Riposte à la COVID-19

Un financement de 10 millions de dollars soutient des interventions qui favorisent l'apprentissage continu pour les élèves pendant le confinement et un environnement d'apprentissage sûr à travers le pays lorsque les écoles rouvriront.

Allocation : 10 millions $ US

Années : 2020-2022

Agent partenaire : UNICEF

Documents clés :

Le financement du GPE contribue à :

  • renforcer le système d'enseignement à distance existant en soutenant le développement de programmes d'apprentissage radio
  • distribuer des radios solaires aux élèves vulnérables - y compris les filles et les enfants des ménages à faible revenu - pour leur donner accès au contenu de l'enseignement à distance
  • former les enseignants à fournir un soutien aux élèves et promouvoir leur engagement
  • former les enseignants sur la façon d'utiliser des technologies simples de contrôle des performances des élèves, permettant de connecter avec les enfants qui ont le plus de risque d'abandonner
  • donner des incitations - y compris du matériel pédagogique gratuit - aux élèves pour les encourager à retourner à l'école quand celles-ci réouvriront
  • approvisionner les écoles éloignées en eau propre (forages) pour prévenir la propagation du COVID-19
  • organiser des modules d'apprentissage accéléré pour amener rapidement les enfants au niveau requis
  • dispenser un apprentissage de rattrapage aux élèves en difficulté.

Ces activités sont basées sur le Plan de réponse COVID-19 du ministère de l'Éducation.

Fin mars 2020, le bureau de l'UNICEF en Zambie a reçu un financement du GPE de 70 000 $ US pour soutenir le ministère de l'Éducation dans le développement et la mise en œuvre d’un programme d'apprentissage à distance, ainsi que dans la coordination de la réponse du secteur de l'éducation à la fermeture des écoles.

L'éducation en Zambie

Le gouvernement zambien est engagé à allouer plus de ressources au secteur de l'éducation, afin d'élargir l'accès à l'enseignement primaire, secondaire et tertiaire. L'éducation est considérée comme un facteur majeur dans la lutte contre la pauvreté et la faim.

L'objectif du secteur de l'éducation est d'accroître l'accès équitable à une éducation de qualité et à la formation des compétences, afin de renforcer la capacité humaine pour un développement national durable.

Le principal objectif du Cadre national de mise en œuvre III (NIF II) est de renforcer les capacités humaines en améliorant l'éducation de qualité et la formation professionnelle, en portant une attention particulière à l'amélioration des niveaux des acquis scolaires et à l'atténuation des inégalités et des inefficiences.

Malgré la hausse des effectifs dans les écoles et des taux d'achèvement au niveau du primaire, la qualité de l'éducation reste discutable. Cela met en évidence les défis liés à l’offre et aux compténces des enseignants, au matériel pédagogique et d'apprentissage, ainsi qu’à la gestion des écoles.

Le ministère de l’éducation, des sciences, de la formation professionnelle et de l’éducation de la petite enfance a défini 9 objectifs au cours de la période FNI III :

  1. Augmenter l’accès, l’efficacité et l’équité de la qualité de l’éducation de la petite enfance :
    • garantir de meilleurs services d’éducation pour la petite enfance grâce à de nouvelles lignes directrices et normes pour veiller à ce que tous les enfants de 3 à 6 ans aient un accès équitable à l’éducation préscolaire.
    • Introduire l'éducation gratuite et obligatoire pour tous les élèves de la 1ère à la 7ème année.
    • élaborer un programme complet et intégré pour les classes du primaire.
  2. Augmenter l’accès, l’efficacité et l’équité en termes de qualité de l’enseignement secondaire :
    • réintroduire l'éducation gratuite et obligatoire pour tous les élèves de la 8ème à la 12ème année.
    • renforcer l'égalité des sexes et la parité au sein du système de l'enseignement secondaire.
    • réorienter le programme afin de mettre l’accent sur les compétences de la vie quotidienne, des besoins du marché du travail et ceux utiles aux travailleurs indépendants.
  3. Augmenter le nombre d’enseignants qualifiés et compétents dans les écoles :
    • offrir des programmes de formation aux enseignants axés sur le perfectionnement et la qualité en s’assurant qu’ils possèdent des compétences pédagogiques et celles liées aux savoirs disciplinaires.
    • développer la capacité de la formation des enseignants par le secteur public et inciter le secteur privé à participer.
    • réduire l'absentéisme des enseignants afin d’augmenter le temps en classe entre élèves et enseignants.
  4. Augmenter l’accès aux sciences, technologies et innovations :
    • donner la priorité à l'enseignement des sciences et des sujets technologiques à tous les niveaux d’enseignement.
    • promouvoir la recherche, l'innovation et la collaboration entre l'industrie et les institutions de recherche.
  5. Augmenter l’accès, la participation et l’équité dans l'offre d'un enseignement universitaire de qualité :
    • accroître l'accès équitable à l'enseignement universitaire et améliorer la pertinence des programmes.
    • accroître la participation des universités dans la recherche et le développement.
  6. Accroître l'efficacité et l'accès équitable à l'enseignement technique, aux formations professionnelles et à l'entreprenariat :
    • améliorer et développer des structures d’enseignement des sciences et des formations techniques, en créant notamment des écoles techniques, des collèges et des universités.
    • promouvoir la collaboration entre l'industrie et les institutions d’éducation technique et professionnelle.
  7. Augmenter le niveau d’alphabétisation des adultes :
    • développer les structures d'enseignement et de formation professionnelle
    • sensibiliser aux programmes d'alphabétisation des adultes afin d’accroître l'accès aux services d’alphabétisation des jeunes et des adultes.
  8. Développer et améliorer les infrastructures par la construction de nouvelles installations et la réhabilitation de celles déjà existantes :
    • promouvoir la participation de la communauté dans les établissements de niveaux primaire, secondaire et tertiaire pour le développement des infrastructures.
    • fournir un environnement d'apprentissage sécuritaire à tous les élèves grâce à la réintroduction des internats.
  9. Revoir le programme à tous les niveaux pour le rendre pertinent et adapté aux aspirations nationales et aux besoins éducatifs.

