Transformer l’éducation : l’approche du GPE

Comment le GPE travaille avec ses partenaires pour transformer l'éducation afin que davantage d'enfants dans les pays partenaires jouissent pleinement de leur droit à une éducation de qualité et soient sur la bonne voie pour s'épanouir et contribuer à la construction d'un monde meilleur pour tous.

28 juin 2022 par Jo Bourne, Global Partnership for Education
|
Lecture : 5 minutes
|
District de Ridaki, école N°181. Tadjikistan, mai 2017. Crédit : GPE/ Carine Durand
District de Ridaki, école N°181. Tadjikistan, mai 2017.
Credit: GPE / Carine Durand

En 2020, le GPE a lancé son plan stratégique 2025, accompagné d’une nouvelle identité visuelle et du slogan « Transformer l’éducation », ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans la vie du partenariat. La transformation de l’éducation est également le thème du Sommet des Nations Unies qui se tiendra en septembre prochain pour galvaniser les actions autour de la réalisation de l’ODD 4.

Il est essentiel que les partenaires de l’éducation aient pour ambition de transformer l’éducation. Les perturbations causées par la pandémie de COVID-19, associées aux effets du changement climatique, aux conflits et au ralentissement de l’activité économique, ont aggravé la crise de l’apprentissage qui sévissait avant 2020.

Mais nous avons aussi vu les systèmes éducatifs s’adapter, les enseignants apprendre à utiliser de nouvelles méthodes de travail, et les innovations de faible ou haute technicité foisonner pour parvenir à atteindre les enfants. Une approche audacieuse est donc pertinente et possible aujourd’hui.

Alors que les pays apportent des réponses aux différentes crises auxquelles ils sont confrontés, nous voulons les aider à saisir cette occasion unique de faire de l’apprentissage une réalité pour tous leurs enfants.

Un appel à l’action, pilier de la stratégie du GPE

Mais en quoi consiste la transformation dans la pratique ? Et comment faire en sorte qu’elle ne se limite pas à la création d’îlots d’innovation, mais qu’elle soit au contraire entendue comme la mise en place de systèmes éducatifs modernes, adaptables et résilients, susceptibles d’atteindre tous les enfants et d’avoir un impact sur l’apprentissage à grande échelle ?

Le plan stratégique du GPE 2025, qui soutient la réalisation de l’ODD 4, vise à améliorer la qualité des apprentissages, l’équité et l’inclusion pour les enfants les plus défavorisés, notamment les filles, les enfants déplacés ou touchés par des crises, et les enfants handicapés.

Pour concrétiser notre vision d’une « éducation de qualité pour chaque enfant » et réaliser nos ambitions, nous savions que nous devions rompre avec le statu quo et adopter une approche plus audacieuse, pour consolider les acquis et accélérer les progrès vers des systèmes éducatifs résilients et adaptés au 21e siècle.

En outre, notre approche affinée de la transformation des systèmes éducatifs vise à améliorer ces systèmes de manière intégrée, sur la base d’une compréhension approfondie du contexte national, associée à des données factuelles et à une démarche consistant à « apprendre et s'adapter » pendant le processus de mise en œuvre (voir ci-dessous).

Les systèmes éducatifs sont complexes et constitués de nombreux éléments et processus interdépendants. Au sein de ces systèmes complexes, le risque que les acteurs de l’éducation — responsables politiques, administrations centrales et décentralisées, enseignants, communautés, parents, partenaires de développement, société civile et secteur privé — agissent tous dans des directions différentes peut constituer un frein à l’obtention de résultats.

La nouvelle approche du GPE reconnaît cette complexité et appelle les partenaires à donner la priorité à la mise en œuvre de réformes susceptibles de catalyser et d’accélérer les progrès de l’éducation.

Face à une tendance où se conjuguent priorités multiples et faibles capacités de mise en œuvre, nous entendons collaborer pour aider les pays à ouvrir un débat de fond sur ce qu’il faudra faire pour lever les obstacles à l’obtention de résultats à grande échelle et au sein des systèmes.

Une approche en trois étapes de la transformation des systèmes

Le soutien du GPE s’articule autour d’une approche en trois étapes qui vise à définir la voie à suivre, dans chaque pays, pour parvenir effectivement à transformer le système.

