L'éducation à Madagascar

Le plan sectoriel de l'éducation 2018 - 2022 couvre tout le secteur et se base sur une vision nationale. Il définit la vision globale du pays en matière d’éducation conformément aux objectifs du Plan National de Développement (2015-2019) et aux objectifs internationaux de développement de l’éducation, notamment l’Objectif de Développement Durable N°4 (ODD4).

Ce plan est le premier du pays à répartir les objectifs de développement à moyen et à long terme de l'ensemble du système éducatif entre les trois ministères en charge de l'éducation, et consolide des plans d'action sous-sectoriels cohérents avec un cadre financier commun.

Le plan propose une stratégie visant notamment à réduire les taux de redoublement en fixant l’éducation fondamentale (primaire et collège) à 9 ans (5 ans au primaire, 4 ans au collège) selon trois sous-cycles.

Elaboré après la crise politique, le plan met l’accent sur le renforcement de la gestion et de la gouvernance du système éducatif, tout en proposant des solutions pour corriger les disparités en termes d’accès par la construction d’écoles par les communautés et le renforcement de l’accueil des enfants présentant des déficiences légères ou moyennes dans le système formel (objectif de 15 % en 2022), et des enfants ayant des déficiences sévères dans des établissements spécialisés (15 % en 2022).

Afin d’assurer un suivi accru du plan sectoriel de l’éducation, le groupe local des partenaires de l'éducation a décidé de la mise en place de la Plateforme nationale pour le pilotage du secteur de l'éducation (PNPSE), qui vise avant tout l’accompagnement de la mise en œuvre sectorielle du plan et l’établissement d’un instrument de concertation et de dialogue politique recherchant un meilleur alignement ainsi qu’une plus grande reddition de compte vis-à-vis des bénéficiaires du secteur de l’éducation.

Madagascar a l’habitude d’organiser chaque année des revues sectorielles conjointes (aux niveaux national et régional).

Blogs et actualités

Tulasha Malla Shah, enseigne les enfants malentendants du lycée de Thuma, à Bajura, dans les montagnes de l'extrême ouest du Népal. Malla a reçu une formation en éducation inclusive de HI et est très dévouée pour aider les enfants handicapés à lire et à apprendre. Crédit: © Pralhad GAIRAPIPLI/HI
05 octobre 2018
La Journée mondiale des enseignants est l’occasion de célébrer les enseignants qui jouent un rôle de premier plan dans la réalisation du droit des enfants à l’éducation. Découvrez certaines de leurs...
Une élève dans sa salle de classe souriant à la caméra. Crédit: GPE/Alberto Begue
08 août 2018
Dans le but d’augmenter le taux d’achèvement du primaire dans le pays, Madagascar prévoit d’organiser, dès la prochaine rentrée scolaire, une campagne de lutte contre la carence en fer chez les...
Un élève malgache montrant son ardoise à l'EPP d'ANOSISOA. Crédit: GPE/Carine Durand
24 juin 2018
Il s'agit de la loi relative au Projet d’appui à l’éducation de base (PAEB), initiée par le Ministère de l’Éducation nationale dans le cadre de la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation, qui...

Dernier financement

Objectif de développement: améliorer l'apprentissage et les taux de réussite dans les deux premiers sous-cycles de l'éducation de base.
Allocation:45 700 000 $US
Années:2018-2023
Agent partenaire:Banque mondiale

L’objectif global du Projet d’Appui à l’Education de Base (PAEB), qui fait l’objet d’un co-financement entre la Banque mondiale et le fonds du GPE d’un montant total de 100,7 millions de dollars, est d’améliorer les apprentissages et les taux de réussite dans les deux premiers sous-cycles de l’éducation de base. Le financement du GPE jouera un rôle déterminant dans l'atteinte de cet objectif; en contribuant à l'amélioration de la gestion scolaire pour augmenter les taux de réussite des élèves (composante 3, 13,4 millions de dollars) et en appuyant la mise en œuvre de réformes sectorielles clées, le renforcement du système éducatif et la mise en œuvre du projet (composante 4, 14 millions de dollars).

