Riposte au COVID-19

Allocation : 7 millions $ US

Années : 2020-2021

Agent partenaire : AFD

Documents clés :

Le financement COVID-19 de 7 millions de dollars soutient :

  • la continuité de l'apprentissage à travers des programmes éducatifs à la radio ;
  • la diffusion d'informations sur les pratiques d'hygiène pour se protéger contre la COVID-19 ;
  • la création d'un centre d'appel gratuit pour guider et informer les enfants et les parents ;
  • la réouverture des écoles après leur désinfection, la mise à disposition de stations de lavage des mains, la production locale de masques et la mise en place d'autres mesures sanitaires ;
  • le retour des filles à l'école et l'identification des filles à risque, la formation des communautés locales aux pratiques qui affectent l'éducation des filles et la distribution de kits d'hygiène ;
  • la mise en œuvre de programmes de remise à niveau pour permettre aux élèves de rattraper leur retard.

Fin mars 2020, le bureau de l'UNICEF au Burkina Faso a également reçu un financement du PME de 70 000 $ US destiné à aider le ministère de l'Éducation à planifier sa riposte à la pandémie de coronavirus (COVID-19).

L'éducation au Burkina Faso

À la suite d'un diagnostic mené en 2016, le gouvernement du Burkina Faso a décidé d'examiner son plan sectoriel de l'éducation (Programme sectoriel de l’education et de la formation - PSEF) et en a développé un de nouveau pour la période 2017-2030.

Le nouveau plan sectoriel de l'éducation vise à (i) assurer un développement harmonieux, équitable et inclusif de la petite enfance, (ii) assurer l'achèvement universel du cycle primaire et établir une éducation de base équitable et de qualité pour tous, (iii) faire face au manque de formateurs dans les établissements secondaires d'enseignement technique et professionnelle, (iv) étendre la formation technique et professionnelle et l'éducation, et l'adapter aux besoins de l'économie, (v) adapter l'enseignement supérieur aux besoins de l'économie, (vi) favoriser la gouvernance dans la gestion du secteur de l'éducation pour une conversion efficace des ressources en résultats.

Le pays envisage un système éducatif démocratisé, performant et inclusif, également ouvert au monde et à même de développer les compétences et l'expertise nécessaires pour répondre aux besoins du développement socio-économique du Burkina Faso.

Pour atteindre cette vision, le PSEF s'articule autour de trois programmes stratégiques qui visent à :

  1. Accroître l'accès à l'éducation et à la formation en investissant dans l'infrastructure, en recrutant des enseignants et des formateurs et en réduisant les inégalités dans l'accès à l'éducation et à la formation à tous les niveaux,
  2. Améliorer la qualité de l'apprentissage en améliorant l'enseignement et l'apprentissage dans les écoles et les universités, ainsi que dans les formations techniques et professionnelles,
  3. Favoriser la gouvernance dans la gestion du secteur de l'éducation et de la formation.

Infos et derniers blogs

Dernier financement

Objectif de développement: Réduire les disparités géographiques, renforcer l'efficacité du système grâce à une meilleure affectation des ressources de financement sur le marché intérieur et améliorer la formation des enseignants et le soutien pédagogique dès les premières années de scolarisation pour améliorer les résultats de l'apprentissage.
Allocations: 55 000 000 $US
Années: 2018-2023
Agent partenaire: AFD
Décaissements: 33 800 000 $US

En décembre 2017, le Conseil d'administration du GPE a approuvé un financement de 33,8 millions de dollars, acheminé via un fonds commun, visant à soutenir la mise en œuvre du plan sectoriel de l'éducation du pays. Le financement devait être mis en œuvre sur une période de quatre ans, de 2018 à 2022, une partie des fonds étant dédiée au renforcement des capacités.

En 2018, la détérioration de la situation sécuritaire et la fermeture des écoles qui en a résulté dans la région du Sahel ont rendu impossible l'atteinte de certains des indicateurs initiaux. En août 2018, le pays a reçu un financement supplémentaire de 21,2 millions de dollars pour la restructuration du financement précédent.

Ce financement supplémentaire est subordonné au transfert de fonds lié à la partie variable du premier financement et le pays a donc révisé certains de ses indicateurs. La partie variable du financement supplémentaire se concentre sur la réduction des disparités géographiques, le renforcement de l'efficacité du système grâce à une meilleure allocation des ressources financières nationales et l'amélioration de la formation continue des enseignants et du soutien pédagogique dans les premières années pour améliorer les résultats d'apprentissage.

