L'éducation au Pakistan

L’offre des services éducatifs au Pakistan est gravement affectée par les difficultés économiques, politiques et sécuritaires auxquelles le pays se trouve confronté depuis quelques années.

Le 18e Amendement de la Constitution du Pakistan, approuvé en 2010, a transféré la responsabilité de l’offre éducative et des dépenses du secteur aux autorités provinciales. Le Ministère fédéral conserve, dans une certaine limite, plusieurs mandats, essentiellement en matière d'élaboration des programmes de cours, d'accréditation et de financement de la recherche et du développement.

Consulter la carte interactive complète des données sur l'éducation au Pakistan.

Le Baloutchistan est confronté à de nombreuses difficultés dans le secteur éducatif : un grand nombre d’enfants non-scolarisés, un fort taux de décrochage scolaire, une importante inégalité des sexes marquée par des disparités en termes d'indicateurs de l'éducation, une faible qualité de l'enseignement et de l'apprentissage en classe.

En 2015/2016, le Baloutchistan a affecté 20 % de son budget à l’éducation (source : Public Financing of Education in Pakistan)

Le gouvernement du Baloutchistan s’est engagé à relever les nombreux défis auxquels est confronté le secteur éducatif et a identifié la question du faible accès à l’éducation comme la priorité N°1.

Le plan sectoriel de l’éducation du Baloutchistan (PSEB) pour la période 2013–2018 est axé sur les priorités suivantes :

  1. Améliorer l’accès et de l’équité à l’école pour tous les garçons et les filles :
    • en construisant et modernisant les écoles dans les communautés où l’accès à l’école est faible ou nul,
    • en améliorant le taux de passage d’un niveau à l’autre (de la maternelle au primaire, du primaire au premier cycle du secondaire, du premier au deuxième cycle du secondaire).
    • en réduisant le taux de décrochage par l’amélioration des résultats de l’apprentissage.
    • en développant des formes alternatives d’offre éducative, notamment la gestion par le secteur privé, le développement des écoles communautaires, entre autres.
  2. Améliorer de la qualité de l’éducation :
    • en développant les capacités des gestionnaires et des professionnels de l’éducation, notamment les enseignants, les examinateurs, les experts chargés de l’élaboration des programmes et des manuels scolaires,
    • en développant des normes et des références en matière d’apprentissage,
    • en améliorant les capacités d’évaluation,
    • en préparant une nouvelle politique linguistique à l’école, propice à l’apprentissage.

Les améliorations en matière de gouvernance et de gestion sont au cœur du BESP, qui met l'accent sur l'amélioration des capacités de gestion en matière de gestion et de supervision, ainsi que sur l'amélioration des mécanismes de collecte d'informations et de leur utilisation..

Les résultats scolaires restent faibles dans le Sindh. On observe des inégalités en termes d’accès à l’éducation entre les différents districts, les zones rurales et urbaines, les populations défavorisées et celles qui ne le sont pas, ainsi qu’entre les sexes. De manière générale, les filles des zones rurales, ainsi que les filles et garçons issus des ménages appartenant au quintile des revenus les plus faibles sont les plus susceptibles de ne pas être scolarisés.

Améliorer la gouvernance et la nécessité de rendre des comptes au sein du système éducatif, notamment grâce à une meilleure gestion des enseignants et des ressources, est considérée comme essentiel pour favoriser l'amélioration des résultats de l'éducation.

Le plan sectoriel de l’éducation 2014–2018 du Sindh vise à accroître l’accès à l’éducation pour les enfants les plus marginalisés, notamment les filles, et à améliorer les résultats d’apprentissage, ainsi que la gouvernance et la redevabilité au sein de ce secteur.

Ses principaux objectifs sont les suivants :

  1. Augmenter l’accès équitable à une éducation de qualité pour la petite enfance, l’enseignement primaire et secondaire, dans le but de réduire l’exclusion sociale, de faciliter les passages entre niveaux, de promouvoir la cohésion sociale et d’offrir de meilleures opportunités d'accès, de participation et d'apprentissage aux groupes marginalisés, et notamment aux filles.
  2. Améliorer la qualité des résultats d'apprentissage en fournissant aux enseignants des outils pour mener des évaluations continues de l'apprentissage en classe dans des matières essentielles telles que la lecture et les mathématiques, augmenter le financement des éléments pouvant contribuer à améliorer cette qualité tels que le matériel de lecture, le matériel scientifique et les manuels, ainsi que des normes d'assurance qualité mettant l'accent sur les résultats d'apprentissage plutôt que sur les intrants.
  3. Renforcer la gouvernance et la prestation de services en améliorant les capacités aux niveaux des écoles, des districts et des provinces, incluant les normes scolaires convenues et les partenariats solides entre les secteurs public et privé.
  4. Améliorer l'affectation équitable des ressources et améliorer la viabilité financière et l'efficacité des dépenses en matière d'éducation, favorisant ainsi la transparence et la responsabilité dans l'utilisation des ressources publiques.

Blogs et actualités

Sarwat Batool visitant une école au Baloutchistan. Crédit: Banque mondiale/Sarwat Batool
08 juin 2018
Un financement de 34 millions de dollars du GPE en faveur du Baloutchistan contribue à rendre l'éducation plus accessible, en particulier pour les filles.
Jusqu'où l'éducation peut-elle vous mener ?
19 novembre 2015
Parcourez le monde en apprenant comment on s’instruit dans les pays en développement et découvrez si vous êtes plutôt sédentaire ou pigeon voyageur.

