Parcours de réussite

Éthiopie : un engagement à long terme en faveur de l'éducation donne des résultats encourageants

Points clés

  • Depuis 2008, des financements du GPE, d’un montant total de 368 millions de dollars, ont soutenu des réformes dans le secteur de l’éducation par le biais du Programme général d’amélioration de la qualité de l’éducation (GEQIP) en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage dans les 40 000 écoles que compte l’Ethiopie.
  • L’appui du GPE à l’Éthiopie visait à former des enseignants, à fournir du matériel d’apprentissage efficace et à élaborer des programmes d’enseignement pertinents, entre autres interventions.
  • Les résultats sont visibles : selon une évaluation nationale des apprentissages, les compétences des élèves dans toutes les matières ont augmenté de 57 % au CP et de 120 % au CM2 entre 2011 et 2015.
Carte de l'Éthiopie

Située dans la corne de l'Afrique, l'Éthiopie est un pays vaste, constitué de divers groupes ethniques parlant diverses langues. Pays à faible revenu, l'Éthiopie a réalisé des progrès substantiels en matière de développement social et humain au cours de la dernière décennie.

Le GPE a soutenu les efforts du gouvernement à élaborer des plans sectoriels de l’éducation basés sur des données factuelles et répondant aux besoins et aux défis du secteur de l’éducation dans le pays.

Le soutien du GPE a été essentiel pour aider l’Éthiopie à bâtir un système éducatif plus solide en améliorant la planification du secteur, en promouvant un dialogue inclusif sur l’éducation et en aidant le pays à mettre en place des systèmes permettant de collecter des données fiables et précises pour éclairer la politique et les priorités en matière d’éducation.

  • Une élève de CE 2 utilisant son manuel dans sa salle de classe à l’école de Felege Abay, à Bahar Dar en Ethiopie.
    Crédit : GPE/Kelley Lynch
  • Des élèves de l'école de Meskerem à Bahar Dar en Ethiopie. L'école de Meskerem fait partie des 40 000 écoles soutenues par le programme général d'amélioration de la qualité de l'éducation (GEQIP) en Ethiopie.
    Crédit : GPE/Kelley Lynch

Une base solide pour le système éducatif éthiopien

L'Éthiopie a été un des pionniers en matière de planification de l'éducation, en mettant en œuvre cinq plans sectoriels consécutifs au cours des 25 dernières années. Une approche qui a contribué à la durabilité de ses programmes d'éducation.

Sur la base d'analyses complètes du secteur de l'éducation, le GPE a soutenu l'élaboration de ces plans par le biais de consultations approfondies avec les ministères en charge de l’éducation, les parties prenantes et les partenaires de développement travaillant dans le secteur. Cette approche inclusive a favorisé un dialogue sectoriel coordonné, qui a à son tour renforcé la pertinence des plans.

L’actuel plan sectoriel de l'éducation du pays présente les objectifs, les priorités stratégiques et les résultats souhaités pour le secteur de l'éducation. Il est par ailleurs accompagné d'un plan d'action pluriannuel et d'un cadre de résultats.

Les réalisations de l’Ethiopie dans le secteur de l’éducation

Pionnier en matière de planification sectorielle à long terme, les efforts de l’Éthiopie ont porté leurs fruits. Entre 2004 et 2018, le taux net de scolarisation dans le primaire est passé de 49 % à près de 95 %. Au cours de la même période, le taux d'achèvement du primaire (CM2) est passé de 38 % à 57,7  %. Entre 2004 et 2015, l'indice de parité entre les sexes pour les taux d'achèvement du primaire est passé de 63 à 96 filles pour 100 garçons.