Celles-ci sont directement alignées sur les objectifs des trois principaux axes du plan sectoriel national et les interventions correspondantes. Le pays s'est maintenant engagé à atteindre les résultats suivants :

  • Efficience :
    • Augmenter la part du budget allouée aux services déconcentrés
    • Augmenter la part des coûts de fonctionnement (récurrents non salariaux) de l'administration centrale dans le budget national
    • Augmenter la part des dépenses de formation continue des enseignants (y compris le soutien pédagogique) mises en œuvre dans le budget national.
  • Equité :
    • Augmenter le taux de croissance annuel du nombre d'enfants inscrits dans le primaire dans les 6 régions en retard (indicateurs différenciés pour les régions les plus touchées par l'insécurité et la fermeture des écoles)
    • Augmenter le nombre annuel de salles de classe fonctionnelles supplémentaires dans 4 régions touchées par l'insécurité et la fermeture des écoles.
  • Résultats d'apprentissage :
    • Augmenter le ratio de manuels essentiels par élève en première et deuxième années
    • Augmenter le nombre d'enseignants de maternelle et du primaire
      • ayant reçu au moins 8 jours de formation continue par an dans le cadre de la nouvelle stratégie de formation continue des enseignants
      • ayant reçu, chaque année scolaire, au moins 4 visites de soutien pédagogique d'un inspecteur pédagogique formé aux nouvelles approches pour renforcer les pratiques pédagogiques ; et 8 visites de soutien du directeur de l'école
      • qui appliquent dans leur classe au moins 75 % des recommandations reçues durant leur nouvelle formation continue.

Le financement court jusqu’en 2023, avec l'Agence française de développement (AFD) comme agent partenaire et l’UNICEF comme agence de coordination.

En septembre 2020, un financement accéléré de 11 millions de dollars a été approuvé, conformément au plan de réponse humanitaire 2020 du Burkina Faso. Le programme se concentre sur la réponse aux besoins humanitaires et comporte quatre volets :

  1. Améliorer l'accès et la continuité de l'éducation pour 170 000 enfants touchés par la crise (dont 52 % de filles), y compris les enfants handicapés. Cela comprend la construction (principalement dans les régions accueillant des enfants déplacés) et l'équipement d'espaces d'apprentissage, la création d'espaces éducatifs inclusifs, l'alimentation scolaire et des programmes d'apprentissage à distance.
  2. Créer un environnement d'apprentissage sûr, protecteur et inclusif pour les 170 000 élèves en situation d'urgence. Ce volet se concentre sur la formation des enseignants sur les approches d'éducation en situation d'urgence, les services de protection pour les enfants les plus vulnérables et les infrastructures d'eau et d'assainissement.
  3. Améliorer la qualité de l'apprentissage de 4,5 millions d'enfants (dont 52 % de filles), y compris les enfants handicapés touchés par la crise, grâce à des cours de rattrapage et des évaluations pour les enfants déplacés internes et à la distribution de manuels et de matériel d'apprentissage.
  4. Améliorer les mécanismes de coordination (nationaux et infranationaux) mis en place pour répondre aux situations d'urgence.

Financements

Tous les montants sont en dollars américains.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire  
Financement accéléré 2020-2022 11 000 000 0 UNICEF  
COVID-19 2020 7 000 000 0 AFD  
Mise en œuvre d'un programme 2018-2023 55 000 000 33 800 000 AFD  
2013-2017 78 200 000 78 200 000 AFD Rapport de fin d'exécution
2009-2012 102 000 000 102 000 000 WB Rapport de fin d'exécution
Préparation d'un plan sectoriel 2016-2017 208 041 208 041 UNICEF  
Préparation d'un programme 2012 44 885 44 885 AFD  
  Total 253 452 926 214 252 926    
Dernière mise à jour : 02 décembre 2020

Le PME a également octroyé à la Coalition Nationale EPT du Burkina Faso (CNEPT/BF) un financement dans le cadre du Fonds de la société civile pour l’éducation, afin de soutenir son engagement dans le dialogue sur les politiques, notamment en termes de qualité, d’équité, de financement et de réforme dans le secteur de l’éducation.

Évolution du secteur éducatif

Les graphiques ci-dessous montrent les progrès globaux réalisés dans le secteur de l'éducation au Burkina Faso et les données du PME montrent les progrès réalisés par le pays pour 16 des indicateurs suivis dans le cadre de résultats du PME.

Taux d’achèvement du primaire

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire

Taux d’enfants non scolarisés en âge du primaire

Taux d’adolescents non scolarisés en âge du 1er cycle du secondaire

Taux brut d’inscription au préscolaire

Indice de parité entre les sexes pour le taux de non-scolarisation

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB

Ratio élèves/enseignants formés

Enseignants formés

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation
Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Dernière mise à jour 11 septembre 2020