Riposte à la COVID-19

Allocation : 3,5 millions de dollars

Années : 2020-2021

Agent partenaire : Banque islamique de développement

Documents clés :

Le financement accéléré COVID-19 du GPE, d'un montant de 3,5 millions de dollars, vise à soutenir :

  • La continuité de l'apprentissage à travers la mise en œuvre d'un programme d'apprentissage à distance (via des plateformes numériques, la télévision, la radio et la distribution de matériel didactique sous forme papier. Il s'agira également de mettre à la disposition des élèves des contenus accessibles hors ligne et un système leur permettant de communiquer par SMS avec leurs enseignants, afin de leur assurer un soutien direct de ces derniers).
  • L'élaboration de programmes de rattrapage et d’apprentissage accéléré, destinés aux groupes vulnérables en particulier, pendant la période de fermeture des écoles.
  • L'intégration de l'usage des TIC/technologies numériques dans le système éducatif et le renforcement des capacités de mise en place et de suivi d'un mécanisme d'apprentissage à distance par le ministère de l'Éducation.
  • La mise en œuvre de campagnes de sensibilisation des élèves, des parents et des enseignants en vue d'éliminer les obstacles qui empêchent les enfants d'aller à l'école et renforcer l'acquisition des fournitures d'hygiène.
  • L'éducation des enfants vulnérables, notamment celle des filles vivant dans les zones pauvres.
  • La formation des enseignants au soutien psychosocial des élèves (des filles en particulier).
  • La préparation des infrastructures scolaires pour une réouverture des écoles dans de bonnes conditions sanitaires.

Fin mars 2020, le bureau de l'UNICEF en Mauritanie a reçu un financement du GPE de 70 000 $US destiné à aider le ministère de l'Éducation à planifier sa riposte à la pandémie de coronavirus (COVID-19).

L'éducation en Mauritanie

La Mauritanie s'est résolument engagée à développer son secteur de l'éducation depuis 1999, lorsque le gouvernement a entamé une réforme structurelle du système éducatif. La vision à moyen terme du gouvernement est de parvenir à l'achèvement universel de l'enseignement primaire, ainsi qu’à la régulation et l’amélioration de la pertinence et de la qualité dans les niveaux post-primaires.

Le secteur de l'éducation a connu des progrès significatifs ces dernières années, notamment en termes d'accès et d’achèvement du primaire. Entre 2000-2001 et 2012-2013, les taux bruts de scolarisation ont augmenté de 88 % à 97 %. Les taux d'achèvement du primaire ont également augmenté de 53 % en 2002 à 71 % en 2013.

Malgré ces progrès, divers problèmes liés au secteur persistent et ont encore besoin d'être traités. Cela inclut :

  • la faible qualité de l'éducation de base
  • le faible accès et la faible qualité de l'enseignement secondaire
  • la faible implication de la société civile, des communautés locales et du secteur privé
  • le faible taux de passage dans le secondaire (seulement 55 % pour les filles et 61 % pour les garçons en 2013)
  • le manque d'enseignants qualifiés dans le secondaire.

Pour résoudre ces problèmes, le pays a développé son deuxième plan sectoriel de l'éducation (PNDSE II), qui couvre la période 2011-2020. Ce plan englobe 11 objectifs à savoir :

  1. Développer l'accès des groupes défavorisés des zones urbaines et rurales à l'éducation préscolaire publique et communautaire
  2. Promouvoir l'accès à l'éducation pour les enfants non-scolarisés et favoriser la rétention de ceux déjà scolarisés en vue d'atteindre l'achèvement universel du primaire d'ici 2020.
  3. Réaliser des progrès vers l'achèvement universel de l'enseignement secondaire et la réduction des disparités liées au genre, aux conditions géographiques et socio-économiques.
  4. Réguler les flux d'élèves et d'enseignants du secondaire, afin de mieux aligner les résultats du système éducatif sur les besoins du marché.
  5. Développer une offre de formations techniques et professionnelles adaptées à la demande sociale et aux besoins des secteurs formel et informel de l'économie.
  6. Mettre en place une politique pour le développement équilibré de l'enseignement supérieur et promouvoir la recherche scientifique.
  7. Améliorer la qualité de l'apprentissage et la pertinence de l'éducation à tous les niveaux.
  8. Lutter contre l'analphabétisme grâce à des programmes fonctionnels d'alphabétisation et de post-alphabétisation.
  9. Promouvoir l'enseignement traditionnel et renforcer sa contribution à l'éducation de base.
  10. Élaborer et mettre en œuvre une nouvelle stratégie de gestion des ressources humaines et matérielles pour une répartition équitable des débouchés liés à l'éducation et une transformation efficace des apports fournis en résultats obtenus.
  11. Renforcer la gestion du secteur en poursuivant le processus de décentralisation, en impliquant toutes les parties prenantes, et en développant des outils de gestion.

