Le Partenariat mondial pour l’éducation approuve une aide de près de 300 M$ aux enfants défavorisés dans le monde
|
Une élève de l'école maternelle Avondale au Zimbabwe. Crédit: GPE/ Carine Durand

Washington D.C., le 18 septembre 2018 --- Le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE) mobilise de nouveaux financements pour améliorer les perspectives d’éducation des enfants les plus défavorisés du monde. Les financements approuvés par le Conseil d’administration du GPE au cours des sept mois qui ont suivi le succès de la Conférence de financement au Sénégal en février atteignent près de 300 millions de dollars. Lors de la conférence, les bailleurs ont promis 2,3 milliards de dollars entre 2018 et 2020, et les annonces d’autres engagements continuent de paraître.

« Le GPE mobilise ces nouveaux financements afin que tous les enfants puissent aller à l’école et bénéficier d’une éducation de qualité » a déclaré Julia Gillard, Présidente du Conseil d’administration du Partenariat mondial pour l’éducation« Nous transformons l’élan mondial de soutien à l’éducation en actions concrètes pour aider les pays à renforcer leur système éducatif, car celui-ci sera le pilier d'une prospérité et d’une stabilité futures. »   

L’approbation récente de nouveaux financement pour un total de 55,7 millions de dollars destinés au Bhoutan, à la Sierra Leone, la Somalie et au Zimbabwe, fait suite à un premier ensemble de financements accordés en mars pour un total de 95,3 millions de dollars destinés au Cambodge, à la Côte d’Ivoire, la Gambie, la Guinée-Bissau et à Madagascar, et à un deuxième ensemble au mois de mai pour fournir plus de 45 millions de dollars au Cabo Verde, au Cambodge, au Tchad, aux Comores et à la Somalie. Plusieurs de ces pays à faible revenu sont touchés par des conflits ou sortent d’une période difficile, et affichent une démographie scolaire en pleine croissance.

En outre, le Conseil a approuvé près de 100 millions de dollars en allocations à 11 pays à partir du fonds à effet multiplicateur du GPE, le nouvel instrument de financement du GPE. Ce financement permettra de mobiliser plus de 400 millions de dollars en financements additionnels pour ces pays.  

« Le fonds à effet multiplicateur du GPE a rapidement gagné en popularité et réunit avec succès davantage d’investissements dans l’éducation » a déclaré Alice Albright, Directrice générale du GPE. « Cela prouve que les pays en développement et les partenaires donateurs souhaitent mettre en place des mécanismes créatifs et souples pour relever les défis locaux en matière d’éducation. Le nouveau fonds à effet multiplicateur est un nouvel exemple de la façon dont le GPE continue d’évoluer afin de peser et d’élargir son rôle de principal catalyseur des avancées sur la voie de l’Objectif de développement durable en matière d’éducation, c’est-à-dire l’éducation de tous les enfants du monde d’ici 2030. »

Les financements les plus récents accordés au Bhoutan, à la Sierra Leone, à la Somalie et au Zimbabwe s’appuient sur le soutien précédent apporté par le GPE pour la mise en œuvre des plans de l’éducation nationaux. Ces pays satisfont les critères exigés pour un financement du GPE, notamment le développement d’un plan de qualité, l’engagement à une augmentation du financement intérieur de l’éducation et l’élaboration d’une stratégie pour une amélioration de la collecte des données. Le modèle du GPE de financement sur la base des résultats signifie également que 30 pourcent du financement pour la Sierra Leone et le Zimbabwe ne seront décaissés qu’une fois que ces pays auront obtenu les résultats convenus en matière d’amélioration de l’équité, de l'efficacité et de l’apprentissage. Ceci ne s’applique pas à la Somalie, du fait de la situation de vulnérabilité du pays, ni au Bhoutan, en raison de la petite somme accordée.