Le financement du GPE concerne deux composantes dans les domaines de l’équité, de l’efficacité et de la qualité des apprentissages.

Financé sur la base des performances, l’objectif de la composante 1 est de faire progresser le niveau des acquis d’apprentissage par la mise en place de plans régionaux de formation, l’amélioration des compétences pédagogiques des enseignants pour enseigner le français et les mathématiques et le développement du curriculum. Les activités visent enfin à renforcer le pilotage par la qualité, en réduisant l’absentéisme des enseignants et en accroissant le temps effectif d’enseignement de 3h09 à 5h46 min, selon l’objectif du plan sectoriel.

La composante 2 a pour objectif de mieux préparer l’entrée des enfants dans le système scolaire en apportant des réponses visant à stimuler la demande en termes d'éducation en construisant 1 000 centres d’éveil, 800 salles de classes ; en utilisant l’approche communautaire et en procédant à des séances de déparasitage au profit de 2,7 millions d’enfants.

L'objectif de la composante 3 est d'augmenter les taux de réussite des élèves en améliorant la gestion des écoles, grâce à la mise en place d'un système national équitable de subventions aux écoles et à la professionnalisation des compétences des directeurs d'école. L'indicateur clé est le taux moyen de réussite des élèves des deux premiers sous-cycles de l'éducation de base. La première sous-composante consiste à créer et à financer un programme national unique de subventions aux écoles, harmonisé, vérifié et équitable. Cet outil vise à réduire au minimum les dépenses des ménages consacrées à l’éducation et aux autres coûts liés à l’école, afin de réduire les taux d’abandon scolaire et de redoublement au primaire.

L'objectif de la composante 4 est de soutenir la planification et la mise en œuvre des principales réformes du PSE et du renforcement des capacités institutionnelles, de renforcer le système d'évaluation des acquis des élèves, de fournir une assistance technique dans le cadre de la mise en œuvre du plan sectoriel.

Les réformes clés incluent la conception et la mise en œuvre d'une politique linguistique visant à accroître l'utilisation de la langue maternelle comme langue d'enseignement dans le premier sous-cycle, le français étant progressivement introduit au second sous-cycle pour devenir la langue d'enseignement au troisième cycle. En termes de réforme des programmes, le projet soutiendra principalement des activités visant à renforcer les programmes des deux premiers cycles (enseignement primaire) en mathématiques, en lecture et en écriture.

Financements

Tous les montants sont en dollars US.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire  
Mise en œuvre d'un programme 2018-2023 45 700 000 BIRD
2013-2017 85 400 000 84 182 122 BIRD Rapport de fin d'exécution
2009-2013 64 000 000 64 000 000 UNICEF Rapport d'avancement
2005-2010 60 000 000 60 000 000 BIRD Rapport de fin d'exécution
Préparation d'un plan sectoriel 2012 250 000 248 782 BIRD
Préparation d'un programme 2017 336 420 56 616 BIRD
2012 200 000 187 067 BIRD
  TOTAL 255 886 420 208 674 587    

Évolution du secteur éducatif

Les graphiques ci-dessous montrent l'évolution générale dans le secteur de l'éducation du pays. Pour les résultats plus détaillés de l'appui du GPE, veuillez consultez les rapports d'avancement dans la section sur les financements.

Accès

Taux d’achèvement du primaire

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire

Taux d’enfants non scolarisés en âge du primaire

Taux d’adolescents non scolarisés en âge du 1er cycle du secondaire

Taux brut d’inscription au préscolaire

Indice de parité entre les sexes pour le taux d’enfants non scolarisés – Primaire et 1er cycle du secondaire

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB

Dépenses publiques pour l’éducation en % des dépenses publiques (%)

Ratio élèves/enseignants formés

Enseignants formés

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation

Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Dernière mise à jour 19 novembre 2018