L’expérimentation de cette approche avec nos partenaires nous amène à l’adapter à différents types de contextes : un modèle unique ne saurait en effet répondre à des dynamiques, des risques et des opportunités qui varient d’un pays à l’autre. Ces trois étapes sont les suivantes :

1. Évaluer et diagnostiquer : Les membres du groupe local des partenaires de l’éducation, sous la direction du ministère de l’Éducation, examinent les cadres politiques, les performances du secteur, les besoins, les lacunes et les données existantes afin d’identifier les goulets d’étranglement critiques et les réformes prioritaires susceptibles d’apporter de véritables transformations.

Ce processus, au cours duquel le GPE fournit un savoir-faire technique, un soutien à la coordination et un financement si nécessaire, conduit à une analyse du système éducatif nuancée et tenant compte du contexte.

Cette analyse comprend également une évaluation de la performance du pays à l’aune de quatre facteurs essentiels pour soutenir la transformation du système : les données et les éléments factuels ; la coordination sectorielle ; l’intégration de la notion de genre dans la planification ; et le volume, l’équité et l’efficacité des dépenses publiques nationales consacrées à l’éducation.

2. Prioriser et s’aligner : L’étape suivante consiste à élaborer un « pacte de partenariat », également sous l’égide du ministère de l’Éducation, afin d’aligner les acteurs de l’éducation, les partenaires et les ressources techniques et financières sur la réforme prioritaire, ce qui comprend notamment l’identification des principaux goulets d’étranglement, les actions proposées et la manière dont les progrès seront mesurés et suivis.

Le pacte de partenariat est un nouvel outil stratégique du GPE 2025, qui permet d’énoncer une intention partagée et de renforcer la responsabilité mutuelle. Le Kenya, le Tadjikistan et El Salvador ont déjà élaboré leurs pactes et nous utilisons leur expérience et celle d’autres pays pilotes pour adapter et partager les bonnes pratiques avec d’autres pays.

Le rôle fédérateur du GPE s’est avéré efficace pour réunir tous les acteurs autour de la table.

Les discussions que suscite l’élaboration d’un pacte de partenariat attirent l’attention du pays sur les goulets d’étranglement du secteur et les solutions pour y remédier. Cet outil définit également le rôle du GPE et veille à ce que le financement des partenaires soit complémentaire et harmonisé.

3. Agir à la lumière de données factuelles, apprendre et s’adapter : Lors de la mise en œuvre de toute réforme, il est important de suivre les progrès avec agilité et de corriger le tir si quelque chose ne fonctionne pas.
Une approche continue de l’apprentissage et de l’adaptation nécessite des données et des éléments factuels faciles à utiliser, ainsi que l’ouverture et la souplesse nécessaires pour réagir rapidement aux opportunités et aux risques associés à la mise en œuvre de la priorité partagée. Cela renforce la responsabilité et permet, si nécessaire, d’apporter des corrections en tenant compte des réalités observées.

Toutes ces étapes sont étayées par l’engagement d’intégrer l’égalité des genres, en identifiant les obstacles sexospécifiques existants et en y remédiant systématiquement.

Apporter une aide dans des domaines clés pour renforcer les capacités des pays

L’approche GPE 2025 comprend également une nouvelle offre aux pays partenaires que nous appelons « capacités stratégiques ». Lorsque les pays partenaires identifient une lacune commune en matière de connaissances ou de capacités, ou qu’il est nécessaire de collaborer avec des secteurs qui ont un impact sur les résultats de l’éducation, le GPE fait appel à l’expertise de ses nombreux partenaires et programmes (notamment par le biais du mécanisme KIX et de L'Éducation à voix haute) pour combler ce manque.

Depuis 20 ans, le GPE aide les pays partenaires à améliorer l’apprentissage de centaines de millions de filles et de garçons.

Aujourd’hui, grâce à notre approche de transformation du système, ainsi qu’aux outils et aux financements qui la soutiennent, nous espérons qu’un nombre encore plus grand d’enfants exerceront leur droit à une éducation de qualité et seront en mesure de s’épanouir et de contribuer à la construction d’un monde meilleur pour tous.

Laisser un commentaire ou
Gouvernance

Derniers blogs

21 novembre 2022 par Rasha Alsabbagh
Syrie : un avenir prometteur pour Ameer
Pour aider les enfants handicapés à accéder à l'éducation en Syrie, le GPE et l'UNICEF ont soutenu des programmes d'éducation non formelle dont ont bénéficié des centaines d'entre eux. Ameer, qui est né...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.