Dernier financement

Rimsha Farooq, élève de niveau 6, devant son livre pendant un cours à l'école Khinger Khurd, dans la province du Pendjab, au Pakistan. Septembre 2012. Crédit STARS/Kristian Buus
  • Objectif de développement : accroître la scolarisation et le taux de rétention dans les écoles soutenues par le projet, en mettant un accent particulier sur la participation des filles, et développer des mécanismes pour la collecte et l'utilisation d'informations, afin d'améliorer la gestion du secteur de l'éducation
  • Allocation : 34 000 000 $US
  • Années : 2014-2018
  • Agent partenaire : Banque mondiale
  • Décaissement : 34 000 000 $US
  • Rapport d'avancement

Le financement de 34 millions de dollars alloué par le GPE au Baloutchistan vise à :

  • améliorer l’accès et l’équité en élargissant l’accès au moyen de mécanismes scolaires communautaires et en facilitant la transition vers des niveaux d’enseignement supérieurs. En outre, une attention particulière sera accordée au développement professionnel des enseignants et à l'amélioration de l'environnement d'apprentissage, afin de garantir que les enseignants disposent des compétences pédagogiques adéquates pour enseigner des enfants des niveaux supérieurs.
  • améliorer la qualité de l’éducation de la petite enfance dans les nouveaux établissements en renforçant les capacités des enseignants et en leur fournissant des outils pédagogiques simples de gestion de l’enseignement et de l’apprentissage. Les systèmes d’information scolaire seront améliorés pour une plus grande validité des données et davantage de responsabilité envers l'enseignement et l'apprentissage dans les établissements.
  • fournir une assistance technique pour renforcer les capacités de gestion et de suivi, en soutien à l'instauration de systèmes et de procédures pour une planification et une mise en œuvre efficaces des activités du projet, tout en développant des systèmes de suivi robustes.

Le groupe local des partenaires de l’éducation du Baloutchistan est mené par le Département de l’enseignement secondaire (DES) et comprend des représentants du Département de l’éducation, du Canada, du DFAT-Australie, de l’UNESCO, de l’UNICEF, d’USAID, d’Allemagne, de la Banque mondiale et d’organisations de la société civile. L'UNICEF est l'agance de coordination.

  • Objectif de développement : renforcer la capacité institutionnelle à générer, diffuser et utiliser des informations pour soutenir la mise en œuvre de réformes clés
  • Allocation : 66 000 000
  • Années : 2014-2018
  • Agent partenaire : Banque mondiale
  • Décaissements : 65 730 921
  • Rapport de fin d'exécution

Le financement du GPE de 66 millions de dollars visait à renforcer les capacités institutionnelles à générer, diffuser et utiliser l’information en soutien à la mise en œuvre de réformes clés au titre du plan sectoriel de l’éducation.

Ces fonds ont permis le financement de deux composantes :

  1. Le renforcement des systèmes qui soutiennent les interventions dans les trois domaines de réforme suivants :
    • le soutien à la conception et au déploiement d’un système de suivi pour la collecte, l'analyse, la diffusion et l'utilisation des données sur des indicateurs spécifiques au niveau scolaire, notamment les effectifs scolaires et la présence des enseignants grâce au système de suivi scolaire du Sindh.
    • le renforcement de la gestion des personnels enseignant et non-enseignant grâce au système de suivi et d’information des ressources humaines.
    • Le renforcement des communications pour concevoir une stratégie de communication et d'autres activités de communication et de consultation.
  2. Le soutien au programme, axé sur le soutien technique, le conseil et le renforcement des capacités afin de développer, mettre en œuvre et surveiller les domaines d’intervention du projet.

Le groupe local des partenaires de l’éducation du Sindh comprend 35 membres dont des représentants du Département d'éducation et de littératie du Sindh (DEL), du Canada, de DFiD, de JICA, de l’UNESCO, de l’UNICEF, d’USAID, de la Banque mondiale, de l’Union européenne, du secteur privé et d’organisations de la société civile. L'UNICEF est l'agence de coordination.

Financements

Tous les montants sont en dollars.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire  
Préparation d'un plan sectoriel 2012 250 000 249 717 UNICEF
Préparation d'un programme 2013 190 000 188 092 BIRD
Balochistan
Mise en œuvre d'un programme 2015-2019 34 000 000 34 000 000 BIRD Rapport d'avancement
Sindh
Mise en œuvre d'un programme 2015-2017 66 000 000 65 730 921 BIRD Rapport de fin d'exécution
Préparation d'un plan sectoriel 2017 499 400 - BIRD
  TOTAL 100 939 400 100 168 730    

Évolution du secteur éducatif

Les graphiques ci-dessous montrent l'évolution générale dans le secteur de l'éducation du pays. Pour les résultats plus détaillés de l'appui du GPE, veuillez consultez les rapports d'avancement dans la section sur les financements.

Accès

Taux d’achèvement du primaire

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire

Taux d’enfants non scolarisés en âge du primaire

Taux d’adolescents non scolarisés en âge du 1er cycle du secondaire

Taux brut d’inscription au préscolaire

Indice de parité entre les sexes pour le taux d’enfants non scolarisés – Primaire et 1er cycle du secondaire

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB

Dépenses publiques pour l’éducation en % des dépenses publiques (%)

Ratio élèves/enseignants formés

Enseignants formés

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation

Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Dernière mise à jour 24 novembre 2018