République centrafricaine : des progrès prometteurs dans le domaine de l'éducation malgré de nombreux défis

Le PME aide les régions les plus vulnérables de la République centrafricaine en offrant des opportunités d'apprentissage à 50 000 élèves du primaire et 3 500 enfants du préprimaire.

22 avril 2020 par Naoko Hosaka, Global Partnership for Education Secretariat
|
Lecture : 5 minutes
|
Une salle de classe temporaire sous une tente à Bossangoa en République centrafricaine.
Une salle de classe temporaire sous une tente à Bossangoa en République centrafricaine.
PME/Naoko Hosaka et Youmna Sfeir

Lorsque j’ai débarqué d'un petit vol du PAM à Bossangoa, à une heure de Bangui la capitale, le paysage avait complètement changé : j’étais face à une vaste zone vide servant d'aéroport, avec des routes poussiéreuses nous menant à la ville de Bossangoa.

En m’approchant d'une des écoles, mon impression a de nouveau changé. Debout devant une salle de classe maternelle construite sous une tente, j'ai entendu des enfants qui chantaient fort en français. Lorsque je suis entrée, j'ai vu des enfants chanter et danser dans un espace joliment décoré, équipé de jouets éducatifs, comme ce que j'ai l'habitude de voir dans mon pays.

Le soutien du PME : plus de salles de classe, un meilleur enseignement

Un des enseignants m'a dit qu'il avait été spécialement formé sur la façon de créer un environnement d'apprentissage favorable pour les jeunes enfants. De toute évidence, il mettait en pratique ce qu'il avait appris ! Il posait des questions aux enfants de manière proactive. Lorsqu'ils répondaient, il approuvait les réponses en tapant des mains, puis tous les autres enfants faisaient de même.

En République centrafricaine, classée avant-dernière sur l'indice de développement humain des Nations unies, le succès de cette classe maternelle est une lueur d'espoir. C'est également la première expérience d'éducation préscolaire après la détérioration du tissu social, la destruction du système de prestation de services sociaux et le déplacement de plus de 25 % de la population du pays en raison de la grande crise sécuritaire de 2013.

Les pays voisins de la RCA accueillent plus de 600 000 réfugiés et presque le même nombre de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays. Selon le HCR, 12 400 rapatriés centrafricains ont bénéficié d'une aide en 2019, et ce nombre devrait doubler en 2020.

L'une des 100 nouvelles salles de classe semi-permanentes construites grâce au soutien du PME. Crédit : PME/Naoko Hosaka et Youmna Sfeir
L'une des 100 nouvelles salles de classe semi-permanentes construites grâce au soutien du PME, avec une fondation et un toit solide, et des demi-murs pour réduire le coût de la construction.
PME/Naoko Hosaka et Youmna Sfeir

Le PME a octroyé des fonds d'urgence pour répondre à la crise

Les salles de classe de la maternelle sont soutenues par un financement de 6,32 millions de dollars du PME, approuvé en tant que financement accéléré visant à répondre rapidement à la crise en 2018. Avec l'UNICEF agissant en qualité d’agent partenaire, le programme soutient la mise en œuvre du Plan de transition de l'éducation (2015-2019).

Le financement du PME se concentre sur les régions où le soutien est le plus nécessaire (Ouham Pende, Ouham, Mbomou, Mambere Kadei, Nana-Mambere, Ouaka, Basse Kotto, Mbomou), pour offrir des possibilités d'apprentissage à 50 000 enfants du primaire et 3 500 enfants du préscolaire.

J’ai pu constater les progrès réalisés lors d’une visite à Bossangoa. En raison du conflit de longue date, l'économie locale s'est considérablement ralentie, laissant peu de capacités à la construction d’écoles.

Premier besoin : de nouvelles salles de classe

La RCA est un pays enclavé, c'est pourquoi des matériaux de construction de qualité doivent souvent être importés par le port de Douala qui se trouve au Cameroun, pays voisin. Les routes sont souvent en mauvais état et le transport doit être assuré par un convoi armé pour des raisons de sécurité.

Malgré ces conditions difficiles, 100 salles de classe sont en construction. Les salles de classe semi-permanentes (avec une base et un toit solide, et des murs de seulement 1 mètre de haut qui ne s'élèvent donc pas jusqu'au toit) ont été construites pour réduire les coûts et permettre de bâtir plus de salles de classe. Le programme implique également les communautés dans la construction des salles de classe.

