Riposte au COVID-19

Allocation : 15 millions $ US

Années : 2020-2021

Agent partenaire : UNICEF

Document clés :

Le financement COVID-19 de 15 millions de dollars permettra de :

  • assurer la scolarisation de près de 70 % des enfants, dans 63 % des écoles de 16 États. Le ministère fédéral de l'Éducation a élaboré un cadre stratégique pour la riposte du secteur de l'éducation au COVID-19 (disponible sur son site) pour permettre aux États d'adapter leur infrastructure et d'élaborer des stratégies de réponse spécifiques ;
  • faciliter l'accès à divers programmes d'apprentissage à distance adaptés à chaque contexte, grâce à des programmes éducatifs à la radio et à la télévision au niveau de chaque État, des livrets d'activités, des feuilles de travail et des carnets d'évaluation ;
  • mettre en œuvre des activités scolaires sûres, incluant notamment le soutien psychosocial, la prise en compte des enfants ayant des besoins spéciaux, la mise à dispostion d'infrastructures d'hygiène et salubrité de base dans les écoles et de campagnes de rentrée scolaire ;
  • renforcer les capacités des systèmes, leur préparation et leur résilience aux chocs futurs grâce à des mécanismes de renforcement des capacités au niveau de chaque État ;
  • donner la priorité aux enfants des groupes les plus marginalisés pendant la distribution de matériel d'apprentissage et d'équipements TIC. Il s'agit notamment des enfants des familles de migrants, des communautés de réfugiés, des camps d'Almajiris et de population déplacées internes, des enfants vivant dans la pauvreté et ceux ayant des besoins spéciaux ;
  • mettre un accent particulier sur la mobilisation des comportements sociaux, notamment la sensibilisation sur les violences sexistes à l'égard des filles.

Ces interventions sont basées sur le plan de riposte du ministère de l'éducation.

Fin mars 2020, le bureau de l'UNICEF au Nigéria a également reçu un financement du PME de 140 000 $ US destiné à soutenir le ministère de l'Éducation dans la préparation d'un cadre stratégique de riposte au COVID-19 afin d'assurer la continuité de l'apprentissage. Une initiative pour une meilleure « ouverture des écoles » a été élaborée et mise en œuvre pour atténuer l'impact de la pandémie sur l'éducation et le bien-être des enfants.

Le financement soutient entre autres :

  • la mise en place d'une plateforme numérique en ligne
  • le renforcement des programmes éducatifs par la radio et la télévision au niveaux des différents États
  • l'impression de documents tels que les cahiers d'activités, les fiches de travail et les fiches d'évaluation pour les élèves.

Les fonds permettent également de fournir un soutien psychosocial aux enfants et aux enseignants, de distribuer du matériel d'hygiène de base aux écoles et de préparer une campagne complète pour la rentrée scolaire et une mobilisation sociale pour la réouverture des écoles en toute sécurité. Des efforts pour mettre en place un système de surveillance à distance, afin de mesurer les progrès de l'apprentissage et l'efficacité du système d'enseignement sont également en cours.

L'éducation au Nigéria

Le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique et abrite près de 20 % du total des enfants non-scolarisés dans le monde. Outre cette difficulté, la pression démographique se traduit par près de 11 000 naissances par jour, pesant ainsi lourdement sur les capacités du système à fournir une offre éducative de qualité.

Dans le Nord du pays, près des deux-tiers des élèves sont illettrés.

Les États de Jigawa, Kaduna, Katsina, Kano et Sokoto ont montré leur engagement à améliorer leur système éducatif, mais sont confrontés à de sérieuses difficultés, notamment un niveau élevé de pauvreté, un faible taux de scolarisation, des inégalités entre les sexes, un manque de qualité et de pertinence, de mauvaises infrastructures et conditions d’apprentissage.

Autre obstacle, la menace directe pesant sur la scolarisation, en particulier celle des filles, du fait de l'insécurité politique qui se traduit par les activités d'insurgés et les attaques d'écoles.