Habtam n'a plus peur d’aller à l'école à pied

Chaque jour, Habtam Asfaw se rend à l’école Meskerem à Bahar Dar, en Éthiopie, où elle est en CM2.
Chaque jour, Habtam Asfaw se rend à l’école Meskerem à Bahar Dar, en Éthiopie, où elle est en CM2. Le trajet ne lui paraitrait pas si long si elle n’avait pas à faire à des garçons et des hommes la harcelant tout le long du chemin.
Credit: GPE/Kelley Lynch
Habtam Asfaw est élève en CM2 à l'école primaire de Meskerem à Bahar Dar, en Éthiopie.
Cependant, depuis qu'elle a suivi une formation à l’école sur les compétences essentielles à la vie, elle a plus confiance en elle et se sent mieux préparée à faire face au harcèlement.
Credit: GPE/Kelley Lynch
Habtam Asfaw entrant dans le local où se tient le « club des filles » de son école.
Cette formation mensuelle offre un espace où les filles peuvent partager leurs expériences et leurs craintes avec des enseignantes qui les conseillent sur les violences sexistes et la résolution des conflits, ainsi que sur des questions telles que la menstruation et la planification familiale.
Credit: GPE/Kelley Lynch
Habtam Asfaw recevant une serviette hygiénique dans la salle d’hygiène de son école.
Pour améliorer le taux de fréquentation des filles, l'école Meskerem a également construit un espace privé où elles peuvent gérer les aléas liés à leurs règles de manière confortable. Cette étape a contribué à réduire l'absentéisme.
Credit: GPE/Kelley Lynch
Des parents ramenant leurs enfants à la maison après les cours. Ecole primaire de Meskerem à Bahar Dar en Ethiopie
Soutenues par le GPE et d'autres partenaires, les écoles éthiopiennes reçoivent des subventions pour les aider à s’améliorer, en se concentrant sur ce dont elles ont le plus besoin. Cela comprend souvent des initiatives pour soutenir l’éducation des filles, telles que la formation des élèves aux compétences de vie, la rénovation des salles de classe et la construction de toilettes séparées.
Credit: GPE/Kelley Lynch
Habtam Asfaw en pleine séance de lecture dans la bibliothèque de l'école primaire de Meskerem à Bahar Dar en Éthiopie, où elle fréquente.
De plus en plus d'écoles en Éthiopie deviennent sensibles aux besoins des filles et, pour des filles comme Habtam, un environnement scolaire sûr est essentiel pour poursuivre et terminer leurs études.
Credit: GPE/Kelley Lynch

Des projections récentes de l'UNESCO montrent que l'Éthiopie est le pays ayant le plus progressé en termes d'amélioration du taux d'achèvement du primaire parmi les pays d’Afrique subsaharienne.

Ces progrès sont le résultat direct de l’engagement du gouvernement à améliorer l’éducation et à mettre en œuvre une planification sectorielle efficace, auquel s’ajoute le soutien solide du GPE et d’autres partenaires de développement. La part des dépenses publiques consacrées à l'éducation n’a cessé d’évoluer, environ 25 % du budget global étant consacré à l'éducation.

Les partenaires membres du groupe local des partenaires de l'éducation (GLPE) se sont fortement engagés dans la préparation et la mise en œuvre des plans sectoriels de l'éducation et des programmes de soutien. Les organisations de la société civile et les syndicats d’enseignants sont également représentés au sein du GLPE, ce qui leur permet ainsi de participer au processus de planification du secteur de l’éducation du pays et à la mise en œuvre des programmes d’éducation.

Le GEQIP : un fonds multi-bailleurs coordonné

En 2008, un fonds multi-donateurs baptisé Programme général d’amélioration de la qualité de l’éducation (GEQIP, du sigle en anglais), a été créé pour mieux aligner les ressources des donateurs sur les priorités de l’Éthiopie en matière d’éducation. Considéré comme l’un des programmes de financement les plus alignés en Afrique, le GEQIP a encouragé les donateurs à diriger leur aide vers les priorités identifiées dans le plan sectoriel de l’éducation du pays. Cette approche a permis d’éviter la fragmentation des activités des donateurs bilatéraux et la duplication inutile des ressources.

Depuis 2008, des financements du GPE, d’un montant total de 368 millions de dollars, ont soutenu des réformes de l’éducation par le biais du GEQIP, pour améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage dans les 40 000 écoles du pays.

L’appui du GPE à l’Éthiopie s’est concentré sur des interventions essentielles à l’amélioration de l’environnement d’apprentissage (formation des enseignants, mise à disposition de matériels d’apprentissage efficaces et élaboration de programmes d’enseignement pertinents).

La qualité de l'enseignement a été améliorée grâce au renforcement de la formation initiale et de la formation continue des enseignants, le développement de leur profil de carrière et le suivi de leurs performances. À la suite de ces interventions, 207 000 enseignants en service ont vu leurs qualifications améliorées ; 98 000 autres ont suivi une formation dans des matières clés (telles que l’anglais, les mathématiques et les sciences) ; et 118 000 enseignants en formation ont obtenu leur diplôme de fin de formation entre 2014 et 2019, ce qui était bien supérieur à l'objectif initial du GEQIP.