Le Bhoutan recevra 1,8 million de dollars pour qu’un plus grand nombre d’enfants de 3 à 5 ans puissent bénéficier d’une éducation de la petite enfance de qualité, ainsi que pour un plus grand engagement des parents, en particulier dans les zones défavorisées rurales et urbaines. De plus, d’autres centres d’éducation de la petite enfance seront créés, et des enseignants formés. Ce financement contribuera également au développement d’un cadre d’évaluation nationale des acquis scolaires afin de veiller à ce que de meilleures données soient disponibles en matière d'acquis scolaires des élèves. Ce type de données constitue la base des décisions politiques, des pratiques pédagogiques et de l’allocation des ressources. Save The Children est l’agent partenaire du GPE.

La Sierra Leone, partenaire du GPE depuis 2007, bénéficiera d’un financement de 17,2 millions de dollars. Celui-ci aura pour priorité de renforcer le programme d'éducation de la petite enfance destiné aux enfants de 3 à 5 ans et d'améliorer les compétences en lecture, écriture et calcul des enfants de la 1ère à la 3ème année. Il permettra également de renforcer le suivi scolaire, d’améliorer la gestion des données et de soutenir une nouvelle unité consacrée à l’évaluation des acquis scolaires au sein du ministère. Pour bénéficier de la part du financement basée sur les résultats, la Sierra Leone doit accroître les services d’éducation préscolaire dans les zones mal desservies, réduire le taux de redoublement en 1ère année et améliorer les méthodes de mesure des apprentissages. L’UNICEF est l’agent partenaire du GPE en Sierra Leone.

Les 17,9 millions de dollars de financement destinés à la Somalie contribueront à éliminer les frais de scolarité qui empêchent la scolarisation des enfants les plus pauvres et à scolariser davantage d’enfants issus de groupes marginalisés. Ce financement améliorera la qualité de la scolarisation grâce à la formation des enseignants, la distribution de manuels scolaires et au développement de nouvelles normes en matière d’apprentissage. Il permettra également à la Somalie, partenaire du GPE depuis 2012, d’avoir les ressources essentielles à l’amélioration des capacités administratives, du suivi des données de l’éducation et des évaluations des acquis scolaires. CARE est l’agent partenaire du GPE pour ce financement. Le Somaliland a déjà reçu 7,7 millions de dollars cette année, et le Puntland a reçu l’an dernier un financement de 5,6 millions de dollars. Le montant total du soutien du GPE pour les enfants somaliens s’élève donc à plus de 31 millions de dollars.

Le Zimbabwe, partenaire du GPE depuis 2013, bénéficiera d’un financement de 18,8 millions de dollars, dont 10 millions du fonds à effet multiplicateur, que le Zimbabwe a mobilisé afin de lever 50,5 millions de dollars supplémentaires auprès d’autres bailleurs. Ce financement sera utilisé pour un programme de subvention scolaire afin d’améliorer près de 1 000 établissements dans des zones défavorisées et rurales. En outre, il soutiendra un nouveau programme scolaire et une formation des enseignants afin d’améliorer les acquis scolaires et la rétention des élèves. Pour bénéficier de la part du financement basée sur les résultats, le Zimbabwe doit améliorer le taux de transition vers le premier cycle du secondaire dans les districts où de nombreux enfants décrochent après le cycle primaire, veiller à ce qu’un plus grand nombre de filles achèvent le premier cycle du secondaire et améliorer les compétences en mathématiques dans l’ensemble du pays. L’UNICEF est l’agent partenaire du GPE pour ce financement.

***

À propos du Partenariat mondial pour l’éducation Le Partenariat mondial pour l’éducation collabore avec plus de 65 pays en développement afin de garantir à chaque enfant une éducation de base de qualité, en donnant la priorité aux plus pauvres, aux plus vulnérables et à ceux qui vivent dans les pays touchés par la fragilité ou les conflits. Le GPE mobilise des financements pour améliorer l’apprentissage et l’équité grâce au renforcement des systèmes éducatifs. En tant qu’unique organisation internationale exclusivement axée sur l’amélioration de l’éducation, le GPE rapproche les gouvernements des pays en développement et des pays donateurs, les agences de développement et d’aide humanitaire multilatérales, les organisations du secteur privé et les entités à vocation philanthropique, ainsi que la société civile et le monde des enseignants.

Pour plus d'informations :

Une élève de l'école maternelle Avondale au Zimbabwe. Crédit: GPE/ Carine Durand

Dernières actualités