Infos et derniers blogs

04 mars 2019
Les partenaires parlent du PME
Du Burkina Faso au Tadjikistan, du Niger en Ouganda, les partenaires des ministères de l'éducation, des agences de coordination et de la société civile partagent leurs avis sur la valeur que le Partenariat...

Dernier financement

Objectif de développement: améliorer la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage dans toutes les écoles primaires du pays et améliorer la prestation de services d'enseignement primaire dans des régions ciblées.
Allocations: 12 500 000 $US
Années: 2020
Agent partenaire: Banque mondiale
Décaissements: 0 $US

Le financement de 12,5 millions de dollars soutient un programme de cinq ans, intitulé Projet d’Appui à l’Education de Base II (PASEB II), qui cible 6 des régions enregistrant les taux de réussite les plus faibles pour tous les enfants d'âge scolaire.

Le financement se divise en deux parties : une partie (7,5 millions de dollars) consacrée à la mise en œuvre du programme et une autre (5 millions de dollars) prévue dans le cadre du fonds à effet multiplicateur du GPE. Toutefois, le montant total du programme est de 52,5 millions de dollars et la Banque mondiale cofinance les 40 millions de dollars restants.

Le programme a trois objectifs :

  1. Transformer la gestion des enseignants à l'échelle nationale en ayant recours à des cadres de responsabilisation et aux nouvelles technologies. Cela consistera à :
    • améliorer le système d'affectation des nouveaux enseignants dans les écoles à travers le pays
    • renforcer la gestion des enseignants, améliorer leur développement professionnel et affecter un personnel stratégique pour améliorer la qualité de l'enseignement
    • utiliser des leçons scénarisées pour améliorer les capacités des élèves à lire, écrire et effectuer des opérations de calcul de base dès les premières années de scolarisation.
  2. Améliorer l'offre des services éducatifs dans certaines régions à travers une meilleure allocation des ressources et une meilleure gestion des écoles. Cela consistera à :
    • améliorer l'accès et la qualité de l'éducation grâce à une approche décentralisée
    • créer des écoles primaires dynamiques et autonomes dotées de subventions et bénéficiant d'une gestion renforcée.
  3. Renforcer la gestion du secteur de l'éducation à travers des actions contribuant à :
    • renforcer les capacités des gestionnaires à tous les niveaux
    • financer le matériel et l'équipement des délégations régionales pour remplir leur rôle de supervision et soutenir l'offre de services éducatifs dans leurs régions
    • renforcer les capacités de l’unité nationale d’évaluation et mettre au point des indicateurs annuels d'offre de services et d’enquêtes EGRA/EGMA pour assurer le suivi des résultats d’apprentissage ainsi que les connaissances et la capacité des enseignants à faire correctement leur travail
    • financer le mobilier scolaire, les équipements, l'assistance technique et la formation du personnel des directions centrales chargées de la mise en œuvre quotidienne du projet
    • effectuer des audits des comptes du projet, organiser des ateliers de lancement, d'évaluation à mi-parcours et d'évaluation finale du projet
    • organiser des ateliers de consultation avec les syndicats d’enseignants et les représentants de la société civile ainsi que des campagnes de communication sur le programme.

Financements

Tous les montants sont en dollars américains.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire  
COVID-19 2020 3 500 000 0 Islamic Development Bank  
Mise en œuvre d'un programme et multiplicateur 2020 12 500 000 0 Banque mondiale  
Mise en œuvre d'un programme 2014-2018 12 000 897 12 000 987 Banque mondiale Rapport d'achèvement
2008-2012 13 998 039 13 998 039 Banque mondiale Rapport d'achèvement
2004-2007 4 000 000 4 000 000 Banque mondiale  
2004-2006 5 000 000 5 000 000 Banque mondiale  
Préparation d'un programme 2018-2019 198 197 198 197 Banque mondiale  
2012-2013 132 212 132 212 Banque mondiale  
  Total 51 329 345 35 329 435    
Dernière mise à jour : 10 novembre 2020

Le PME a également octroyé à la Coalition des organisations Mauritaniennes pour l’Education (COMEDUC), un financement dans le cadre du Fonds de la société civile pour l’éducation, afin de soutenir son engagement dans le dialogue sur les politiques, notamment en termes de qualité, d’équité, de financement et de réforme dans le secteur de l’éducation.

Évolution du secteur éducatif

Les graphiques ci-dessous montrent les progrès globaux réalisés dans le secteur de l'éducation en Mauritanie et les données du PME montrent les progrès réalisés par le pays pour 16 des indicateurs suivis dans le cadre de résultats du PME.

Taux d’achèvement du primaire

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire

Taux d’enfants non scolarisés en âge du primaire

Taux d’adolescents non scolarisés en âge du 1er cycle du secondaire

Taux brut d’inscription au préscolaire

Indice de parité entre les sexes pour le taux de non-scolarisation

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB

Ratio élèves/enseignants formés

Enseignants formés

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation

Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Dernière mise à jour 10 novembre 2020