De plus, grâce au GEQIP, un système national de certification des enseignants a été mis en place pour aider le ministère fédéral de l'Éducation et les bureaux régionaux de l'éducation à évaluer le contenu de leurs leçons et leurs connaissances pédagogiques, afin de soutenir et renforcer leur développement professionnel. Plus de 404 000 enseignants du primaire et du secondaire et plus de 14 000 chefs d'établissements ont passé l'examen de certification.

Entre 2012/2013 et 2018/2019, la proportion d'enseignants qualifiés disposant des qualifications appropriées dans les classes de la maternelle au CP est passée de 44 % à 89 %. Dans les classes du CE1 au CM2, cette proportion est restée à environ 91 %.
  • Jalale Genati, 20 ans, a récemment obtenu son diplôme d'enseignante du Sebeta College of Teacher Education situé dans la région d'Oromia, en Ethiopie.
    Crédit : GPE/Kelley Lynch

Le GPE et ses partenaires ont également contribué à l’atteinte par l’Ethiopie de l'objectif d'un manuel scolaire par élève. Des manuels gratuits, des guides pédagogiques et du matériel supplémentaire ont été distribués aux écoles. Pour promouvoir l'équité entre les différents groupes, des manuels sont disponibles en sept langues locales et en braille.

Ces manuels sont alignés sur le nouveau programme scolaire, qui vise à réduire les lacunes et répondre aux besoins des élèves en termes d'apprentissage. Conçu pour être en accord avec les évolutions économiques que connait le monde, la démocratie et l'égalité des genres, le nouveau programme a été mis en œuvre simultanément à tous les niveaux.

Les subventions accordées aux écoles améliorent l'environnement d'apprentissage et les systèmes de données

Presque toutes les écoles des zones urbaines et rurales ont reçu des subventions pour améliorer les résultats d'apprentissage et la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage, celles accueillant des élèves défavorisés et celles dont les indicateurs en matière d'éducation sont les plus bas ayant reçu les subventions les plus importantes. Les communautés locales sont fortement impliquées dans la planification et le suivi de ces subventions.

Les subventions ont aidé les écoles à mettre en œuvre les priorités énoncées dans leur plan d'amélioration, notamment la modernisation des infrastructures, l'achat de matériel didactique, la promotion du développement professionnel des enseignants et l'amélioration de l'accessibilité des écoles aux enfants handicapés.

Avec le soutien du GPE et de ses partenaires, le gouvernement a également investi dans des systèmes garantissant la collecte en temps opportun de données fiables sur l'éducation, essentielles pour améliorer le suivi et la responsabilisation. L'apprentissage des élèves est contrôlé au moyen d'évaluations et d'examens nationaux de l'apprentissage. Les performances des écoles quant à elle sont contrôlées à travers un système d'inspection scolaire qui comprend des auto-évaluations des écoles chaque année et des inspections externes tous les trois ans.

  • Ayan, 22 ans, travaille avec un boulier dans la classe des élèves à besoins spéciaux de l'école de Felege Abay, à Bahar Dar en Ethiopie.
    Crédit : GPE/Kelley Lynch

Un soutien continu du GPE pour consolider les progrès dans secteur de l'éducation

Les efforts constants de l’Éthiopie, soutenu par le GPE, ont permis d’améliorer considérablement les résultats d’apprentissage des enfants ainsi que des progrès dans la mise en place d’un système solide de suivi des performances, la mise en œuvre d’un programme plus pertinent et la réalisation de l’égalité des sexes.

L'Éthiopie a fait des progrès rapides dans le domaine de l'éducation de base certes, mais reste confronté à des défis, notamment des urgences humanitaires. Le GPE, avec d'autres donateurs, aide le gouvernement éthiopien à répondre à ces urgences tout en soutenant les réformes visant à améliorer l'accès équitable à une éducation de qualité. Le GPE a par ailleurs récemment approuvé un financement accéléré de 15 millions de dollars, destiné à aider l'Éthiopie à mettre en œuvre son plan de riposte au COVID-19 et à garantir aux enfants de continuer à apprendre pendant la pandémie.

L'action du GPE contribue à améliorer les résultats