Le Partenariat mondial pour l’éducation augmente le financement de l’éducation des enfants

|

Plus de 176 millions de dollars en nouveaux financements approuvés pour le Bénin, le Burundi, le Népal, l’Ouzbékistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Tanzanie

Washington D.C., 8 avril 2019 –Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) accorde 176,6 millions de dollars de nouveaux financements en soutien à une éducation de qualité pour les enfants du Bénin, du Burundi, du Népal, d’Ouzbékistan, de Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Tanzanie. Ces financements ont été approuvés par le Conseil d’administration du GPE.

Ces nouveaux fonds aideront les gouvernements des six pays à renforcer leur système éducatif national grâce à un ensemble d’interventions dont les objectifs sont les suivants : un développement de la petite enfance plus généralisé et amélioré, l’accélération de l’apprentissage au cours des premières années, la formation des enseignants, la création et la distribution de matériels d’excellence, des infrastructures matérielles améliorées, la collecte des données de l’éducation, un suivi et une analyse plus rigoureux, ainsi qu’une gestion de l’éducation plus professionnelle.

« Ces financements sont des exemples typiques de la puissance de transformation du Partenariat mondial pour l'éducation : fournir aux pays en développement les ressources essentielles nécessaires à l’éducation de tous leurs enfants, » a déclaré Julia Gillard, Présidente du Conseil d’administration du GPE et ex-Première Ministre d'Australie. « Les fonds du GPE sont à l’œuvre dans des pays partout dans le monde afin d’aider les États à doter les enfants, et en particulier les filles et les autres groupes vulnérables, des connaissances et des compétences qui leur permettront de s’épanouir. »*

Le modèle de financement du GPE basé sur les résultats consiste à conditionner le décaissement d’un tiers de chaque financement : les pays doivent ainsi démontrer la réalisation des objectifs d’amélioration de l’efficacité de leur système éducatif, comme par exemple l’augmentation des taux de scolarisation et d’achèvement des enfants ; l’amélioration de l’équité afin de garantir aux groupes d’enfants défavorisés l’accès à une éducation de qualité ; et la production de meilleurs acquis scolaires.  

Trois de ces pays le Népal, l’Ouzbékistan et la Papouasie-Nouvelle-Guinée ont également bénéficié de financements issus du fonds à effet multiplicateur du GPE, qui fournit un dollar pour trois dollars en nouveau financement additionnel mobilisé par les pays auprès d’autres sources. Le fonds à effet multiplicateur du GPE est un instrument financier innovant, catalyseur d’un investissement dans l’éducation mieux adapté et accru. Depuis 2018, 12 pays ont ainsi sécurisé plus de 100 millions de dollars en allocations, ce qui a mobilisé plus de 440 millions de dollars en soutien à une éducation de qualité.

 « L’outil le plus récent de notre boîte à outils – le fonds à effet multiplicateur – lève déjà des fonds additionnels auprès de différents bailleurs, » a déclaré Alice Albright, Directrice générale du GPE. « Au final, il amplifie notre capacité d’aide aux pays en développement à financer et bâtir des systèmes éducatifs solides et durables. »

Tous les financements s’appuient sur les progrès accomplis grâce au soutien précédent du GPE :

Le Bénin recevra un financement de 19,4 millions de dollars afin de traiter les priorités en matière d’éducation, telles que l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage grâce à la formation et au développement professionnel des enseignants, l’augmentation du taux de scolarisation en primaire pour davantage d’enfants, en particulier dans les régions mal desservies, et chez les enfants handicapés, ainsi que le renforcement de la prestation des services éducatifs, notamment par les capacités de suivi et évaluation. Au Bénin, quel que soit le niveau scolaire, le taux de scolarisation a remarquablement augmenté depuis 2011. Pourtant, de nombreux élèves des premières années éprouvent des difficultés dues à leurs lacunes en matière d’apprentissage. La part du financement basée sur les résultats sera mise à disposition lorsque le Bénin répartira plus équitablement les enseignants sur son territoire, augmentera le nombre d’enfants qui passent du primaire au premier cycle du secondaire et améliorera le suivi des acquis scolaires. La Banque mondiale est l’agent partenaire du GPE. 

Le financement de 25,6 millions de dollars accordé au Burundi aidera à améliorer la qualité de l’apprentissage des enfants grâce à la construction de davantage de salles de classe en primaire dans les régions les plus vulnérables du pays, et fournira aux enseignants de tout le pays plus de formations et de meilleures conditions de travail. Ce financement renforcera également la capacité du pays à satisfaire les besoins des groupes marginalisés tels que les enfants handicapés, les filles, les enfants non scolarisés et les enfants rapatriés ; il favorisera l’enseignement professionnel, une meilleure utilisation des données et le développement de plans stratégiques sur le long terme. Le GPE décaissera la part basée sur les résultats une fois que des mesures auront été prises dans les écoles afin de réduire le taux de redoublement et d’améliorer l’apprentissage de la langue française et dans cette langue, et une fois que le nombre d’élèves par classe aura été réduit dans l’ensemble du pays. L’agent partenaire du GPE est l’Agence française de développement (AFD).

