La CME et le GPE appellent à un financement de l'éducation plus important et de meilleure qualité
|
La CME et le GPE appellent les leaders mondiaux à mieux financer l'éducation

À l’issue de la Semaine mondiale d'action pour l'éducation, la Campagne mondiale pour l'éducation (CME) et le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE) ont organisé un évènement conjoint baptisé « Lève la main pour un financement de l'éducation plus important et meilleur » qui a servi de cadre de dialogue entre des leaders d'opinion de tous horizons.

L'événement a permis de démontrer pourquoi nous devons accorder la priorité, protéger et augmenter le financement national de l'éducation d'une part, et comment un GPE entièrement financé contribuera à transformer les systèmes éducatifs dans les pays partenaires, d'autre part. Il a également marqué la fin d’une semaine d'action durant laquelle les organisations de la société civile ont appelé les États et la communauté internationale à s'acquitter de leurs obligations d'assurer et de fournir un financement durable susceptible de transformer de l'éducation, en prélude au Sommet mondial sur l'éducation : Financer le GPE 2021-2025, sui se tiendra les 28 et 29 juillet 2021.

La pandémie de COVID-19 a causé la plus grande perturbation de l'éducation que le monde n’ait jamais connue. Elle met à rude épreuve les économies et les budgets nationaux et met en péril des décennies de progrès accomplis en matière d'éducation. Elle aggrave les inégalités qui fragilisent les plus vulnérables et met en danger l’avenir de toute une génération. Un temps d’apprentissage important a été perdu à cause des fermetures d'écoles à travers le monde.

Les filles, les enfants réfugiés, les enfants déplacés à l'intérieur de leur pays et les enfants handicapés (y compris ceux atteints de troubles de l'apprentissage) se sont heurtés à d'énormes difficultés pour accéder à l'apprentissage à distance pendant la période de fermeture des écoles dues à la pandémie. Ne pas inclure l'éducation et son financement dans les plans de riposte et de remise sur pied serait catastrophique pour les pays et aggraverait davantage les inégalités.

Comme le souligne la Déclaration d'Incheon, surmonter la crise ne serait possible que si tous les pays allouent, de manière efficiente, au moins 4 à 6 % de leur produit intérieur brut et au moins 15 à 20 % du total de leurs dépenses publiques à l'éducation, et si les pays donateurs allouent au moins 0,7 % de leur revenu national brut à l’aide publique au développement. Ces références mondiales ont plus que jamais besoin d’être atteintes.

La CME et le GPE reconnaissent que le financement national est la source de financement la plus importante et la plus durable du secteur de l'éducation. C'est la raison pour laquelle nous appelons les États à donner la priorité et à garantir que le financement national de l'éducation reste à ses niveaux pré-COVID – soit la référence mondiale d’au moins 20 % du total des dépenses publiques – afin qu’aucun enfant ne soit laissé de côté.

Nous sommes ravis que le président Uhuru Kenyatta, en tant que co-hôte de la campagne de financement du GPE, soit à l’origine d’une déclaration politique collective, invitant les chefs d'État et de gouvernement des pays partenaires du GPE à s'engager à donner la priorité, à protéger et à augmenter le financement national de l’éducation.

La CME approuve également l'autre objectif tout aussi important de la campagne du GPE qui vise à obtenir des promesses de dons d’au moins 5 milliards de dollars sur cinq ans pour aider les pays à transformer leurs systèmes éducatifs, et appelle les donateurs à s'engager avec générosité pour permettre au GPE d'aider les pays à reconstruire en mieux leurs systèmes éducatifs, afin de les rendre plus équitables et plus résilients.

Nous soulignons combien ce financement catalytique est nécessaire pour garantir le droit à l'éducation pour tous. Il est impératif que le Sommet mondial sur l'éducation de juillet 2021 garantisse un GPE entièrement financé afin que, grâce à une éducation de qualité, nous puissions continuer à assurer un monde juste et égalitaire.

La pandémie a montré l'importance de renforcer les systèmes publics et les dépenses du secteur social, y compris l'éducation. Nous reconnaissons donc la nécessité d'engager un dialogue stratégique avec les ministères en charge des Finances et de soutenir une communication solide entre les ministères en charge des Finances et ceux en charge de l'Éducation pour améliorer le volume, l'équité et l'efficacité des financements nationaux de l'éducation.

Le plaidoyer pour l'investissement du GPE baptisé « Lève la main » et la campagne Un Milliard De Voix Pour L’éducation lancée par la CME sont des initiatives de plaidoyer audacieuses et ambitieuses, qui visent à garantir que les systèmes éducatifs disposent des ressources nécessaires pour la reprise post-COVID-19, notamment en intégrant l'éducation dans les plans de relance budgétaire.

Nous sommes convaincus que la complémentarité des efforts actuels inspirera de nombreux autres acteurs à s'unir dans un élan de solidarité mondiale pour mettre en œuvre le changement, afin qu'aucun enfant ne soit laissé de côté.

Le financement de l’éducation garantira l’avenir de millions d’enfants et contribuera à une reprise rapide et à long terme post-pandémie. Pour renforcer la capacité de résilience des personnes et de la société à toute crise, comme celle de la pandémie de COVID-19, il est important de financer les systèmes éducatifs publics pour les rendre plus solides.

####

Le GPE est un engagement commun à mettre fin à la crise mondiale de l’apprentissage en mobilisant des partenaires et des fonds pour aider les pays à faible revenu à transformer leurs systèmes éducatifs. La CME, quant à elle, est le plus grand mouvement de la société civile qui œuvre pour mettre fin à l’exclusion dans le secteur de l’éducation.

Cette déclaration a également été publiée sur le site de la CME (en anglais).

La CME et le GPE appellent les leaders mondiaux à mieux financer l'éducation

Dernières actualités