Chaque État a élaboré un plan sectoriel de l’éducation présentant ses priorités et ses objectifs.

État de Jigawa

Son Plan stratégique du secteur de l’éducation souligne 4 objectifs politiques :

  1. Améliorer l’accès et étendre les opportunités d'apprentissage.
  2. Assurer la qualité et la pertinence de l’offre éducative.
  3. Améliorer la planification et la gestion en matière d’éducation.
  4. Assurer un financement durable et une meilleure gestion financière.

Le plan sectoriel de l’éducation définit également 17 initiatives claires en soutien à ces objectifs politiques, notamment l’instauration de l'enseignement gratuit pour les filles à tous les niveaux, ainsi que pour les personnes ayant des besoins spécifiques.

État de Kaduna

Sa stratégie sectorielle de l’éducation à moyen terme pour la période 2015-2017 vise notamment à :

  1. fournir un accès à un enseignement de qualité à tous les enfants en âge d’aller à l’école, atteindre la parité entre les sexes et un ratio élèves-enseignant de 40 pour 1 par classe.
  2. améliorer la qualité de l'éducation afin que les élèves sachent définitivement lire, écrire et compter, et acquièrent les compétences de vie et une capacité cognitive.
  3. améliorer la performance à la fois à l’école et au niveau des examens publics assurant un meilleur taux de progression et un taux d'achèvement plus élevé pour tous les élèves.
  4. améliorer la planification et la gestion des services éducatifs et des établissements d'enseignement pour assurer une prestation efficace de l'éducation.
  5. s’assurer de la responsabilité de toutes les parties prenantes y compris des communautés, des organisations de la société civile et du secteur privé.

État de Kano

Son Plan stratégique de l’éducation s'articule autour de 5 domaines clés :

  1. assurer un accès équitable à l’éducation de base en traitant à la fois les facteurs d'offre et de demande.
  2. améliorer la qualité de l’éducation en réduisant la taille des classes, en augmentant la mise à disposition de matériels pédagogiques et en améliorant la qualité des enseignants.
  3. élargir les opportunités de formations techniques et professionnelles pertinentes pour répondre aux besoins de l’industrie et des communautés locales.
  4. augmenter progressivement le financement de l’éducation et instaurer un système de subventions aux établissements en appui à leur développement.
  5. s'assurer que toutes les écoles disposent de plans de développement, de comités de gestion et de conseils d'administration pour en améliorer la gouvernance.

État de Katsina

Son Plan stratégique du secteur de l’éducation souligne les objectifs politiques stratégiques et les interventions qui répondent aux 5 défis majeurs de son système éducatif que sont :

  1. la couverture inadéquate et le niveau d'accès insatisfaisant
  2. la faiblesse de la qualité et de la pertinence
  3. l'insuffisance et le délabrement des infrastructures
  4. l'inefficacité de la gestion et du système
  5. les financements et les ressources adéquates non durables.

Les interventions stratégiques comprennent une augmentation de la participation communautaire, du plaidoyer et de la sensibilisation et, pour les enseignants, l’amélioration de la sécurité sociale et une offre de nouvelle formation.

État de Sokoto

Son Plan stratégique du secteur de l’éducation a fixé 4 objectifs prioritaires à savoir :

  1. améliorer le rendement de l’apprentissage pour les enfants au niveau du préscolaire dans les 23 zones de gouvernement local.
  2. contribuer à l’amélioration du taux net de scolarisation, de rétention dans le système scolaire et du niveau d’instruction dans le primaire.
  3. assurer une éducation de base, une formation professionnelle et des compétences pratiques aux enfants non-scolarisés et aux femmes, à travers l’éducation non formelle.
  4. augmenter le taux de scolarisation et de rétention des enfants dans le système scolaire.

Le secteur prévoit également 4 domaines clés d'intervention, notamment la construction d'écoles, l'acquisition de matériels pédagogiques essentiels pour l'apprentissage, la fourniture d’équipement et de machines et le renforcement des capacités.