Le financement de 24,2 millions de dollars destiné au Népal sera axé sur l’amélioration de la qualité de la scolarisation afin de produire de meilleurs acquis scolaires. Il soutiendra le plan sectoriel de l’éducation du gouvernement grâce à un fonds commun de huit partenaires de développement. Ce financement conjoint soutiendra la réussite de la transition vers un système décentralisé afin que les autorités locales nouvellement chargées de l’éducation puissent contribuer efficacement aux objectifs nationaux en matière d’éducation. La part du financement basée sur les résultats sera mise à disposition lorsque le Népal aura atteint les objectifs consistant à réduire le nombre d’enfants non scolarisés, à mettre en œuvre des activités de renforcement de la lecture, et à garantir la disponibilité des données budgétaires. Ce financement comprend 15 millions de dollars issus du fonds à effet multiplicateur, qui a été mobilisé avec 64,5 millions de dollars de cofinancement de la Banque asiatique de développement, alloués à mettre en place une sécurité scolaire complète, et 3,5 millions de dollars d’USAID pour financer une éducation inclusive. Suite à l’approbation de l’allocation du fonds à effet multiplicateur pour le Népal, la Banque asiatique de développement a augmenté son cofinancement pour atteindre 164 millions de dollars. La Banque mondiale est l’agent partenaire du GPE. 

L’Ouzbékistan recevra un financement du fonds à effet multiplicateur du GPE de 10 millions de dollars mobilisé avec 60 millions de dollars de cofinancement additionnel de la part de l’Association internationale de développement et du Partenariat mondial pour l’aide basée sur les résultats. Le financement du GPE soutiendra les réformes visant à développer les services de la petite enfance dans le pays pour une universalisation de l’accès à un enseignement préscolaire de qualité pour les enfants de six ans, et à étendre ces services aux enfants âgés de 3 à 6 ans, en particulier dans les régions défavorisées. Il aidera également l’Ouzbékistan à établir un système de mesure de la qualité de l’éducation visant l’élaboration de politiques basées sur des données empiriques. La part du financement basée sur les résultats dépendra de la révision des indicateurs et cibles relatifs aux acquis scolaires. Le Ministère de l’Éducation du pays, qui dirige le groupe local des partenaires de l’éducation (GLPE), a fait des progrès remarquables dans l’établissement et le maintien d’un GLPE inclusif permettant aux organisations de la société civile de participer à la planification sectorielle, au suivi des résultats et au dialogue portant sur les politiques. La Banque mondiale est l’agent partenaire du GPE.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée bénéficiera d’un financement de 7,4 millions de dollars. Au cours des dix dernières années, le pays a amélioré le taux de scolarisation en primaire en abolissant les frais d’inscription et en subventionnant la distribution de matériels pédagogiques d’apprentissage. Malgré cela, les acquis scolaires demeurent faibles. Le financement du GPE aidera à améliorer les résultats d’apprentissage au cours des premières années en maths et sciences, en particulier dans les provinces affichant une faible performance, en renforçant la formation des enseignants, et surtout celle des enseignantes, et en garantissant des manuels scolaires aux élèves. Ce financement comprend 3,5 millions de dollars issus du fonds à effet multiplicateur du GPE, qui mobilisera 10,6 millions de dollars en cofinancement additionnel du gouvernement du Japon. La Papouasie-Nouvelle-Guinée est éligible à 3,2 millions de dollars additionnels à condition que le pays prépare une proposition de financement basé sur les résultats et atteigne les indicateurs de résultats. L’agent partenaire du GPE est Save the Children.

Le financement de 90 millions de dollars à la Tanzanie s’appuiera sur les efforts fructueux entrepris pour scolariser davantage d’enfants – en particulier les plus vulnérables - dans un cycle d’enseignement préscolaire, primaire et non formel, en renforçant la formation et le développement professionnel des enseignants, en distribuant des matériels pédagogiques d’enseignement et d’apprentissage de meilleure qualité aux régions mal desservies et en améliorant la planification et la gestion de l’éducation. L’engagement du pays en 2016 à offrir 12 ans d’éducation de base gratuite et obligatoire a permis une hausse du taux de scolarisation et une diminution du nombre d’enfants non scolarisés. Le nouveau financement du GPE s’appuie sur ces progrès. La part de ce financement basée sur les résultats dépend d’une augmentation du nombre de filles passant du cycle primaire au cycle secondaire, du taux de rétention des élèves au cycle primaire et au premier cycle du secondaire, et de l’amélioration des compétences en lecture des élèves de primaire. L’agence suédoise de développement international (SIDA) est l’agent partenaire du GPE.

 

Pour plus d'informations :

 

Fonds à effet multiplicateur du GPE

Profils pays:

France, Suède

Dernières actualités

29 juillet 2019
Un nouveau dispositif d’aide à l’éducation en faveur de Djibouti prévoit l’intégration des écoles de réfugiés dans le système éducatif traditionnel du pays.
13 juin 2019
Le Conseil d’administration du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) a décidé d’ouvrir un nouveau bureau en France, ajoutant ainsi une base européenne à son siège de Washington.
10 juin 2019
Le Partenariat mondial pour l'éducation est heureux d'accueillir la République des Maldives au sein du partenariat et de pouvoir soutenir une éducation de qualité pour tous les enfants du pays.