Burkina Faso

Burkina Faso

Zoom sur...

Au cours des dernières décennies, le Burkina Faso a réalisé des progrès impressionnants en matière d'éducation: de 60% d'enfants non scolarisés au début des années 2000 à 70% d'enfants...
Moins de deux mois avant la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), son Conseil d’administration a convenu de réformes clés pour consolider le partenariat en vue de...
Dans son discours devant les étudiants de l’université Ouaga-I au Burkina Faso, le président français a déclaré que l'Afrique est le continent où se télescopent tous les défis contemporains....

L'éducation au Burkina Faso

À la suite d'un diagnostic mené en 2016, le gouvernement du Burkina Faso a décidé d'examiner son plan sectoriel de l'éducation (Programme sectoriel de l’education et de la formation - PSEF) et en a développé un de nouveau pour la période 2017-2030.

Le nouveau plan sectoriel de l'éducation vise à (i) assurer un développement harmonieux, équitable et inclusif de la petite enfance, (ii) assurer l'achèvement universel du cycle primaire et établir une éducation de base équitable et de qualité pour tous, (iii) faire face au manque de formateurs dans les établissements secondaires d'enseignement technique et professionnelle, (iv) étendre la formation technique et professionnelle et l'éducation, et l'adapter aux besoins de l'économie, (v) adapter l'enseignement supérieur aux besoins de l'économie, (vi) favoriser la gouvernance dans la gestion du secteur de l'éducation pour une conversion efficace des ressources en résultats.

Le pays envisage un système éducatif, performant et inclusif, également ouvert au monde et à même de développer les compétences et l'expertise nécessaires pour répondre aux besoins du développement socio-économique du Burkina Faso.

Pour atteindre cette vision, le PSEF s'articule autour de trois programmes stratégiques qui visent à :

  1. Accroître l'accès à l'éducation et à la formation en investissant dans l'infrastructure, en recrutant des enseignants et des formateurs et en réduisant les inégalités dans l'accès à l'éducation et à la formation à tous les niveaux,
  2. Améliorer la qualité de l'apprentissage en améliorant l'enseignement et l'apprentissage dans les écoles et les universités, ainsi que dans les formations techniques et professionnelles,
  3. Favoriser la gouvernance dans la gestion du secteur de l'éducation et de la formation.

Financements

Tous les montants sont en dollars US.

Mise en oeuvre d'un programme 2018-2021 33 800 000 0 AFD
2013-2017 78 200 000 78 200 000 AFD
2009-2012 102 000 000 102 000 000 BIRD
Préparation d'un plan sectoriel 2016 208 041 0 UNICEF
Préparation d'un programme 2012 44 885 AFD
  TOTAL 180 452 926 180 200 000  

Données

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation
Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Accès

Taux brut de scolarisation au primaire (%)

Taux d’achèvement du primaire (%)

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire (%)

Taux d’enfants non scolarisés (%)

Financement domestique

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB (%)

Dépenses publiques pour l’éducation en % des dépenses publiques

Dépenses publiques pour l’éducation primaire en % des dépenses publiques pour l’éducation

Enseignants

Ratio élèves/enseignants formés

Pourcentage d’enseignants formés (%)

Le GPE au Burkina Faso

Des élèves souriant à la caméra au Burkina Faso. Crédit : Eric Montfort

Le GPE s'est associé à d'autres donateurs pour obtenir les résultats suivants :

  • Développer l’accès à l’éducation formelle à tous les niveaux via (i) le développement et la gestion des infrastructures, (ii) le recrutement d’enseignants et de personnels, (iii) l’amélioration des conditions d’hygiène, de santé et de nutrition, (iv) la promotion de l’égalité et l’équité, (v) la mobilisation de tous les acteurs pour le développement de l’éducation de base et (vi) la promotion de l’éducation inclusive.
  • Améliorer la qualité de l’éducation formelle via (i) la formation initiale et continue du personnel, (ii) le développement des programmes d’enseignement et de formation, (iii) la promotion du bilinguisme et du multilinguisme et (iv) l’amélioration des apprentissages grâce à une approche centrée sur l’élève.
  • Développer l’éducation non formelle en améliorant l’offre et la qualité des programmes.
  • Appuyer les services d’éducation de base formelle via (i) une coordination entre le secteur public, le secteur privé et les organisations de la société civile (OSC), (ii) la gestion de la décentralisation de l’éducation de base, (iii) la mobilisation des ressources et le financement de ce secteur et (iv) l’amélioration des capacités de gestion des acteurs et des structures chargées de ce secteur.

L'Agence française de développement agit en qualité d’agent partenaire, et la Confédération suisse en qualité d’agence de coordination.

Source : Document de programme, 2013

Résultats

Le programme actuel du GPE a débuté en novembre 2013 et contribué aux avancées suivantes :

  • Le taux brut de scolarisation a augmenté, 81,3 % à 86,1 % à l'école primaire,
  • Le ratio élèves/enseignant au niveau du primaire a diminué, passant de 51 élèves par enseignant en 2013/2014 à 48 élèves par enseignant en 2015/2016
  • Le taux d'achèvement du primaire était de 58,4 %, les filles (60,4 %) dépassaient les garçons (56,6 %)
  • Le taux de réussite au Certificat d'études primaire est de 61 %.

Source : Rapport annuel de suivi de la mise en œuvre du PDSEB 2016

Dernière mise à jour 11 décembre 2017