Afin de réduire le taux d'abandon scolaire des filles, des latrines supplémentaires pour filles ont également été construites. Pourtant, la demande en termes d'éducation reste toujours très élevée : les élèves sont toujours plus de 90 par classe malgré les constructions en cours.

Former les enseignants grâce aux liseuses

Au centre régional de formation des enseignants, j'ai vu des enseignants suivre une formation par le biais de liseuses pour compenser le manque d'autres matériels pédagogiques. Le centre dispose d'une bibliothèque, mais les étagères étaient vides.

Pour y remédier, des centaines de fichiers d'apprentissage numériques sont stockés dans des supports numériques et mis à disposition via des liseuses. Le nombre de liseuses étant limité, ils sont donc conservés au centre de formation.

Les enseignants sont ainsi appelés à se rendre au centre pour utiliser ces supports numériques, afin de préparer leurs cours ou simplement se cultiver. Grâce au financement du PME, davantage de liseuses seront achetés pour accroître l'accès des enseignants à ces bibliothèques virtuelles.

Un ordinateur et des liseuses électroniques que les enseignants utilisaient pour se former et préparer leurs leçons au centre de formation régional. Crédit : PME/Naoko Hosaka et Youmna Sfeir
Un ordinateur et des liseuses électroniques que les enseignants utilisaient pour se former et préparer leurs leçons au centre de formation régional.
PME/Naoko Hosaka et Youmna Sfeir

Engagement communautaire et éducation des filles

On perçoit dans le pays une forte volonté de renforcer le système éducatif au niveau local : les directeurs/directrices d'école s'engageant à gérer leurs établissements même sous contraintes, par exemple. Par l'intermédiaire de l'association des parents d'élèves, les parents participent aux activités scolaires, telles que le nettoyage des zones scolaires.

Le personnel travaillant dans les bureaux locaux de l'inspection académique fait de son mieux pour descendre dans les écoles et apporter un soutien aux enseignants, même si l'accès aux écoles est difficile dans les régions éloignées.

La scolarisation des filles est particulièrement difficile en raison des mariages et des grossesses précoces. Dans de telles situations, aborder les problèmes des filles avec une approche multisectorielle est plus adapté. Dans le bureau de l'administration locale de Bossangoa, j'ai rencontré Béatrice Namkona, qui est l'adjointe au préfet.

Il est inhabituel de voir une femme occuper ce niveau de responsabilité en RCA. Cette jeune administratrice dynamique, originaire de Bossangoa, est un bel exemple et une lueur d'espoir pour toutes les filles de la région. Elle adopte une approche multisectorielle, reliant les services sociaux tels que la promotion de la nutrition des filles à l’éducation des filles.

Un nouveau plan sectoriel pour un avenir meilleur

La RCA est en train de finaliser un nouveau plan sectoriel de l'éducation pour la période 2020-2029, avec le soutien d’un petit financement du PME. Le processus a débuté en mai 2019 et s'est avéré difficile. La Banque mondiale, en sa qualité d’agent partenaire du PME, a assuré un processus collaboratif et participatif.

Une série d'ateliers techniques a été organisée en février à Bangui dans le but de réunir tous les acteurs. Les participants ont été très impliqués, à tel point que les discussions ont parfois dépassé les horaires prévus.

La RCA lutte toujours pour sortir de la crise humanitaire avec des ressources limitées consacrées au secteur de l'éducation (le financement intérieur de la RCA est inférieur à 2 % du PIB) et est désormais confrontée à de nouveaux gros défis à cause de la pandémie actuelle. Le pays a dû fermer ses écoles le 30 mars, laissant près d'un million d'enfants non scolarisés.

S'il est important de se fixer une vision à plus long terme pour renforcer le système éducatif, il est également nécessaire d'avoir un plan opérationnel réaliste à court terme non seulement pour donner la priorité aux activités les plus urgentes, mais aussi pour être stratégique et créer le bon levier, afin d'engager le système éducatif vers un enseignement primaire universel de qualité.

Les leçons tirées de l'expérience des programmes soutenus par le PME, des partenaires et des autorités nationales devraient être prises en compte dans ce plan sectoriel prometteur.

De nouveaux financements du PME sont disponibles, notamment un fonds d'urgence pour répondre à la pandémie du COVID-19, afin de poursuivre le soutien au pays et faire en sorte que davantage d'enfants aient accès à la scolarité qu'ils méritent, en sortant la RCA de la crise qu'elle a connue.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.