Afin de mettre en œuvre la stratégie sectorielle, le gouvernement a fixé un certain nombre de priorités stratégiques. Elles comprennent le fait d’entretenir de solides partenariats avec les fournisseurs de services d’éducation, la restructuration du système et le renforcement des capacités de gestion, ainsi que permettre des modes de prestation de l'éducation formels et alternatifs.

Infos et derniers blogs

Dernier financement

Une enseignante en plein cours à l’école de Monze en Zambie en mai 2017.

Une enseignante en plein cours à l’école de Monze en Zambie en mai 2017.

CREDIT: GPE/Alexandra Humme
Objectif de développement: Améliorer l'accès équitable et la qualité des conditions d'apprentissage dans l'éducation de la petite enfance dans les zones ciblées.
Allocation: 39 836 000 $US
Années: 2021-2025
Agent partenaire: WB
Utilisation: 3 723 799 $US

Le financement du GPE de 39 millions de dollars soutient le Projet d'amélioration de l'apprentissage dans les petites classes en Zambie (ZEEL, du sigle en anglais).

Le projet dans sa globalité vise à améliorer l'équité en matière d'accès et la qualité des conditions d'apprentissage dans l'éducation de la petite enfance dans les districts les plus défavorisés, afin d'atteindre les élèves vulnérables à travers le pays.

De manière spécifique, le soutien du GPE vise à :

  1. Améliorer l'équité en matière d'accès à une éducation de la petite enfance de qualité dans des zones défavorisées ciblées, résoudre les problèmes d'accès à l'éducation et améliorer l'environnement d'apprentissage ;
  2. Élaborer et mettre en œuvre des normes de qualité pour l'éducation de la petite enfance, y compris celles liées au matériel, aux infrastructures et à la formation, au déploiement et à l'évaluation de la main-d'œuvre ;
  3. Améliorer la qualité et l'offre en matière d'éducation de la petite enfance, en mettant l'accent sur le recrutement de la main-d'œuvre, le développement professionnel des enseignants et l'engagement communautaire ;
  4. Renforcer le système, les capacités de gestion des projets, le suivi et l'évaluation et la communication.

Le programme comprend également une composante relative aux interventions d'urgence, qui autorise le gouvernement à demander une réaffectation des fonds pour apporter une réponse rapide et efficace à une situation d'urgence ou à une crise.

Financements

Tous les montants sont en dollars américains.

Type de financement Années Allocations Utilisation Agent partenaire  
COVID-19 2020-2022 10 000 000 6 309 095 UNICEF  
Program implementation and Multiplier 2021-2025 39 836 000 3 723 799 WB Rapport d'avancement
Mise en œuvre d'un programme 2013-2019 20 467 972 20 431 972 FCDO  
2009-2011 60 200 000 60 200 000 NDL  
Préparation d'un plan sectoriel 2020-2024 700 000 537 758 WB  
2016-2018 485 421 485 421 UNICEF  
Préparation d'un programme 2020-2021 400 000 399 999 WB  
  Total 132 089 393 92 088 044    
Dernière mise à jour : 28 novembre 2022

Dans le cadre de ses investissements visant à soutenir les efforts de plaidoyer et de responsabilité sociale des organisations de la société civile, l’Éducation à voix haute du GPE soutient :

  • la Coalition nationale pour l'éducation en Zambie (ZANEC) sur la période 2019-2021. Cette aide s'appuie sur les 11 ans de soutien du Fonds de la société civile pour l'éducation (FSCE) aux coalitions nationales de l'éducation, pour leur engagement dans le dialogue sur les politiques sectorielles de l'éducation ;
  • l’ONG Action Aid International dans ses efforts pour mobiliser une alliance de plaidoyer dans plusieurs pays partenaires, dont la Zambie, sur la période 2021-2023.

Le GPE avait également accordé à la Coalition nationale pour l'éducation en Zambie (ZANEC) un financement du FSCE pour soutenir son engagement dans le dialogue sur les politiques sectorielles et renforcer la prise en compte des voix des citoyens dans les programmes de réformes du secteur visant à garantir une éducation de qualité, équitable et mieux financée.

Dernière mise à jour 18 janvier 2022