encourager ces discussions et de favoriser les progrès en matière de plaidoyer dans le secteur de l'éducation, L'Éducation à voix haute offre une nouvelle infusion d'énergie et de soutien.

L’Éducation à voix haute est un fonds doté de 55,5 millions de dollars sur une période de 4 ans qui vise à renforcer la responsabilité et soutenir les activités de plaidoyer des organisations de la société civile.

Un certain nombre de fondations philanthropiques ayant une expertise dans ce domaine, telles que les fondations Wellspring, Open Society, Hewlett et Ford ont contribué à sa conception. Il s’appuie également sur une décennie de soutien financier du GPE en faveur du réseau civique pour le plaidoyer de l'éducation de la CME.

L'Éducation à voix haute offre une occasion unique aux bailleurs de fonds de la responsabilité sociale dans l'éducation de jeter un regard neuf sur le potentiel de renforcement de la collaboration stratégique, de l'apprentissage partagé, du cofinancement et du développement conjoint des capacités des organisations civiques, petites et grandes, qui travaillent ensemble dans un domaine d'action plus unifié. Il permet également d’entamer un dialogue important avec les gouvernements sur la valeur de l'engagement civique dans la promotion de la transparence, de la participation et de la responsabilité dans l'éducation.

Dans ce contexte, l'International Education Funders Group, la Transparency and Accountability Initiative et le GPE ont organisé une première réunion avec les bailleurs dont les fonds soutiennent des travaux de responsabilisation dans le secteur de l'éducation, afin de discuter des meilleurs moyens pour améliorer la coordination, la cohérence et l'alignement sur le terrain. La première réunion, qui s’est tenue en décembre, a suscité un vif intérêt pour poursuivre la conversation sur les moyens de partager l'expérience et de travailler ensemble.

Les bailleurs de fonds intéressés sont invités à se joindre aux futures conversations et à une série de blogs sur le sujet. Pour plus d'informations et pour participer à ces discussions, veuillez contacter Michael Jarvis (via contact@transparency-initiative.org) ou Megan Haggerty (via info@iefg.org)

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.