Infos et derniers blogs

Dernier financement

Salles de classe surpeuplées et infrastructures brisées à l'école de Janbulo Islamiyya, à Roni, dans l'État de Jigawa, au Nigéria.

Salles de classe surpeuplées et infrastructures brisées à l'école de Janbulo Islamiyya, à Roni, dans l'État de Jigawa, au Nigéria.

CREDIT: GPE/Kelley Lynch
Objectif de développement: améliorer l’accès et la qualité de l’éducation de base dans les États sélectionnés, en accordant une attention particulière à l'éducation des filles.
Allocations: 15 000 000 $US
Années: 2020
Agent partenaire: UNICEF
Décaissements: 0 $US

Le financement de 100 millions de dollars du GPE soutient le Projet de partenariat pour l'éducation au Nigéria (NIPEP). Le projet vise principalement à soutenir les cinq États mentionnés plus haut dans la mise en œuvre de leur plan sectoriel de l’éducation.

Les trois composantes clés soutenues par le financement du GPE sont les suivantes :

  1. Améliorer l’efficacité des établissements et des résultats d’apprentissage en fournissant des financements de soutien aux plans d’amélioration des écoles et au développement professionnel des enseignants.
  2. Soutenir l’inclusion des filles dans l’éducation de base et promouvoir l’égalité des sexes au moyen : de transferts en espèces afin d’encourager la participation des filles ; de bourses pour que les femmes puissent fréquenter des établissements d’enseignement professionnel ; de renforcement des capacités et de soutien opérationnel sur les questions ayant un impact sur le maintien des filles à l’école ; et de sensibilisation aux problématiques liées au genre.
  3. Soutenir un suivi et une évaluation robustes, régulariser les évaluations annuelles de l'apprentissage des élèves et financer les évaluations de l'impact des subventions pour l'amélioration des écoles et des programmes de bourses pour filles.

Le Ministère fédéral de l’Éducation et les Ministères de l'Éducation des cinq États sélectionnés mènent le programme en partenariat avec la Banque mondiale, qui assume la fonction d’agent partenaire. L’agence de coordination est DfID.

Source : World Bank project appraisal document. May 2015

Financements

Tous les montants sont en dollars américains.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire  
COVID-19 2020 15 000 000 0 UNICEF  
Mise en œuvre d'un programme 2015-2020 100 000 000 85 813 733 Banque mondiale Rapport d’avancement
Préparation d'un plan sectoriel 2019-2020 418 000 0 Banque mondiale  
2019-2020 401 667 0 Banque mondiale  
2013 232 961 232 961 Banque mondiale Rapport d’avancement
Préparation d'un programme 2020-2021 400 000 0 Banque mondiale  
2013-2014 476 992 476 992 Banque mondiale Rapport d’avancement
2014 78 492 78 492 Banque mondiale  
  Total 117 008 112 86 602 178    
Dernière mise à jour : 27 juillet 2020

Le PME a également octroyé à la Coalition d'action de la société civile pour l'éducation pour tous (CSACEFA), un financement dans le cadre du Fonds de la société civile pour l’éducation, afin de soutenir son engagement dans le dialogue sur les politiques, notamment en termes de qualité, d’équité, de financement et de réforme dans le secteur de l’éducation.

Évolution du secteur éducatif

Les graphiques ci-dessous montrent les progrès globaux réalisés dans le secteur de l'éducation au Nigéria et les données du PME montrent les progrès réalisés par le pays pour 16 des indicateurs suivis dans le cadre de résultats du PME.

Primary Completion Rate (%)

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire

Taux d’enfants non scolarisés en âge du primaire

Taux d’adolescents non scolarisés en âge du 1er cycle du secondaire

Taux brut d’inscription au préscolaire

Indice de parité entre les sexes pour le taux d’enfants non scolarisés – Primaire et 1er cycle du secondaire

Public Expenditure on Education as Share of GDP (%)

Ratio élèves/enseignants formés

Teachers Trained (%)

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation

Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Dernière mise à jour 22 juin 2020